Les Grenat retrouvent Chiasso demain à la Praille (dès 15h45 sur notre webradio), un adversaire qui leur a infligé leur seule défaite de l’année (et l’unique depuis fin août).

 

Le FC Chiasso, c’est un petit peu “Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom” dans les travées du Stade de Genève. Osez transgresser cette règle et vous verrez des frissons apparaître chez votre interlocuteur. Il est vrai qu’à la seule évocation de ce sombre dimanche de février, toute pensée positive disparait. Heureusement, tels des patronus, notre micro a fait surgir Dennis Iapichino, Steve Rouiller et Alain Geiger pour éloigner le danger et faire revenir la lumière. Et comme les aventuriers se déplacent toujours par trois, les questions ont été posées par un trio composé de Jonathan Tunik, Bastien Trottet et Blaise Bugyil (Radio Lac).

 


 

Faire trois points et oublier l’accident de février

 

(BB) Steve Rouiller, est-ce que cette défaite à Chiasso donne un goût particulier à ce match ?

 

Non je ne pense pas, parce que tous nos matchs à domicile doivent être synonymes de trois points. Nous aimons beaucoup jouer à la maison parce qu’il y a de l’ambiance et de l’espace sur le terrain. Je ne pense pas qu’il y ait une revanche à prendre parce qu’on sait que là-bas, c’est un contexte particulier avec un terrain qui ne nous a pas aidé. Mais je ne veux pas nous chercher des excuses, c’était un match à oublier. Aujourd’hui, nous devons nous concentrer sur l’avenir et sur les points qu’il nous reste à faire.

 

La clé, c’est les côtés

 

(BB) Chiasso a fait des points à Lausanne notamment, vous y pensez ?

 

C’est une équipe qui a fait pas mal de points en 2019, leur coach leur a donné une certaine stabilité. Il faut faire attention à eux car je sais qu’ils vont tout donner. A nous d’être solides comme d’habitude, de produire du beau jeu, d’être patients. On sait qu’ils seront nombreux derrière, nous devrons essayer de contourner cette défense, de trouver des espaces et de marquer le plus de buts possibles. Nous devrons par ailleurs être attentifs aux contres.

 

(BB) Au niveau tactique, à quoi faudra-t-il faire attention ?

 

Il faudra être assez patient et chercher des solutions sur les côtés comme ils seront très regroupés dans l’axe. Nos latéraux devront venir créer le surnombre devant. La patience sera la clé pour déstabiliser cette défense.

 

“Je prends beaucoup de plaisir sur le terrain”

 

On vous a trouvé spécialement bon ces derniers temps. Y a-t-il une raison particulière ?

 

Non, je pense simplement que je prends beaucoup de plaisir sur le terrain et que cela se ressent avec les coéquipiers qui me donnent également beaucoup de soutien. C’est clair que je ne peux pas non plus faire des grands matchs chaque week-end, mais j’essaie toujours de rattraper les erreurs que je fais. Je suis très content de mes performances actuellement, mais il reste encore quelques matchs importants lors desquels il ne faudra pas relâcher l’attention pour pouvoir atteindre notre objectif.

 

La Praille donne des ailes

 

A Wil, on a vu un bloc servettien souvent décalé sur la gauche. Comment expliquez-vous cela ?

 

Wil a bien joué le coup en première mi-temps, ils nous ont donné beaucoup de fil à retordre, surtout avec Audino qui était très remuant. Ce but encaissé est dû à une mauvaise compréhension dans la défense et avec le gardien, ça peut arriver. Nous n’étions pas en position de force avec ces trois matchs difficiles en une semaine, surtout avec la neige de Lausanne qui nous a plus fatigué que d’habitude. Je pense tout de même que le résultat est positif malgré le fait qu’on aurait pu retourner la situation en fin de match. Ce point est bon pour le moral de tout le monde.

 

Steve Rouiller est heureux au Servette FC (© Bastien Gallay)

 

Ce sera le premier match à domicile depuis cette victoire à Lausanne, est-ce que vous vous attendez à une affluence particulière ?

 

Bien sûr, on est leader et on se rapproche de notre objectif donc on s’attend à avoir de plus en plus de monde. On espère que le public répondra présent parce que cela nous donne des ailes pour aller le plus loin possible.

 


 

Iapichino veut laver l’affront

 

Dennis Iapichino, vous étiez dans les tribunes à Wil. Qu’avez-vous pensé du match de votre équipe ?

 

Au début, c’était compliqué, il y avait de la volonté mais les jambes ne suivaient pas trop. C’est normal au vu de l’influx nerveux lié au match contre Lausanne. En deuxième mi-temps, ça allait mieux, les gars ont voulu gagner le match, cela faisait plaisir à voir. Au final, on fait un point à l’extérieur, c’est toujours bon à prendre.

 

On a souvent vu Servette pencher à gauche et laisser beaucoup de champ à Audino. Etait-ce une tactique de l’entraîneur ou juste un fait de jeu ?

 

Non, je pense que c’est juste une tactique de Wil. Alain Geiger ne nous a en tout cas pas demandé de privilégier un côté plus que l’autre.

 

De la colère

 

Comment voyez-vous ce match à venir contre Chiasso deux mois après votre défaite là-bas ?

 

Nous sommes toujours un peu énervés parce que c’est le seul match que nous avons perdu en 2019. Je suis entré en jeu au Riva IV, le terrain était vraiment compliqué à jouer. J’ai vraiment envie de prendre ma revanche sur eux. Ce match se jouera dans la tête. Si nous sommes combatifs, si nous nous donnons à 100%, nous gagnerons. Je suis optimiste là-dessus.

 

“Ils ont joué comme en Italie et c’est pour cela que je suis en colère”

 

(BB) Craignez-vous Chiasso au vu de votre défaite là-bas et du fait qu’ils ont fait match nul à Lausanne ?

 

Il faut se rappeler que s’ils ont gagné contre nous, c’est parce que le terrain était mauvais et que dès qu’ils ont mené au score, ils ont tout fait pour perdre du temps. Ils ont joué comme en Italie et c’est pour cela que je suis en colère. Je connais le coach, je sais comment fonctionne son équipe. Nous devrons vraiment éviter de prendre le premier but et ça devrait aller.

 

(BB) Toujours est-il que leur match nul à Lausanne ne dépendait pas des conditions…

 

Oui, mais celles-ci seront encore différentes à la Praille. Ne nous inquiétons pas trop des conditions et plutôt de ce que l’on est capables de faire. Si nous sommes premiers, ce n’est pas pour rien. A nous de jouer notre jeu.

 

Retrouver le rythme

 

Vous avez beaucoup joué depuis votre arrivée et on vous sent de plus en plus à l’aise. Est-ce bien le cas ?

 

Oui, effectivement. Je n’ai pas beaucoup joué à Livourne, j’avais donc besoin de disputer des matchs pour retrouver un rythme. Je suis heureux d’être là. Nous avons une bonne équipe et nous sommes en train de bâtir quelque chose ensemble, c’est agréable.

 


 

Les commentaires d’Alain Geiger sur…

 

… La suspension de Wüthrich

On verra. J’ai des incertitudes avec Cognat et Alphonse, des éléments qui pourraient suppléer l’absence de Wüthrich, je dois donc attendre le dernier entraînement pour savoir qui sera vraiment à disposition (ndlr: interview réalisée vendredi). On a plusieurs variantes, notamment de partir sur un milieu à quatre qui libèrerait un peu plus Stevanovic à droite.

 

… Le retour de Dennis Iapichino

Je ne sais pas encore qui jouera. On pourrait aussi les voir les deux comme ça avait été le cas à Kriens avant que Séverin ne se blesse.

 

… Le premier match à domicile depuis Lausanne

C’est un dimanche après-midi, on est dans une bonne position et on sait que le derby compte pour les gens. Je pense qu’on peut faire la meilleure affluence de la saison, mis à part le derby du premier tour. En tout cas, ce serait bien d’avoir 4000 personnes.

 

… La défaite à Chiasso

On avait perdu ce match dans des conditions particulières. On sait que c’est une équipe qui peut poser des problèmes, mais là on est à domicile et on doit faire trois points pour garder notre position favorable. C’est une équipe qui est très différente de celle que l’on avait affrontée en début de saison.

 

… Le nul de Chiasso à Lausanne

On sait qu’ils vont jouer avec un bloc resserré très bas. A nous de trouver des solutions et de marquer vite. Ce sera vraiment important que nos attaquants trouvent des ouvertures et qu’on marque beaucoup.

 

… Le rôle de Chagas

C’est un joueur qui a des qualités bien précises : grâce à ses appels et son jeu de tête, il fait très mal aux défenses adverses lorsqu’elles sont fatiguées et repliées. C’est pour cela qu’il est aussi bon dans ce rôle quand il entre en fin de match. Lui, il veut débuter, c’est une bonne chose, et je le ferais volontiers débuter s’il avait le même effet dans les 30 premières minutes que dans les 30 dernières. Il va garder ce rôle-là, mais ça ne veut pas dire qu’il n’est pas précieux.