Le Servette FC Chênois Féminin débutait hier soir à l’échelon le plus élevé du pays : la National League A (ex-LNA). Malgré une excellente performance, elles ne repartent qu’avec un seul point de ce match (1-1), mais avec également quelques certitudes.

Le samedi 25 août 2018 restera comme une date historique dans l’histoire du football du bout du Lac : pour la première fois, une équipe féminine du canton de Genève prenait part au championnat de LNA. Une bénédiction pour tout le football romand, tant le football féminin a de la peine à s’y implanter, avec pour seule autre équipe de haut niveau le FC Yverdon, qui fait office de figure de proue depuis très longtemps et qui ne voit pas forcément d’un mauvais oeil l’apparition d’un nouveau concurrent francophone.

 

Pour marquer encore un peu plus le coup, le club genevois avait décidé d’évoluer au Stade de Genève, pour son premier week-end d’ouverture de la saison, le Servette FC masculin s’étant imposé 2-0  la veille sur la même pelouse contre une autre équipe zurichoise, le FC Winterthour (retrouvez le résumé de Clément Vuagnat ici). Des Grenat qui jouaient leur premier match à domicile et un adversaire issu de la plus grande ville du pays, ne restait que le score qui n’avait pas encore une même similitude. Si cela ne sera pas le cas au final, le SFCC est pourtant passé tout proche d’imiter son “grand frère”…

 

Eric Severac a la réputation d’être un excellent motivateur et un technicien hors-pair. Cela s’est encore vérifié hier puisque, dès le coup d’envoi, ses filles ne se laissaient pas impressionner par l’enjeu ou la taille du stade. Au contraire, elles cherchaient d’entrée à priver GC Frauen de ballon et à montrer qu’elles valaient bien plus que leur statut de néo-promues. Pendant les deux premières minutes, ce fut très bien réussi, les Sauterelles ne réussissant pas à prendre le contrôle du cuir. Puis la partie s’équilibra et pendant une demi-heure, on assista à un match passionnant entre deux équipes offensives, ce qui permit aux deux gardiennes Silva Castro (SFCC) et De Haan (GC Frauen) de se mettre largement en évidence.

 

La mi-temps fut sifflée sur le score de 0-0 après un dernier quart d’heure un peu plus haché, mais les sourires étaient malgré tout majoritaires dans les travées bien garnies de la Praille (600 spectateurs). Indéniablement, il s’agissait-là de l’un de ces fameux “bons 0-0”, un match où les actions ne manquent pas, où le jeu est ouvert et où les derniers remparts prennent le pas sur leurs adversaires.

 

La deuxième période débuta sur des bases similaires à la précédente, avec des Servettiennes extrêmement motivées et agressives sur le ballon. Après plusieurs nouvelles occasions très dangereuses, l’ouverture du score tomba comme un fruit mûr pour les Grenat. Suite à un coup-franc à mi-terrain mal géré par GC, la défense genevoise lança rapidement la contre-attaque (une phase de jeu dans laquelle elles excellent). Malheureusement, un rebond défavorable semblait avoir stoppé celle-ci. C’était sans compter sur l’abnégation de la capitaine Maeva Sarrasin (à nouveau exemplaire tant dans son jeu que dans son attitude) qui continua son effort pour presser son adversaire et la pousser à la faute. Cette dernière perdit le ballon dans la surface, ce qui permit à la Servettienne d’offrir un caviar à Nicole Regnier qui ne se fit pas prier pour ouvrir son compteur personnel. 1-0 donc après 50 minutes de jeu et c’était largement mérité, tant les Genevoises avaient réussi à prendre le dessus sur des Sauterelles asphyxiées par la volonté des joueuses locales.

 

S’il a été écrit plus haut qu’Eric Severac est connu pour ses qualités de motivateur, un autre exemple flagrant de celles-ci fut la gestion des minutes suivant l’ouverture du score. Au lieu de reculer comme le font nombre d’équipes, les Servettiennes continuèrent à aller de l’avant et à se créer des occasions, manquant parfois de très peu de doubler la mise. Malheureusement, une rengaine bien connue dans le football veut que lorsqu’on ne concrétise pas ses chances, on finit par encaisser un but derrière. Cela se vérifia à la 66e minute lorsque, sur un dégagement aux cinq mètres de Silva Castro, la défense Grenat oublia une attaquante adverse qui eut tout loisir de récupérer le deuxième ballon. Les joueuses de GC partirent ensuite à deux contre un affronter la gardienne genevoise et parvinrent à égaliser sur une jolie frappe croisée qui ne lui laissa absolument aucune chance.

 

Un peu moins d’une demi-heure restait encore à jouer donc, mais ce but va quelque peu couper les jambes des locales. Pendant une bonne dizaine de minutes, le match perdit en intensité, les deux équipes recherchant un second souffle au travers d’une valse de changements. Puis, petit-à-petit, les Genevoises reprirent à nouveau le contrôle des opérations avec pour objectif de ne pas se contenter d’un point qui ne serait pas cher payé au vu de la physionomie du match. Elles se créèrent encore plusieurs grosses occasions, la principale intervenant dans les arrêts de jeu, lorsqu’une attaquante grenat manquait le cadre alors qu’elle était seule à cinq mètres du but vide (elle sera toutefois sanctionnée d’un hors-jeu à la fin de l’action), mais plus rien ne sera marqué.

 

Le match se termina donc sur le score de 1-1, un score qui satisfera probablement plus les visiteuses, tant elles ont globalement dû subir la pression des néo-promues. On notera du côté de ces dernières l’excellente prestation de certaines de ses cadres, à commencer par Maeva Sarrasin et Sandy Maendly qui ont été irréprochables. Une mention spéciale également pour la gardienne Ana Silva Castro, qui a repoussé absolument tout ce qu’il lui était possible de repousser, et à Alexia Sciboz, dont l’apport offensif sur le côté droit a posé beaucoup de problèmes aux joueuses de GC, permettant ainsi régulièrement à sa capitaine de se créer des actions dangereuses.

 


 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose…

 

De positive

 

L’état d’esprit des Servettiennes : elles ont abordé ce match avec une envie de bien faire et une abnégation exceptionnelles. Plutôt que de se complaire dans leur rôle de néo-promues, elles ont tout donné pour aller chercher la victoire et montrer qu’elles seraient dangereuses cette année. Le rendu donnait une superbe publicité pour le football féminin genevois et l’on ne peut qu’espérer qu’elles sauront garder cette mentalité de conquérantes tout au long de la saison!

 

A améliorer

 

Le réalisme : à l’instar de leurs collègues masculins ces dernières semaines, les Servettiennes ont pêché à la finition en ne convertissant qu’une seule de leurs très nombreuses occasions. Le point du match nul est certes un bon départ, mais il y avait de la place pour faire mieux et l’on peut très bien imaginer toute la frustration des filles d’Eric Severac. Nul besoin de s’inquiéter toutefois, l’apprentissage du haut niveau passe aussi par là!

 


Servette Chênois Féminin – GC Frauen 1-1 (0-0)

Stade de Genève, 600 spectateurs.

Buts : 50′ Regnier, 66′ Roscic.

SFCC : Silva Castro; Sciboz (72′ Silvério), Faure, Di Pasquale (84′ Louvrier); Serrano, Duclos, Regnier (59′ Jakupi), Arias Vidal, Laaroussi; Maendly, Sarrasin (c).

GC Frauen : De Haan; Wirthner, Rüegg, Rauber, Steinmann; Walker (c); Hubler, Müller, Roscic (70′ Budmir), Eymann (73′ Klucker); Kristzin (86′ Karrer).


Revivez ce match en intégralité en cliquant ici