Les Grenat s’inclinent à Bâle malgré une bonne prestation. Victoire impérative mercredi à Vaduz.

 

Il est de ces matchs qui frustrent, qui laissent un sentiment d’inachevé, qui laissent des regrets : trouvez la formulation qui vous plaît, mais la défaite du Servette FC au Parc St-Jacques de Bâle sur le score de 1-0 laisse un goût amer dans les bouches servettiennes. Les Genevois se seront montrés entraînants, parfois brillants, en prenant d’assaut le but de (l’excellent) Lindner, mais les filets qui ont tendance à se refuser aux Servettiens depuis le début de la saison seront restés intacts.

 

Pour cette rencontre, Alain Geiger reconduit le même onze titulaire qui avait débuté la rencontre face au FC Zürich, le Valaisan souhaitant sans doute surfer sur l’euphorie de la victoire enlevée avec brio trois jours auparavant. Ondoua retrouve sa place en défense centrale et Séverin est titulaire comme latéral gauche, en attendant probablement la qualification de Gaël Clichy. Cespedes prend place devant la défense, Cognat et Valls sont côte à côte devant le Bolivien et Schalk, Stevanovic et Kyei forment le trio d’attaque. De l’autre côté du terrain, Ciriaco Sforza aligne une équipe de Bâle impressionnante avec de grands noms du football suisse tels que Widmer, Klose, Cömert, Frei, Kasami ou encore Stocker pour ne citer qu’eux.

 

Les Grenat n’enchaînent pas après leur victoire sur le fil contre le FC Zürich (© Thomas Zinguinian)

 

Et ce sont les Bâlois qui rentrent pied au plancher dans cette rencontre. Ils asphyxient complètement les Grenat qui ne touchent pas le ballon et qui sont pris de vitesse de tous les côtés. Cette domination sans partage dure cinq minutes, jusqu’à l’ouverture du score des Rhénans. Stocker est étonnamment esseulé sur le côté gauche, il centre fort devant le but et c’est Kasami (avec l’aide de Cespedes) qui pousse le ballon au fond. Heureusement pour les Servettiens, l’ancien Sédunois est hors-jeu sur le centre du numéro 14 bâlois et c’est logiquement que la réussite est annulée par Monsieur Dudic.

 

Après cet avertissement sans frais, les Grenat mettent le pied sur le ballon, dominent les Bâlois de la tête et des épaules et se créent plusieurs grosses occasions qui avaient toutes le poids d’un but. Stevanovic (6’), Schalk (10’, 45’) et surtout Kyei (tir sur la latte à la 29’) ont tous trois de grosses possibilités mais, soit manque de réussite, soit tombe face à un Lindner en feu qui nous rappelle bien le gardien qu’il était lorsqu’il évoluait à Grasshopers. La première mi-temps, de très haut niveau il faut le souligner, se termine alors sur un score nul et vierge.

 

La deuxième mi-temps part sur les mêmes bases que la première avec un très gros rythme et des Genevois maîtres de leur sujet. Malheureusement, les Grenat se font surprendre sur un corner de Stocker à la 51′ minute. Kasami s’élève plus haut que tout le monde et place une belle tête qui fait mouche, le ballon rebondissant juste devant Frick qui le surprend. Servette n’abdique de loin pas et se rue à nouveau sur le but de Lindner. Schalk se retrouve en position idéale cinq minutes après le but bâlois mais bute une nouvelle fois sur Lindner. L’on ne pensait pas alors que le match allait baisser en intensité et en intérêt mais c’était sans compter l’état d’esprit très peu sportif dont les Bâlois allaient faire preuve dès ce moment-là. Pendant trente minutes, et ce jusqu’à la fin de la rencontre, les Rhénans allaient enchaîner les gestes anti-sportifs, les pertes de temps absolument ridicules et arrivaient encore à se plaindre auprès de Monsieur Dudic pour chaque décision que l’arbitre prenait contre eux.

 

L’on assiste donc à une parodie de football jusqu’au terme de la rencontre qui ternira la bien belle partition que nous auront proposé les vingt-deux acteurs jusque-là. Des regrets donc pour des Servettiens qui se seront néanmoins battus sur chaque ballon et qui auront fait preuve d’une abnégation à toute épreuve, représentée par cette dernière belle frappe flottante de Valls à la 87′ minute, détournée par Lindner (encore lui !).

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Grejohn Kyei. Le français a effectué sa meilleure prestation sous le maillot grenat depuis son arrivée. Présent dans tous les duels, faisant passer Klose pour un défenseur de Challenge League, il aura fait quasiment tout juste, de la protection de balle aux passes dans le bon tempo pour ses coéquipiers. Il ne lui aura manqué que la finition qui aurait également été de son côté s’il avait été un peu plus chanceux.

 

L’état d’esprit. On a vu des guerriers sur le terrain, présents aux duels malgré le fait qu’ils jouent tous les trois jours depuis deux semaines. L’abnégation est le maître-mot de cette rencontre côté Grenat tant ils auront essayé tant et plus d’aller chercher cette égalisation qui aurait été largement méritée.

 

A améliorer

 

Savoir concrétiser. C’est malheureusement ce qui fait défaut à cette équipe depuis le début de la saison. Servette marque peu de buts malgré toutes les belles occasions qu’il se procure. 21 tirs contre Bâle sans le moindre but, ce n’est largement pas suffisant. Malgré tout, les deux dernières sorties laissent à penser que l’équipe avance dans la bonne direction et que le réalisme sera bientôt de mise.

 

Le fair-play du FC Bâle. Il est difficile de croire que ce club ait fait rêver bon nombre de supporters du football suisse tant cette équipe a fait preuve d’un état d’esprit indigne de son rang lors des trente dernières minutes. Le grand FC Bâle qui joue de manière fourbe et roublarde pendant un tiers du match face à une équipe qui n’évolue en Super League que depuis deux ans, cela fait peine à voir.

 


 

Réactions d’après-match

 

Jérémy Frick

 

 

Alain Geiger et Ciriaco Sforza (en conférence de presse)

 

 


 

FC Bâle 1893 – Servette FC 1-0 (0-0)

Parc Saint-Jacques, à huis-clos.

Arbitre : M. Dudic.

But : 51′ Kasami (1-0).

Bâle : Lindner; Widmer, Cömert, Klose, Petretta; Frei; Kasami, Marchand (61′ Von Moos); Zhegrova (84′ Pululu), Cabral, Stocker (C) (90+4′ Van der Werff). Coach : Sforza.

Servette : Frick; Sauthier (C) (69′ Diallo), Rouiller, Ondoua, Severin; Cespedes (59′ Imeri); Valls, Cognat; Stevanovic, Kyei (59′ Kone), Schalk (69′ Fofana). Coach : Geiger.

Avertissements : 11′ Widmer, 19′ Kyei, 42′ Ondoua (suspendu au prochain match), 45+1′ Sauthier, 63′ Cabral’ 74′ Klose, 79′ Imeri, 79′ Frei, 85′ Valls.

Notes : Bâle sans Zuffi, Xhaka, Jorge (blessés), Nikolic, Padula (Covid-19), Dimitriou, Campo, Oberlin, Tushi, Kalulu, Chiappetta et Isufi (non-convoqués). Servette sans Alves, Sasso, Mendy, Henchoz (blessés), Clichy (non qualifié), Antunes (raisons personnelles), Martial, Ajdini et Guerin (non-convoqués). (BT)