Nouveau naufrage pour un effectif genevois armé de l’ensemble de ses titulaires. La crise s’installe de plus en plus chez les grenat.

Le match


Le match s’annonçait difficile pour un Servette FC empêtré dans les défaites (4 sur les 5 derniers matchs), devant aller défier un FC Lucerne qui était en passe de réussir sa mission sauvetage, une victoire ce dimanche pouvant réduire son écart avec le 8ème Grasshopper à trois petits points. La rencontre voit des engagements musclés, plusieurs joueurs restant longuement à terre, avec des locaux plus entreprenants en attaque.

Crédit photo : Servette FC

Alors que les gardiens se mettent en évidence par plusieurs parades, l’ouverture du score tombera comme un fruit mûr à la 38ème minute, lorsuq’Abubakar trouvera enfin la faille dans le maillon défensif genevois. Et peu avant la pause, une intervention malencontreuse de Rodelin, suite à une glissade qui fauche Schultz, échauffera les esprits : trois joueurs seront avertis, entraînant une première suspension côté grenat, celle de Vincent Sasso, qui a accumulé trop de jaunes. Les nerfs lâchent facilement, et la pause n’y changera rien.

Crédit photo : Servette FC

Car la seule action genevoise réellement dangereuse arrivera à la 53ème minute, lorsqu’Imeri enverra un coup franc intéressant sur la latte de Marius Müller. Dès ce moment, le naufrage du Servette FC débutera. La chance lui manquera sur plusieurs situations de jeu certes, mais le manque de réalisme en phase offensive, les failles défensives et une certaine immaturité face aux provocations de l’adversaire rendront inéluctable la défaite. En effet, les mêlées et poussettes seront légion au moindre jeu dur, et Imeri se fera expulser à la 71ème minute pour son 2ème jaune en 60 secondes, alors que les hommes de Mario Frick venaient de creuser l’écart 2-0.

Crédit photo : Servette FC

À 10 contre 11 et sans motivation, les grenat concèderont deux buts supplémentaires. Une rencontre qui aura confirmé la relégation du Lausanne-Sports en Challenge League, le FC Lucerne étant désormais hors de portée des Vaudois. Une rencontre qui questionne sur le niveau des titulaires genevois vis-à-vis de la Super League. Qui questionne sur la réactivité du coach Alain Geiger alors que ses hommes n’ont accumulé que trois points et trois buts marqués en 6 rencontres. La performance sportive de l’équipe inquiète ; la potentielle réforme de la ligue et la garantie de non-relégation pour la prochaine saison qui l’accompagne pourraient représenter une sacrée aubaine pour permettre au Servette FC de retrouver le sommet de sa forme.

 

Les chiffres


0 comme le nombre de jeunes de moins de 20 ans, formés au Servette FC, qui ont pu fouler la pelouse de la Swissporarena ce dimanche. On espère que la piètre performance des titulaires leur donnera l’occasion de montrer leurs capacités aux publics de Super League avant la fin de la saison.

0,5 comme la moyenne de buts marqués par les Genevois sur les six dernières rencontres, contre une moyenne de 2,3 buts encaissés par match. Une statistique identique pour les points obtenus.

2 comme le nombre de doubles cartons jaunes obtenus en temps record de Kastriot Imeri à Lucerne (2 jaunes la même minute en février 2021, et 2 jaunes en 1 minute ce dimanche).

3 comme les tirs cadrés par les Genevois sur l’ensemble de la rencontre, contre 8 pour les locaux. Un chiffre dans la moyenne des 6 dernières rencontres des grenat.

 

Le joueur du match : Timothé Cognat


Timothé Cognat est une valeur sûre pour les grenat : peu importe le scénario, il reste présent dans les duels, créateur de jeu et solidaire avec ses coéquipiers. Un modèle à suivre, tant l’on a parfois l’impression que les grenat entrent tardivement dans le match, et le quittent en avance.

Crédit photo : Servette FC

Le moment insolite


Le public lucernois manque singulièrement de fair-play. Malgré une victoire 4-0 tout à fait logique et méritée, cela ne leur suffit pas. Une poignée de genevois courant sur le terrain après le coup de sifflet final se voient ainsi copieusement siffler, par un public que l’on voit volontiers exercer ses compétences en Challenge League.

 

Le coup de gueule


On ne change pas une équipe qui gagne. Mais que fait-on d’une équipe qui perd ? On prend les mêmes et on recommence? C’est la lecture que fait l’équipe de GE-Sports des choix tactiques d’Alain Geiger malgré l’absence totale de résultats sur le plan sportif. Et si l’on peut comprendre qu’il reste peu d’enjeu pour le Servette FC en cette fin de saison, l’occasion est belle d’offrir du temps de jeu à des jeunes formés au club et d’assurer ainsi une relève pour un effectif vieillissant. Poutant, la feuille de match n’en compte quasiment aucun : la fin de saison risque fort de nuire à la confiance des titulaires, et priver les jeunes d’une précieuse expérience de jeu.