Servette reçoit Rapperswil ce soir (en direct dès 19h45 sur notre site) pour son dernier match de l’année 2018. Si les Saint-Gallois sont en grosse crise de résultats, les Genevois ont sûrement laissé beaucoup d’influx nerveux lors du derby. Attention danger!

 

Accueillir un Rapperswil diminué un froid vendredi soir de décembre après avoir disputé un derby importantissime quelques jours auparavant n’a rien de motivant. D’autant qu’après onze matchs sans défaite, les Servettiens peuvent risquer de prendre ce match à la légère, comme obnubilés par leurs proches vacances. Pourtant, cette partie, comme les précédentes, vaut trois points et il serait malheureux de perdre des plumes sur ses concurrents par manque de concentration. C’est en tout cas le discours de l’entraîneur Alain Geiger qui a répondu hier à nos questions (ainsi qu’à celles de Blaise Bugyil de Radio Lac). Nous avons aussi pu rencontrer Kwadwo Duah et Daniel Follonier, deux remplaçants qui auront probablement l’occasion de montrer de quoi ils sont capables si le scénario redouté venait à se produire.

 


 

Follonier se sent autant concerné que les titulaires

 

Daniel Follonier, votre entraîneur semble vous considérer plutôt comme un remplaçant. Comment vivez-vous ce rôle ?

 

Il y a une bonne dynamique dans l’équipe et c’est difficile de dire quel joueur devrait sortir du groupe. Cela fait partie du foot et je me sens autant concerné que les titulaires. Pour atteindre notre objectif, nous avons besoin de tout le monde, il n’y a pas de titulaire ou de remplaçant, nous sommes une équipe.

 

L’important, c’est l’équipe

 

Vous avez de bonnes statistiques malgré votre maigre temps de jeu. Peut-on dire que cela ne se passe pas si mal que cela pour vous ?

 

C’est sûr, au niveau comptable, cela se passe bien pour moi. A chaque fois que je rentre sur le terrain, j’essaie d’aider l’équipe. Je suis venu ici pour cela et pour avoir du temps de jeu. Pour moi, c’est aussi un apprentissage. Il y avait un groupe qui s’était formé avant que je vienne, je n’allais pas arriver ici et prendre la place de quelqu’un. Cela viendra avec le temps, on aura besoin de toute l’équipe. Il y aura des blessés et des suspendus, il faut que tout le monde soit prêt.

 

“Chagas est Brésilien, je suis Portugais, on a donc le dialogue plus facile”

 

On a vu que vous aviez une bonne entente avec Chagas notamment, quand vous entrez ensemble cela fonctionne assez bien en général. Est-ce qu’il y a une raison particulière à cela ?

 

Déjà, il est Brésilien et je suis Portugais donc on a le dialogue un peu plus facile. Mise à part cela, on a l’habitude de s’entraîner plus souvent ensemble puisqu’après les matchs, les titulaires font un décrassage de leur côté. C’est vrai que j’ai une bonne entente avec lui, mais ça ne veut pas pour autant dire que je n’en ai pas avec d’autres joueurs.

 

C’est bientôt la trêve hivernale. Comment l’abordez-vous ?

 

Elle va faire du bien à tout le monde parce qu’on a fourni beaucoup d’efforts. Pour moi, faire toute la préparation avec l’équipe et partir en stage, cela va pouvoir m’aider et me donner encore plus de force pour jouer.

 

“Plus les matchs vont passer, plus notre solidarité sera forte”

 

(BB) Comment jugez-vous l’évolution de l’équipe entre votre arrivée et aujourd’hui ?

 

Au début, il y a eu beaucoup de changements dans l’équipe, du coup il a fallu du temps pour que l’équipe se rôde. Au fil des semaines, nous avons beaucoup pris de confiance en nous. Nous sommes devenus un vrai groupe avec une belle solidarité. Plus les matchs vont venir, plus elle va être forte. C’est à nous de ne pas faire de faux-pas. Nous avons appris de certains matchs où les adversaires sont revenus à la fin. Cela nous a servi, maintenant nous savons doser les efforts comme il faut.

 

Limiter les cadeaux à l’adversaire

 

(BB) Pour vous, c’est cette solidarité qui explique la série de onze matchs sans défaite ?

 

Oui. Elle concerne tout le groupe, du staff aux joueurs, tout le monde est important. Pour pouvoir aller plus haut, il faut que tout le monde tire à la même corde et c’est ce qui arrive dans ce groupe.

 

“On doit apprendre à tuer nos actions”

 

(BB) S’il y a un point sur lequel Servette doit s’améliorer sur la suite de la saison, quel serait-il ?

 

Quand on regarde nos matchs, on peut encore améliorer pas mal de choses. On doit notamment apprendre à tuer nos actions, à marquer encore plus de buts, à être encore plus costauds défensivement. Après, le foot se joue aussi sur des petits détails, mais si l’on arrive à limiter les cadeaux, cela peut beaucoup nous aider.

 


 

Geiger veut faire le bilan après Rapperswil, pas avant

 

Alain Geiger, avec le recul, comment jugez-vous ce match nul à Lausanne ?

 

Nous avons fait une très bonne partie. Nous avons joué pour gagner, malheureusement en football pour gagner à l’extérieur il faut généralement marquer deux buts. Nous n’y sommes pas parvenus, on se contente donc de ce match nul. C’était un match difficile face à une équipe qui en voulait, qui cherchait absolument à se rapprocher de nous. Suite à cette confrontation, je pense que c’est eux qui sont un peu plus déçus parce qu’ils restent à sept points. Nous on a fait un point à l’extérieur, on a fait notre travail.

 

L’entrée d’Imeri pour Alphonse a surpris plus d’un observateur. Pouvez-vous nous expliquer l’idée derrière ce changement ?

 

Simplement qu’Alphonse se plaignait du dos déjà à la mi-temps. Il était un peu blessé et m’avait déjà fait plusieurs fois signe que ça n’allait pas.

 

Servette doit se concentrer sur son jeu

 

Rapperswil est en grosse crise de résultats et a des gros problèmes de gardiens, leurs deux premiers étant blessés et le troisième incertain. Comment abordez-vous ce match ?

 

Quand on fait un point à l’extérieur, il faut confirmer par une victoire à la maison. On sait que ce ne sont pas des matchs simples parce que ce genre d’équipe se bat pour le moindre point. A nous d’être vigilants, de présenter notre jeu, d’être agressifs offensivement, de gagner nos duels comme on l’a toujours fait pour pouvoir poser notre jeu. Je suis persuadé que si l’on est dynamiques, on aura des occasions pour marquer des buts.

 

Il semblerait que la pelouse de la Praille soit en mauvais état. Est-ce que cela change quelque chose dans votre approche du match ?

 

Elle n’est pas détériorée, mais ce n’est clairement pas une pelouse estivale. C’est normal parce que le temps est couvert, le terrain a un peu gelé et il y a eu beaucoup de matchs dessus cette année. Malgré tout, je crois qu’elle sera convenable pour cette rencontre.

 

“Quand on sent qu’on se fait plaisir sur le terrain, souvent, on fait aussi plaisir aux spectateurs et ils ne faut vraiment pas les oublier.”

 

Servette est champion d’automne. Ces dernières années, le champion d’automne a quasiment toujours été promu à la fin. Est-ce que vous donnez une quelconque importance à ce titre honorifique ou pas du tout ?

 

Si vous le dites, alors c’est tant mieux pour nous ! Je crois que l’équipe le mérite. Ensemble, on a fait une grosse série de 11 matchs sans défaite. On est l’équipe qui a présenté le meilleur jeu, on a été réguliers, on a marqué beaucoup de buts. Pour moi, c’est une question de dynamique. On sait que ce qu’on a fait est juste. A nous de rester sur ce rythme et cette envie-là à commencer par cette rencontre contre Rapperswil qui est un match piège. Il faut garder cette volonté d’aller vers l’avant, de gagner nos duels et de se faire plaisir. Quand on sent qu’on se fait plaisir sur le terrain, souvent, on fait aussi plaisir aux spectateurs et ils ne faut vraiment pas les oublier.

 

Un mercato qui s’annonce calme

 

Est-ce que vous envisagez déjà des transferts, dans un sens ou dans l’autre, pendant la pause ?

 

Non, notre souhait est de rester stables. Pour l’instant, il n’y a pas grand chose à faire. Il doit nous rester deux places pour des joueurs suisses, mais ce n’est actuellement pas une grande priorité. On n’a rien en vue.

 

Quels seront les absents pour ce match contre Rapperswil ?

 

Lang, Busset et Souaré sont toujours blessés. Il y a également Antunes qui n’a pas pu s’entraîner correctement cette semaine et qui ne sera pas engagé pour ce match. J’attends encore le dernier entraînement pour savoir si tous les autres joueurs seront ou non à disposition.

 

Des pistes pour le bilan intermédiaire

 

(BB) Vous avez longtemps prôné la patience en début de saison. Est-ce que cette approche est concluante selon vous ?

 

C’est concluant si l’on gagne notre dernier match. Actuellement, nous sommes premiers, mais on veut également conserver cet écart. On ne pouvait pas carburer à fond alors qu’on partait dans un marathon. Il nous a fallu une dizaine de matchs pour trouver le bon rythme, mais sur les derniers matchs, je suis très content en effet.

 

“On ne pouvait pas carburer à fond alors qu’on partait dans un marathon”

 

(BB) Est-ce que vous pensez que cela va être compliqué de conserver ce rythme au printemps ?

 

Dès début janvier, notre travail sera de recréer un collectif et une ambiance de groupe. Tout le monde s’est mis au service de l’équipe et du club. C’était fantastique. Je l’ai déjà dit aux gars et je vais encore leur rappeler : ce n’est qu’avec un comportement exemplaire comme celui-ci qu’on arrivera à avoir une équipe homogène et dynamique. Ces valeurs, il faudra les conserver.

 

Savoir se remettre en question malgré tout

 

(BB) Est-ce qu’il y a aussi des choses à corriger ?

 

On va toujours demander plus. On va aussi se remettre en question, que ce soit au niveau du staff technique ou des joueurs. On sait qu’on peut encore améliorer des choses, on doit prendre le temps de la réflexion. Rien n’est acquis dans le football. Il nous faudra retrouver ces valeurs au deuxième tour et en remettre une couche parce que le championnat sera vraiment différent. Les autres équipes aussi auront dix-huit matchs dans les jambes, elles seront également mieux rodées. On doit encore élever le niveau et je sais qu’avec ce groupe, c’est possible.

 


 

Duah : “j’aurais dû frapper plus fort et plus dans le coin !”

 

(BB) Kwadwo Duah, comment sentez-vous ce match contre Rapperswil ?

Ça sera difficile car c’est une équipe qui joue compact. Ils vont venir à Genève pour gagner, mais nous voulons terminer cette année sur notre lancée et nous allons tout faire pour remporter ce match.

 

(BB) Comment vivez-vous votre rôle dans l’équipe ?

Je le vis plutôt bien. J’ai été blessé pendant trois mois, maintenant je suis de retour à 100%. Je n’ai plus de douleurs, je m’entraîne correctement et j’espère avoir une chance de jouer.

 

(BB) Est-ce que vous pensez avoir une chance d’être titularisé demain (ce soir, ndlr) ?

Je ne sais pas. Je l’espère, bien sûr, mais c’est à l’entraîneur de faire ses choix. Je suis en forme, je peux jouer, on verra bien ce qu’il se passera.

 

Vous avez adressé un superbe tir contre Lausanne qui avait le poids d’un but. Qu’avez-vous pensé de ce match ?

C’était un bon match. Nous avons bien joué, c’était difficile d’obtenir quelque chose de plus. Cela aurait pu être le cas avec mon tir mais le gardien a bien fait son travail. J’espère que la prochaine fois, ça finira au fond !

 

(BB) Qu’avez-vous pensé sur le moment ?

Je me suis dit que j’aurais dû tirer plus fort et plus dans le coin, il serait peut-être rentré.

 

Vous êtes sous contrat avec Young Boys qui vient de battre la Juventus. Qu’avez-vous pensé de ce match ?

C’est extraordinaire pour le football suisse. YB a très bien joué et a fait son match. Pour moi, leur victoire était méritée.

 

Est-ce que cela vous donne des idées pour l’avenir ?

Oui, peut-être. Mon rêve serait de jouer la Ligue des Champions, on verra bien si j’y arriverais un jour. Avec YB ou pourquoi pas avec Servette!