Les Grenat s’en vont défier Winterthour dans leur antre de la Schützenwiese (dès 16h45 sur notre webradio) avec la ferme intention de continuer leur sans-faute contre les Zürichois. 

 

Trois matchs, trois belles victoires. Voici le bilan du Servette FC face à l’actuel quatrième de Challenge League, un adversaire qui convient bien aux Servettiens qui ont à chaque fois pu proposer leur meilleur jeu. Il y a de cela à peine trois semaines, les Genevois s’étaient imposés 5-2 à la Praille après un récital offensif.

 

Nous avons pu rencontrer Sally Sarr, Timothé Cognat ainsi qu’Alain Geiger qui espèrent réitérer une nouvelle belle performance dans un match qui aura un avant-goût certain de Super League. Les questions ont été posées par Thomas Zinguinian et Blaise Bugyil (Radio Lac).

 


 

Sally Sarr, un international… surnuméraire

 

Sally Sarr, comment appréhendez-vous le fait de ne pas pouvoir beaucoup jouer ici à Servette malgré le fait que vous souhaitiez jouer la Coupe d’Afrique des Nations cet été ?

 

Finalement, c’est cette Coupe d’Afrique des Nations qui me permet de rester positif, que ce soit à l’entraînement ou aux matchs. C’est cet objectif qui me permet de rester très professionnel et de me donner à 100% pour Servette. Pour pouvoir atteindre cet objectif, je dois donner encore plus que d’habitude en dehors du terrain pour pouvoir montrer de quoi je suis capable et de pouvoir rester en forme.

 

“Quant le groupe a du temps libre, moi je prends le temps de venir au stade pour m’entraîner tout seul”

 

(BB) On peut dire que vous faites des heures supplémentaires en quelque sorte ?

 

Oui, tout à fait. Quand le groupe a du temps libre, moi je prends le temps de venir au stade pour m’entraîner tout seul ou venir avec le préparateur physique pour faire des exercices. Il faut que je sois prêt à n’importe quel moment et c’est pour ça que je m’entraîne beaucoup. Après, c’est sur que les matchs, ce n’est pas la même chose que les entraînements, mais c’est important d’avoir quelque chose à côté des matchs pour pouvoir être prêt pour un match comme celui de demain.

 

Opérationnel dès le début

 

(BB) Est-ce que vous aurez besoin de dix ou quinze minutes d’adaptation pour rentrer dans votre match demain ?

 

Non, je vais aborder le match dès le coup de sifflet en donnant tout ce que je peux. Vous savez, je suis un guerrier et j’aime beaucoup jouer dans l’axe comme ce sera le cas demain. J’apprécie devoir rester au contact de l’attaquant adverse avec comme objectif de ne pas prendre de buts.

 

Vous réjouissez-vous de pouvoir retrouver le terrain ou appréhendez-vous un peu le fait de ne pas avoir joué depuis longtemps ?

 

Dans un premier temps, ça fait vraiment plaisir de retrouver le groupe et de retrouver de la compétition. C’est vrai que cela fait un bout de temps que je n’ai pas joué, mon dernier match était à Kriens au mois de février. Pour ce match-là, c’était Steve Rouiller qui était suspendu et j’avais très bien su faire mon travail étant donné que l’on avait gagné 3-0. Donc je ne fais pas trop de souci pour demain et je donnerai tout ce que je pourrai sur le terrain.

 

Le Burkina n’est pas Chiasso

 

Finalement, vous êtes un des seuls joueurs ici à Servette à avoir une expérience internationale chez les seniors. Est-ce que cette expérience peut aider vos coéquipiers ?

 

C’est clair qu’en sélection, ce ne sont pas les mêmes matchs qu’en Challenge League. Récemment, j’ai joué contre le Burkina Faso avec un trio d’attaquants extrêmement bon, à savoir Bertrand Traoré, Jonathan Pitroipa et Prejuce Nakoulma. C’est une autre expérience et dès que je joue avec le Servette, je peux transmettre cela aux autres joueurs, en les encourageant beaucoup, donc je pense que c’est quelque chose de bien pour le groupe.

 


 

Alain Geiger est confiant pour ce grand match

 

Alain Geiger, vous avez légèrement changé de système contre Chiasso. Avez-vous une explication à nous donner ?

 

Non, on a gardé le même système avec Iapichino qui a simplement pris la place de Cognat et ce même Cognat qui a pris la place de Wüthrich donc c’est pour cette raison que Iapichino se retrouvait souvent au milieu, comme le fait souvent Cognat lorsqu’il se retrouve à ce poste. 

 

Servette on (Winter)Tour

 

Vous vous déplacez à la Schützenwiese pour y affronter Winterthour. Comment voyez-vous cette rencontre ?

 

Disons que les sept matchs qui nous restent sont sept finales donc ce qu’il nous faudra à Winterthour, ce sera surtout beaucoup d’énergie et étant donné qu’on a bien récupéré du match contre Chiasso, on s’est bien préparés. On veut imposer notre jeu, notre manière de jouer et marquer beaucoup de buts. On sait que ça va être difficile, Winterthour est une bonne équipe avec quatre bons atouts offensifs. Ce sera un match avec 6’000 ou 7’000 spectateurs donc un match très vivant et étant donné que mes joueurs aiment ces matchs avec de l’enjeu et de l’intensité, ça risque d’être un beau match. À nous d’être à la hauteur et de jouer comme un leader.

 

Comme face à Schaffhouse, Cognat se réjouit de produire du beau jeu (© Bastien Gallay)

 

(BB) Le prochain adversaire après Winterthour, ce sera Aarau contre qui Winterthour a joué la semaine dernière. Avez-vous regardé ce match pour vous faire une idée un peu plus précise de ce qu’allait proposer Winterthour ?

 

Vous savez, on a joué contre Winterthour il n’y a que trois semaines et ça fera la quatrième fois qu’on les affronte donc on commence gentiment à les connaître. On n’a pas besoin de trop regarder les adversaires quand ils jouent à l’extérieur étant donné que là, ce sera Winterthour à domicile contre qui l’on va jouer demain donc j’ai plus regardé leurs matchs à domicile. C’est une équipe qui a un fort potentiel offensif mais qui est faible défensivement donc à nous de trouver des attaques rapides qui peuvent les mettre en difficulté. Je vais demander à mes joueurs de provoquer la réussite pour marquer ces buts qui nous permettront de gagner. 

 

“Sally Sarr va remplacer Routis”

 

Routis sera suspendu donc comment abordez-vous le fait que votre charnière centrale sera amputée d’un de ses deux éléments ?

 

L’autre jour, Wüthrich n’a pas joué et quelqu’un l’a très bien remplacé. Je crois qu’on a un contingent assez riche pour pouvoir palier à ces absences. C’est clair que Sally Sarr, qui va remplacer Routis, a un profil différent. Il est plus physique, plus fort au marquage sur l’homme et a un peu moins de relance donc à lui d’amener de la fraîcheur, de l’énergie tout en jouant simplement. J’ai confiance en ses capacités, je sais qu’il va amener beaucoup de stabilité à la défense. Après, il faudra être attentifs parce qu’on a pris passablement de buts sur les derniers matchs. 

 

En défense, Alain Geiger ne laisse rien au aSarr

 

Vous prenez des buts et il y a ces 25 premières minutes des quatre derniers matchs qui sont vraiment compliquées. Avez-vous une explication par rapport à cela ?

 

Il y a un mois et demi en arrière, j’étais vraiment content des débuts de matchs qu’on était capables de faire. Aujourd’hui, un peu moins parce qu’on prend souvent un but mais je crois que ce n’est qu’un problème de concentration. J’ai mis l’accent ces derniers jours sur la vigilance défensive, une vigilance qu’il faudra absolument avoir demain pour pouvoir gagner le match. 

 

“Sarr est un guerrier qui s’adapte très vite”

 

(BB) À quel point le changement de défense avec l’intronisation de Sarr change la disposition générale de l’équipe ?

 

Cela ne change pas énormément. Les autres joueurs doivent simplement faire l’effort d’intégrer Sarr, qu’il se sente le plus à l’aise possible. C’est déjà ce qu’on a fait ces derniers jours à l’entraînement en lui montrant toute la confiance qu’on a en lui, étant donné que ça fait pas mal de matchs qu’il n’a pas pu jouer à cause du problème des surnuméraires étrangers. Cependant, c’est quelqu’un qui s’adapte très vite, c’est un guerrier donc cela me rend très optimiste. 

 


 

Timothé Cognat se réjouit de proposer du beau jeu

 

(BB) Timothé Cognat, est-ce que ces matchs contre Winterthour et Aarau sont un tournant de cette fin de saison ?

Oui, ce sont deux grosses rencontres en vue du classement mais on n’a pas de pression à avoir, car on a 11 points d’avance. Après, c’est sur que l’on veut gagner les deux matchs, mais on est devant donc la pression est sur ces deux équipes beaucoup plus que sur nous.

 

(BB) Comment voyez-vous cette équipe de Winterthour ?

C’est une équipe contre laquelle on joue bien, mais cela va être très compliqué car c’est une équipe qui joue le tout pour le tout pour la montée. On connaît leurs points forts et leurs points faibles donc on va essayer de pousser sur leurs points faibles.

 

(BB) Est-ce que l’absence de Routis signifie que vous allez devoir faire plus de filtrage à mi-terrain ?

Non, on ne remplace qu’un seul joueur donc il n’y aura pas de changement de système. Le joueur qui va remplacer Routis va amener quelque chose à l’équipe. Il n’y a pas de souci à se faire de ce côté-là.

 

Contre Winterthour, vous aurez certainement plus d’espace que contre Chiasso la semaine dernière. On imagine que vous préférez cela ?

Oui c’est vrai que c’est beaucoup plus simple de jouer contre une équipe qui joue véritablement. On l’a vu que contre Chiasso, c’était beaucoup plus compliqué de trouver des espaces, des mouvements intéressants. Contre Winterthour, ce sera certainement beaucoup plus intéressant pour pouvoir proposer du beau jeu.

 

Avec l’absence de Wüthrich, on a vu Iapichino être titularisé en tant que milieu extérieur. Était-ce l’intention du coach d’avoir beaucoup de mouvement au milieu ?

Non, on a pas du tout changé notre système, on a toujours joué en 4-4-2 losange ou à plat. Après, étant donné que l’on est une équipe avec beaucoup de mouvement, on aime bien bouger un peu partout en se trouvant n’importe où sur le terrain.

 

Si Servette venait à être promu en fin de saison, comment voyez-vous votre avenir entre Genève et Lyon ?

Ça, ce n’est pas de mon ressort, ce n’est pas moi qui déciderai de ça. J’ai des agents, et les deux clubs se mettront d’accord de leur côté. Après, de mon côté, mon objectif, c’est la montée avec Servette et on verra bien par la suite.