Le Servette FC a joué treize matchs de Challenge League cette saison, soit 1’170 minutes de jeu. Un seul joueur les a toutes disputées. Il s’agit du défenseur valaisan Steve Rouiller, qui s’est imposé comme patron de la défense Grenat.

 

Arrivé cet été en provenance de Lugano, le numéro quatre servettien fait forte impression. Intraitable en défense quel que soit son partenaire, il n’est assurément pas étrangers aux bons résultats de son équipe lors de ces derniers matchs. GE-Sports a eu la chance de pouvoir l’interviewer vendredi dernier lors du traditionnel point presse d’avant-match en compagnie de Blaise Bugyil (Radio Lac) dont les questions ont été identifiées comme telles.

 

Steve Rouiller, vous êtes un titulaire indiscutable au Servette FC. Est-ce que vous vous attendiez à jouer autant que cela ?

 

Je suis venu ici pour jouer. Bien sûr, il faut prouver dans chaque équipe qu’on mérite notre place, mais je pense qu’avec du sérieux, j’ai su la trouver. Chaque match, je me dis que rien n’est acquis, ça m’aide à donner le maximum pour l’équipe et pour aider Servette à jouer le haut du classement. Je jouais un peu moins en fin de saison dernière, c’était donc le but pour moi de trouver du temps de jeu en venant à Servette et de me faire plaisir.

 

“En tant que défenseur, c’est important de montrer aux autres qu’on est présent au cas où”

 

Malgré votre temps de jeu important, vous faites très peu d’erreurs. Finalement, n’êtes-vous pas trop fort pour la Challenge League ?

 

Non, je ne pense pas. Je reste concentré sur ce que j’ai à faire, le but en défense, c’est de faire le moins d’erreurs possibles et d’aider l’équipe à garder la tête dans le match. En tant que défenseur, c’est important de montrer aux autres qu’on est présent, qu’au cas où il y aurait une erreur au milieu du terrain, on est là pour les aider. Des fois, c’est clair qu’on va prendre des buts, on n’est pas des phénomènes non plus. Cela fait un peu partie du jeu d’essayer d’être le meilleur possible même s’il y a parfois des jours moins bons. J’essaie vraiment de donner le maximum pour les autres.

 

La complicité avec Routis

 

Depuis quelques matchs, vous jouez avec Christopher Routis et non plus avec Mfuyi. On sent une bonne complicité entre vous deux. Est-ce bien le cas ?

 

Oui, c’est clair, même si je pense qu’on a aussi fait des bons matchs avec Mfuyi. J’ai aussi joué avec Sally Sarr, c’est bien de pouvoir s’adapter à plusieurs joueurs. Pour moi, c’est important de trouver des complicités à chaque match avec chaque joueur. On a un bon effectif qui nous permet de faire tourner assez souvent, c’est donc crucial de trouver de la cohésion assez rapidement et je pense qu’on l’a assez bien fait.

 

On sent que vous êtes très complémentaires avec Routis tant en phase défensive qu’à la relance avec chacun vos latéraux respectifs. Comment le ressentez-vous ?

 

C’est le but. A Servette, on aime bien avoir le ballon et c’est en partant depuis derrière que l’on va trouver des ouvertures. Chaque défenseur doit aussi apporter quelque chose à l’équipe et je crois que peu importe avec qui derrière, on arrive à apporter le surnombre devant et avoir des occasions à chaque match.

 

“Servette était très intéressé depuis un moment, c’était une bonne aubaine”

 

Votre transfert à Servette l’été dernier a surpris plus d’un observateur. Comment est-ce qu’on arrive comme cela en Challenge League alors que l’on est plutôt bien coté à l’étage supérieur ?

 

C’est clair, j’étais aussi surpris de voir qu’en fin de saison dernière, je n’étais plus dans les plans du club. Je suis parti en vacances pour me reposer un peu et ne pas trop penser au futur. J’ai voulu avoir une discussion avec le coach de Lugano de l’époque Guillermo Abascal pour savoir ce qu’il pensait et attendait de moi. J’ai bien vu qu’il n’y avait pas une énorme complicité, du coup j’ai essayé de regarder un peu ailleurs. J’ai remarqué que Servette était très intéressé depuis un moment, c’était une bonne aubaine. Servette est quelque chose d’important pour moi aussi parce que c’est un club romand avec une longue histoire derrière et ambitieux pour l’avenir. J’ai eu un bon point de chute et je suis vraiment content d’être ici aujourd’hui.

 

Comment vous sentez-vous à Servette actuellement ?

 

Comme je l’ai dit, je suis venu ici pour avoir du plaisir. Je pense que dans le groupe, l’ambiance est super. Je suis très heureux de venir à l’entraînement, de voir les copains et de faire des bons résultats le week-end. J’espère que cela va continuer ainsi !

 

Un bol d’air nécessaire

 

(BB) Hormis l’histoire du club, qu’est-ce qui a changé dans votre parcours en venant à Servette ?

 

Je pense que c’est les ambitions. J’ai souvent été dans des clubs où le maintien était l’objectif principal de la saison. Ici, on doit gagner chaque match, c’est une pression différente par rapport aux saisons précédentes. Pour moi, c’est quelque chose d’incroyable parce que mes objectifs c’est de gagner et de prendre du plaisir et c’est justement le but de tout le monde dans l’équipe. C’est donc idéal pour moi.

 

“J’ai envie de faire des belles choses avec Servette et de voir sur le long terme ici”

 

(BB) A vous entendre, même si vous êtes redescendu d’une ligue, c’est un pas en avant dans votre carrière ?

 

Oui, c’est clair. Je ne suis pas venu ici en me disant que j’étais une catégorie plus basse et moins relevée que la Super League. Je prends du plaisir, j’ai envie de progresser encore, de faire des belles choses avec Servette et voir sur le long terme ici. Je me sens très bien et j’espère que cela va continuer ainsi.

 

La polyvalence, une chance pour Servette

 

(BB) En début de saison, vous jouiez avec Mfuyi en défense et Routis devant vous dans une sorte de triangle. Est-ce que cela offre plus de mobilité au sein de la défense centrale ?

 

C’est important d’avoir des joueurs qui peuvent jouer plusieurs rôles. Routis a su très bien le faire en début de saison au milieu de terrain et maintenant derrière. Pour le coach, c’est important d’avoir plusieurs possibilités, mais ça l’est pour nous aussi sur le terrain parce qu’on peut facilement s’adapter en cas de blessure ou d’expulsion. C’est vraiment bien pour l’équipe de pouvoir compter là-dessus.

 

(BB) Le fait d’avoir plusieurs défenseurs centraux de talent à disposition, cela offre aussi plus de sécurité défensive, non ?

 

Oui effectivement. La saison passée, il y avait pas mal de soucis de ce côté-là avec les blessures et autres, ce qui les a forcé à rafistoler en fin de saison. Pour l’instant, on est bien en place, les joueurs sont là et concernés, c’est donc de bon augure pour la suite. Il faut rester dans un état d’esprit de compétiteur, on sait que le championnat va être très long, on aura donc besoin de tout le monde.