Deuxième match de championnat pour les Grenat et deuxième déplacement. Après Aarau, il y a une semaine, les Servettiens se déplacent au Tessin en ce samedi soir pour y affronter le FC Chiasso.

Steve Rouiller répond aux questions de Thomas Zinguinian après le match

 

Le FC Chiasso, une équipe qui est devenue sa bête noire ces dernières années et contre laquelle ils restent sur 2 victoires, une défaite et surtout 7 (!) matchs nuls… Autant dire que les joueurs étaient prévenus et ne s’attendaient pas à une partie de plaisir. Afin de préparer au mieux ce déplacement périlleux, les Grenat décident de partir pour le Tessin vendredi déjà. Alain Geiger décide pour sa part de reconduire exactement le même groupe que la semaine précédente, laissant toujours Miroslav Stevanovic à Genève afin de recouvrer sa pleine santé. Même groupe donc, mais aussi même onze de départ avec la titularisation d’Alex Schalk alors que celui-ci était pourtant annoncé incertain.

 

Un début de rencontre parfait

 

Après quelques minutes de pression constante des Grenat en début de rencontre, Sauthier récupère le ballon dans sa moitié de terrain, voit le magnifique appel de balle de Schalk dans le dos de la défense et le lance idéalement. Le Néerlandais s’en va seul face au gardien Mossi, voit Wüthrich seul au point de penalty et le sert parfaitement. Le numéro 10 Grenat ne se fait pas prier et envoie le cuir au fond des filets tessinois. On joue depuis à peine six minutes et c’est déjà 1-0 pour les Servettiens qui marquent sur leur première occasion du match. On se croirait de retour au Brügglifeld et on ne peut que s’en réjouir.

 

“Wüthrich s’est probablement luxé la hanche” (A. Geiger)

 

Servette est décidément bien rentré dans son match et ne ménage pas ses efforts pour tenter d’aller inscrire le but du break. Dix minutes après l’ouverture du score, on retrouve Timothé Cognat qui réalise une splendide déviation de l’extérieur du pied pour Alex Schalk, à nouveau hauteur d’un appel de balle et d’une course croisée dont il a apparemment le secret. Le numéro 13 Grenat se retrouve seul face à Mossi et il faut une parade de grande classe du gardien Chiassesi pour contrer Schalk et permettre à ses couleurs de rester dans la partie.

 

La poisse s’en mêle

 

Après cette première partie de match rondement menée, les Servettiens vont subir deux tuiles coup sur coup. Tout d’abord, Wüthrich retombe mal à la suite d’un duel aux alentours de la vingtième minute de jeu : « Il s’est probablement luxé la hanche… ». C’est malheureusement les propos qu’on aura pu entendre d’Alain Geiger en salle de presse à la fin du match, ce qui signifie probablement plusieurs semaines d’absences pour le Neuchâtelois. Et comme un problème ne vient jamais seul, quelques minutes plus tard, Alex Schalk réalise à nouveau une merveille d’appel, s’en va seul sur le côté gauche mais stoppe net son effort et s’écroule par terre. Le verdict est sans appel, l’attaquant Grenat s’est déchiré un muscle de la cuisse : « Il sera absent des terrains pour quatre à cinq semaines… J’aurais préféré faire match nul que de perdre deux de mes meilleurs joueurs! » dira son entraîneur, dépité, quelques instants plus tard.

 

Si Wüthrich parviendra à tenir sa place jusqu’à la mi-temps, où il cédera sa place à Chagas, Schalk pour sa part, sera remplacé sur le champ par Follonier. Les Grenat rentrent donc au vestiaire avec ce maigre avantage d’un but

.

La solidité impressionnante de Servette

 

Ces deux mauvaises nouvelles auraient pu rendre la tâche des Grenat compliquée et leur casser le moral. Il n’en est rien. Rouiller et ses coéquipiers reviennent sur le terrain avec encore plus de hargne et de concentration et deviennent une muraille tout bonnement infranchissable. Les hommes de Geiger barricadent leur surface de réparation et ne laissent rien à leurs homologues tessinois.

 

Les Grenat profitent de contres pour essayer d’aller inscrire un but précieux qui les mettraient à l’abri. À la 67ème minute, sur l’un d’eux, Séverin effectue un travail magnifique sur le côté gauche et obtient un corner. Sur celui-ci, botté par Steven Lang, Mychell Chagas pique sa tête qui lobe Mossi. Cela fait 2-0 pour le SFC, c’est mérité et cela leur permet d’entrevoir les trois points au bout de leur long périple.

 

“On est tous conscients qu’on peut faire quelque chose de bien cette saison” (S. Rouiller)

 

Six minutes plus tard, Chagas effectue un gros travail dos au but sur un centre venu de la droite. Il tombe dans la surface après un accrochage avec un défenseur adverse et obtient un penalty peu être un peu généreux. Le Brésilien se fait justice lui-même et inscrit le 3-0 pour ses couleurs. Les Grenat viennent de tuer le match et ne seront pas rejoint. Ils défendent ces trois buts d’avance avec une solidité et une solidarité que l’on n’avait plus l’habitude de voir, pour le plus grand plaisir de la trentaine de supporters servettiens qui ont fait le long déplacement. Le SFC tient sa deuxième victoire de la saison, une victoire resplendissante, tant elle est acquise avec une solidité impressionnante et une magnifique soif de gagner.

 


 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose :

Positive : Que dire de Steve Rouiller ? Un véritable patron dans la défense servetienne, une solidité si précieuse, un état d’esprit conquérant. Bref, la grande classe !

À améliorer : Le nombre de blessures trop importantes dans cette équipe depuis maintenant trop longtemps. Si Servette veut viser la promotion, il faudra régler ce problème.