Les Grenat se sont imposés 1-0 à la Praille contre Lausanne dans une partie qui n’a jamais décollé. Sasso a inscrit le seul but genevois, tandis que les Servettiens ont été sauvés par la VAR à la 90e.

Le match


Malgré la défaite à Zurich, Alain Geiger a choisi d’aligner le même onze contre Lausanne qu’une semaine auparavant au Letzigrund, à l’exception de la titularisation de Douline pour Cespedes (blessé). Du côté des Vaudois, l’entraîneur Alain Casanova, débarqué dans la capitale olympique à peine quelques jours plus tôt, a décidé de brasser ses cartes. Conséquence principale: le capitaine Kukuruzovic s’est retrouvé sur le banc, victime également d’un remaniement tactique avec le passage à un 5-4-1.

La première mi-temps n’a pas été d’une très grande cuvée. Lausanne s’est procuré la première occasion dans le premier quart d’heure, une frappe de Mahou captée en deux temps par Frick. Le portier servettien ne le savait pas encore, mais ce sera sa seule véritable intervention de la rencontre. Servette a mis une quinzaine de minutes à se mettre en route, mais par la suite, les Grenat ont facilement pris le contrôle du match face à un bien pâle LS.

Les Servettiens ont toutefois peiné à se créer des situations dangereuses. C’est finalement sur une étrange action à la 41e qu’ils ont pris l’avantage: suite à un corner, les Genevois ont obtenu une touche qu’Imeri a rapidement joué. Le ballon a circulé jusqu’à atterrir dans les pieds de Rodelin sur l’aile. Le Français a envoyé le cuir dans la surface. Une tête a surgi pour l’envoyer hors de portée de Mory Diaw. Le buteur? Vincent Sasso, qui ne s’était pas replié après le corner, préférant remplacer Rodelin dans l’axe, l’attaquant étant resté sur le côté.

Ronny Rodelin est sorti sous les applaudissements du public Crédit photo : Servette FC

L’intuition du défenseur central s’est avérée salvatrice. En effet, les deux équipes n’ont pas été plus inspirées en seconde période. Alors que Servette s’acheminait vers une victoire étriquée mais logique, le ciel est (presque) tombé sur la tête des locaux. A force de ne pas réussir à se mettre à l’abri, les Genevois restaient à la merci d’un coup du sort. Il a pris la forme d’une main bien involontaire d’Antunes dans sa propre surface, mais logiquement sanctionnée d’un penalty par M. Horisberger, très bon tout au long de la rencontre.

C’était sans compter la VAR, qui est intervenue pour annuler cette décision pour un hors-jeu vaudois, mettant ainsi un frein définitif aux espoirs des visiteurs de ramener quelque chose de leur déplacement au bout du Lac. Les Grenat se sont fait peur et n’ont pas été transcendants, mais ils retrouvent tout de même le chemin de la victoire (1-0) face à une équipe de bas de classement. C’est là l’essentiel avant un déplacement toujours compliqué à Saint-Gall dans une semaine.

Les Grenat ont tenu leur os jusqu’à la fin Crédit photo : Servette FC

 

Les chiffres


11’023 Comme un clin d’oeil au premier buteur servettien, le nombre de spectateurs annoncé comportait le numéro 23. Mais le plus important reste de réussir à atteindre la barre des 11’000 spectateurs en plein mois de février à un moment où la situation sanitaire aurait pu compliquer la donne. Un petit exploit qui fait plaisir à voir.

Crédit photo : Servette FC

3 Le nombre total de tirs cadrés pendant la rencontre. Servette n’a cadré que la tête de Sasso, tandis que Lausanne a alerté tant bien que mal Frick à deux reprises. Une preuve supplémentaire que ce derby n’a jamais atteint des sommets. L’état (une nouvelle fois) désastreux de la pelouse du Stade de Genève n’a sûrement pas aidé.

25 Comme le nombre de matchs consécutifs où Servette n’avait pas réussi de blanchissage à la Praille. C’est désormais chose faite. Il s’agit de plus du deuxième blanchissage en trois rencontres pour les Grenat, qui n’ont concédé qu’un seul but sur les 270 dernières minutes qu’ils ont disputées. Une solidité défensive qui fait du bien à l’heure où le départ de Kyei pose quelques problèmes au niveau offensif.

6 Cela fait désormais six matchs que Lausanne n’a plus goûté à la victoire, soit depuis un succès 1-0 à Saint-Gall. L’entraîneur Alain Casanova a passablement de pain sur la planche pour parvenir à sortir les Vaudois de l’autoroute sur laquelle ils évoluent en direction de la Challenge League.

 

L’homme du match – Vincent Sasso


Seul buteur de la rencontre, le défenseur a été très présent tout au long de la partie. Appliqué défensivement et créatif offensivement, il couronne sa prestation avec un but, le premier depuis une éternité, au point qu’il a confié à l’interview que ses coéquipiers commençaient à le chambrer là-dessus. Beau joueur, le Français a dédicacé son but à Anthony Sauthier. L’ancien capitaine genevois fêtait en effet son anniversaire en ce jour de derby. Il a dû apprécier de voir son ex-coéquipier terrasser Lausanne.

 

La citation du jour – Alain Geiger


“On va courir pour aller chercher l’Europe. Avec cette victoire, on sait qu’on va jouer le haut du classement et non plus le ventre mou. On est prêts à relever ce défi.”

 

Les interviews


Vincent Sasso

Alain Geiger

Alain Casanova