Les Grenat reçoivent le double champion en titre dimanche (en direct dès 15h45 sur notre webradio) pour un nouveau match difficile. Forts de leur bon nul à l’aller, ils ne veulent nourrir aucun complexe.

 

Le champion contre le néo-promu: a priori, il n’est pas possible de proposer une affiche plus déséquilibrée en Super League. Mais le football a cela de magique qu’il n’est pas toujours possible d’anticiper avec certitude quelles seront les forces en présence et comment l’affrontement peut tourner. Demandez donc à Neuchâtel Xamax ce qu’ils en pensent, eux qui viennent de se faire balayer 6-0 par le Lausanne-Sports hier soir en Coupe de Suisse… Et les Vaudois ne sont pas les seuls à avoir sorti le balais puisqu’YB s’est également amusé mercredi soir contre le FC Zurich, pourtant en théorie dans la même division que les Bernois, mais épousseté propre en ordre par ces derniers (4-0). De quoi effrayer les Servettiens ? Peut-être, mais leur entraîneur Alain Geiger préfère capitaliser sur l’excellent état d’esprit de son équipe à Sion. En jouant une partie aussi combative à la maison, l’exploit de faire chuter un leader invaincu depuis le mois de juillet est possible.

 


 

Servette ne fera pas recours pour la suspension d’Alex Schalk

 

Alain Geiger, quelles sont vos impressions sur la rencontre de dimanche ?

 

Ce sera un match intéressant face à une très bonne équipe. Nous savons exactement ce que nous aurons en face de nous. Ils sont en pleine bourre, ce sera donc un joli défi de tenter de nous mettre à leur niveau. Nous voulons une victoire, mais pour espérer quelque chose de cette partie, il nous faudra absolument nous mettre à la hauteur de notre adversaire, que ce soit au niveau du rythme, de l’engagement ou des idées. Je pense que les joueurs seront prêts pour cela.

 

“Il a fauté, il s’est laissé emporter par ses émotions, mais il n’a pas hésité à couper court à toute polémique en se dénonçant rapidement”

 

Quelle est votre réaction à la suspension de Schalk ?

 

Je crois que tout a été dit. Il sait qu’il a fait un geste qu’il ne devait pas faire, il s’en est excusé, c’est bien, l’affaire est close pour nous. Dans un match de football, il n’y a pas de place pour ce genre de geste, surtout lorsqu’il est télévisé de la sorte. Il a fauté, il s’est laissé emporter par ses émotions, mais il n’a pas hésité à couper court à toute polémique sur le caractère volontaire ou non de son geste en se dénonçant rapidement. C’est aussi tout à son honneur. Ce qui m’énerve, c’est que j’avais écrit en gros sur le tableau de ne rentrer dans aucune provocation, qu’elle provienne des joueurs ou du public adverse. C’est dommage, d’autant qu’il était en forme, mais nous ferons sans lui pendant qu’il purge sa peine. Nous ne ferons pas recours contre sa suspension.

 

Extrait: l’analyse de nos reporters Thomas Zinguinian et Bastien Trottet sur la suspension de Schalk (Servettalks no 13)

 

Continuer à faire du Servette

 

Est-ce que vous songez à bétonner contre YB ?

 

Non non. Nous sortons d’un bon match à Sion où nous avons proposé du jeu et nous avions vu lors de la rencontre à Berne que nous étions capables de les bousculer. A chaque partie, ils ont quelques problèmes sur le plan défensif. Si nous voulons les trois points, nous devons de toute façon jouer, nous créer des occasions et les mettre en difficulté. Il nous faudra par contre être capables d’avoir le ballon au bon moment et de nous projeter au bon moment. Bref, nous allons faire du Servette.

 

“Nous savons qu’YB n’aime pas les attaques rapides et explosives”

 

Au vu de l’absence de plusieurs joueurs offensifs, est-ce que vous pensez réintégrer Steven Lang au groupe ?

 

Non, c’est encore un petit peu trop tôt. Nous avons encore quelques possibilités avec Kyei qui est disponible et Tasar qui peut très bien jouer devant. Il nous reste encore un entraînement, j’attends surtout de trouver le meilleur équilibre possible sur le plan du milieu de terrain, peut-être en le renforçant un peu. Ils ont des latéraux qui montent énormément, mais nous savons qu’ils n’aiment pas les attaques rapides et explosives donc c’est sur cet aspect que je me concentre en premier lieu pour le choix des joueurs.

 

L’enthousiasme est de retour

 

Quelles sont les différences entre le YB d’aujourd’hui et celui que vous avez affronté en juillet ?

 

Ils ont trouvé de la confiance et de la cohésion supplémentaires. L’arrivée de Sørensen leur a fait du bien et Gaudino est devenu titulaire. Les matchs d’Europa League leur ont permis d’accumuler de l’expérience et de la fluidité dans le jeu. Nous avons aussi progressé de notre côté, mais différemment. Ils voudront effacer ce match nul de la première journée. Nous voudrons montrer que nous sommes capables de le rééditer. Si nous avons été capables de les mettre en difficulté chez eux, il n’y a aucune raison que nous n’en soyons pas capables à la maison.

 

Avant le match contre St-Gall, vous réclamiez le retour de l’enthousiasme. Dix jours plus tard, est-il bel et bien revenu?

 

Oui, je crois. A Sion, nous avons disputé un bon match, nous avions le ballon et nous étions supérieurs. Notre problème, c’est que nous n’arrivons pas à doubler un score. Si nous ne sommes pas capables de marquer régulièrement deux buts par match, c’est compliqué de remporter une partie. Sur douze rencontres, nous n’avons que quatre défaites donc tout n’est pas à jeter. La proportion de matchs nuls est trop élevée, c’est vrai, et nous devons faire plus à chaque fois pour aller chercher des victoires. J’ai ressenti à nouveau cet enthousiasme dans le derby.

 

“Le cas de Schalk fait partie de notre apprentissage de la Super League”

 

Par contre, nous nous retrouvons à nouveau confronté à ces petites choses qui ne devraient pas arriver. Prenez Schalk: nous avons un garçon qui est en forme, mais pour un geste stupide, il pénalise l’équipe et il se pénalise lui-même. C’est ce genre d’exemples-là qui font qu’on s’affaiblit bêtement. Cela fait partie de notre apprentissage de la Super League, c’est normal, mais cela nous coûte des périodes plus compliquées. Si l’on regarde le match de Coupe de Young Boys, il aurait très bien pu se terminer sur le score de 8-6 avec un 2-2 à la mi-temps. Le problème, c’est que les Zurichois ne sont pas parvenus à marquer alors qu’ils ont eu trois un-contre-un tandis qu’YB a marqué chacune de ses occasions. C’est ce genre de détails qui font qu’ils sont leaders du championnat.

 

Blessé pendant l’été, Ondoua a mis plus longtemps que prévu à retrouver la forme (© Bastien Gallay)

 


 

Ondoua revient gentiment

 

Gaël Ondoua, après un excellent début de saison, vous semblez à la peine depuis votre blessure. Toutefois, on vous a senti de mieux en mieux à Sion. Est-ce aussi votre sentiment ?

 

Oui. Vous savez, quand vous vous blessez, vous êtes aussi atteint mentalement. Il y a toujours la volonté de revenir, mais ce n’est jamais dans le bon timing. J’en profite pour remercier le staff et mes coéquipiers qui m’ont beaucoup aidé et soutenu pour retrouver mon niveau. Je me sens chaque jour un peu mieux, mais je ne suis qu’un joueur de l’équipe. La partition se fait à onze, je suis là pour l’aider et si je peux le faire, c’est l’essentiel. Nous sommes à bloc. Certes, nous avons eu cette suspension de Schalk, mais nous sommes un groupe de vingt-trois joueurs, nous travaillons ensemble et nous serons capables de répondre à cela sur le terrain.