Servette se déplace en terres vaudoises pour son premier tour de Coupe de Suisse, un match que vous pourrez suivre dès 16h45 sur notre webradio. Si la victoire est impérative, le flou règne sur les joueurs qui devront l’obtenir.

 

Après deux entrées en matière faciles contre Altdorf et Meilen ces dernières années (deux roues de vélo), les Grenat devront cette fois-ci sortir le bleu de travail contre une équipe d’Echallens qui est souvent passée proche d’éliminer des clubs de Super League. Si l’on peut imaginer que l’entraîneur servettien n’alignera pas son onze type, il n’aura pas non plus l’embarras du choix au moment de désigner ses titulaires. Nous avons pu nous entretenir avec lui et Christopher Routis (qui devrait jouer) vendredi après-midi lors d’un point-presse ressemblant furieusement à certaines journées de Challenge League.

 


 

Exemplaire, Routis pense à l’équipe avant tout

 

Christopher Routis, comment vivez-vous votre nouveau rôle de remplaçant ?

 

J’ai mis du temps à l’encaisser. Cela a été difficile pour moi, j’ai vécu des moments qui n’étaient pas simples du tout. J’ai eu une discussion avec le coach et je pense que cela a été plutôt positif. Il va falloir que je continue à travailler et à aider le groupe.

 

Un nouveau rôle et un nouveau poste

 

Vous avez à nouveau joué milieu défensif lors de la préparation. Comment vous êtes-vous senti ?

 

Nous ne savions pas encore quelles recrues nous allions avoir donc l’entraîneur a voulu que je joue un peu plus haut pour être prêt en cas de besoin. C’était à mon avis une bonne chose parce que cela demande de l’adaptation de jouer au milieu. Mais d’un autre côté, cette situation a aussi été préjudiciable pour moi parce que les matchs où j’ai joué en défense, j’ai fait de bonnes performances, mais avec la fatigue de la préparation (je n’ai pas raté un seul jour d’entraînement), parfois les jambes ne répondaient pas lorsque je jouais au milieu. C’est ainsi, cela fait partie du football, mais j’aurais préféré faire toute la préparation comme défenseur central. J’en ai d’ailleurs parlé au coach. Mais bon, je suis là pour aider l’équipe, j’ai toujours été là pour cela et c’est le rôle qui m’est attitré actuellement.

 

Malgré son statut de remplaçant, Routis pense surtout à l’équipe (© Bastien Gallay / Archives)

 

Pensez-vous que vous aurez du temps de jeu ce week-end ?

 

Normalement oui. Il faut encore voir comment vont évoluer les choses, il faudrait poser la question au coach directement, mais j’espère avoir du temps de jeu. Je ne sais pas à quel poste, mais j’ai envie de jouer. C’est toujours un immense plaisir de porter ce maillot Grenat, c’est un peu mon club aussi. Même si l’adversaire est plus faible, j’aurais toujours le même plaisir de défendre ces couleurs. Je pense que je jouerais en défense centrale, il devrait y avoir une petite rotation, du moins c’est l’impression que nous avons ressenti à l’entraînement.

 

“C’est toujours un immense plaisir de porter ce maillot Grenat. C’est un peu mon club”.

 

Est-ce prévu à l’avance lorsque vous entrez en tant que milieu défensif ou est-ce que vous l’apprenez sur le moment ?

 

C’est généralement prévu à l’avance. Lors des théories d’avant-match, il sait qu’il peut compter sur moi pour tout l’aspect défensif. Contre Lucerne, je suis entré parce qu’il fallait garder le score et apporter de la sérénité au moment où la partie commençait à s’emballer. D’après les retours, c’est quelque chose que j’ai très bien fait car nous avons su garder la balle et calmer le jeu. Je n’étais pas surpris de rentrer au milieu, je savais que, selon le score, j’allais rentrer pour “fermer la boutique”.

 

Le sérieux comme maître-mot

 

Est-ce que cela vous demande beaucoup d’adaptation de passer d’un poste à l’autre ?

 

Non, pas spécialement, j’essaie juste de faire au mieux. J’ai un poste de prédilection que j’ai beaucoup plus pratiqué, mais dès l’instant où je peux aider l’équipe, cela me va.

 

A quoi vous attendez-vous pour ce match à Echallens ?

 

J’ai changé un peu mon regard sur ces matchs de Coupe, je les appréhende avec beaucoup plus de sérieux. Par le passé, j’ai fait tomber des “gros” donc je sais que c’est possible. Je sais ce que l’on peut ressentir lorsqu’on est le petit face au favori. Je vais essayer d’amener cette expérience et tout faire pour que le match se passe bien. Nous allons là-bas pour gagner, il va falloir se mettre à l’abri rapidement en imposant notre jeu et en montrant que nous sommes les favoris.

 


 

Geiger ne peut pas vraiment faire tourner

 

Alain Geiger, à quoi vous attendez-vous pour ce match ?

 

Mes joueurs sont avertis : pour le “petit”, c’est un grand jour, c’est un peu leur match de Ligue des Champions, ils auront donc envie de se montrer et de réaliser un exploit. De notre côté, nous voulons aller loin en Coupe donc nous devons passer ce premier tour. C’est des matchs très difficiles et embêtants à jouer. A moi de préparer mentalement mes joueurs pour ce genre de rencontre.

 

Une quinzaine de joueurs à disposition

 

Quels sont les joueurs dont il faut se méfier du côté d’Echallens ?

 

Nous devrons nous méfier du fils de Robert Kok, qui avait marqué et éliminé Sion lorsqu’il jouait au Stade Lausanne-Ouchy. Pareil pour David Marazzi, l’organisateur de leur jeu, qui a notamment joué à Lausanne et Sion. Ils ont donc des arguments. A nous d’imposer notre jeu.

 

Est-ce que vous allez faire tourner l’effectif ?

 

J’ai vingt-deux joueurs avec six blessés. Je n’ai donc pas un effectif pour faire tourner. Il y a toujours un quart des joueurs qui sont soit malades soit blessés et il en reste donc une quinzaine pour jouer le match. Pour l’instant, c’est impossible de faire tourner les joueurs.

 

“Au moment où je vous parle, j’ai une incertitude sur trois à quatre joueurs”.

 

Malgré tout, peut-on s’attendre à quelques changements dans le onze de base ?

 

Au moment où je vous parle, j’ai une incertitude sur trois à quatre joueurs. Je ne peux donc pas me prononcer sur l’équipe que je vais aligner. Nous avons encore une séance d’entraînement avant le match et j’attends le retour du staff médical pour décider de ma composition.

 

Maccoppi de retour

 

Andrea Maccoppi joue depuis quelques semaines avec les M21. Quand est-ce qu’il réintégrera la première équipe ?

 

Il sera sur le banc à Echallens. Il est en fin de processus de guérison. Il a rattrapé son retard de préparation, mais aussi de minutes de jeu. C’est tout l’intérêt de l’avoir envoyé avec les M21. Ce n’était pas une sanction mais un moyen de rester dans le rythme. Le vrai repère pour un footballeur, c’est le temps de jeu.

 

Christopher Mfuyi est également annoncé blessé depuis quelques temps. Qu’est-ce qu’il a et quand pensez-vous le retrouver ?

 

Il est blessé de longue date depuis le début de la saison. Je ne peux pas vous dire de quoi il souffre parce qu’il y a plusieurs causes. Pour l’instant, il n’est pas apte à jouer avec nous.