Les Genevois, menés 2-1 jusqu’à la 91ème minute, renversent les Lucernois et prennent la tête de la Challenge League.

Les Servettiens se déplaçaient samedi en fin d’après-midi dans le stade flambant neuf du SC Kriens pour y affronter le 7ème de Challenge League. Fraîcheur hivernale, pluie fine et match d’une difficulté particulière attendaient les Genevois qui voulaient profiter de ce déplacement pour enchaîner une troisième victoire consécutive après les réceptions de Wil (victoire 2-0) et de Aarau (victoire 3-1) à la Praille.

 

Contrairement à ce que l’on pouvait penser avant le début de la rencontre, rien ne fut facile face à un néo-promu qui avait déjà causé passablement de soucis aux Servettiens et qui était même repartis de la Praille avec le point du match nul.

 

Une première mi-temps catastrophique

 

Les dix premières minutes sont complètement à l’avantage de Servette qui ne laisse quasiment jamais le ballon à son adversaire mais qui peine toutefois à se montrer dangereux face à un Kriens extrêmement bien regroupé, comme prévu. Il faut attendre la douzième minute pour voir un premier tir cadré, une reprise de la tête de Rouiller sur corner qui est sauvée par un défenseur qui protégeait le poteau. Un but sur cette action aurait constitué la première réussite servettienne de la saison sur corner. Trois minutes plus tard, l’inévitable Siegrist (huit buts en onze matchs en ce début de saison) tente une demi-volée de cinquante (!) mètres en direction des buts de Frick, trop avancé pour le coup. Le ballon s’envole dans le ciel lucernois et retombe en direction de la lucarne du gardien servettien qui s’offre un incroyable arrêt en déviant de justesse le ballon en corner. Un éclair de génie de l’ancien espoir du football helvétique qui aurait presque mérité de terminer en ouverture du score pour les locaux. Une ouverture du score qui tombera une dizaine de minutes plus tard lorsque le frère de Nico Elvedi (international suisse), Jan s’élèvera plus haut que tout le monde sur corner pour catapulter le ballon au fond des filets. C’est 1-0 pour le SC Kriens et le Servette FC ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

 

Dès lors, il ne se passera absolument plus rien jusqu’à la mi-temps. C’était ce que l’on pouvait penser en voyant l’extrême pauvreté de jeu proposé par les visiteurs, mais c’était sans compter sur l’inévitable Miroslav Stevanovic. Le Bosnien, qui monte de plus en plus en puissance au fil des matchs, effectue un une-deux avec Wüthrich et arme une frappe depuis l’entrée de la surface de réparation. C’est dévié par un défenseur adverse et le ballon file au dessus de l’épaule d’Osigwe, le gardien du SC Kriens. Ça fait un partout, c’est très bien payé pour des Servettiens qui n’auront rien montré et l’arbitre de la rencontre (très bon lors de ce match) renvoie dans la foulée les deux équipes aux vestiaires.

 

Les Grenat ne jouent à nouveau que lors des dix premières minutes

 

Au retour des vestiaires, Servette revient avec de très bonnes intentions et se crée une grosse occasion immédiatement. Wüthrich se retrouve en position idéale à la 46ème minute mais manque sa tête devant Osigwe. Vingt minutes plus tard, Schalk se retrouve également seul devant Osigwe mais le portier lucernois réalise une magnifique parade sur la reprise de la tête du néerlandais qui filait au fond des filets. Sur le contre, les Grenat se font avoir comme des juniors et Siegrist a tout le temps pour centrer en direction de Chihadeh qui trompe Frick au premier poteau. Les Lucernois repassent devant et assomment les Genevois. Des Grenat qui tentent tout de même de réagir par l’intermédiaire de Wüthrich qui réussit un magnifique crochet du gauche dans la surface mais qui dévisse complètement sa frappe du droit alors qu’il n’y avait plus que le gardien à battre. Dès lors, les Servettiens ne se créeront plus la moindre occasion jusqu’à la fin du temps réglementaire, les joueurs semblant complètement dépités et ne trouvant pas de solution devant cette muraille lucernoise si bien organisée.

 

Un temps additionnel complètement fou

 

C’était sans compter les arrêts de jeu et l’esprit de battant que détient cette équipe depuis le début de la saison. Le temps additionnel de quatre minutes vient de débuter lorsque Rouiller, monté aux avant-postes pour sonner la révolte servettienne, décoche une frappe puissante et flottante en direction de la cage lucernoise. Le tir est dévié par un défenseur adverse et atterrit sur la tête de Chagas, à la limite du hors-jeu, qui pousse le ballon au fond d’une tête plongeante. Le Brésilien prend le ballon sous son bras et court jusqu’au rond central pour que le jeu reprenne le plus vite possible. Il reste trois minutes à jouer et l’on se met à croire à une victoire servettienne qui paraissait complètement impossible deux minutes auparavant.

 

Et l’impensable se produisit à la toute dernière minute de ce temps additionnel qui restera dans les mémoires. Servette obtient un corner, Follonier s’empresse d’aller le botter. Son ballon est parfaitement brossé et trouve à nouveau la tête rageuse de Chagas qui catapulte le cuir au fond. Le kop servettien venu en nombre explose, tout comme l’équipe sur le terrain et le banc servettien. Des scènes de liesse comme on en avait rarement vues ces dernières saisons. Le Servette FC remporte l’entièreté de l’enjeu et, comble du bonheur, prend la tête du championnat en profitant des deux matchs nuls de Winterthour (à Schaffhouse) et de Lausanne (à Rapperswil). Une fin de soirée complètement folle !

 


 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose…

 

De positive

L’état d’esprit de cette équipe. Malgré leurs grandes difficultés à se montrer dangereux, les joueurs n’auront jamais baissé les bras et seront parvenus à se créer une fin de match de folie. La rage vue sur tous les visages lors du troisième but représente bien l’envie qui habite les Servettiens depuis le début de la saison.

 

A améliorer

La créativité. C’est la deuxième fois en autant de confrontations face à Kriens que les joueurs n’arrivent pas à sortir d’un jeu trop stéréotypé pour prendre à défaut une défense bien organisée. Il faudra améliorer cela rapidement étant donné que ce n’est pas la seule équipe de ce championnat à jouer de la sorte.

 


 

Chagas à l’interview

 

Mychell Chagas répond aux questions de Thomas Zinguinian

 


 

SC Kriens – Servette FC 2-3 (1-1)

Kleinfeld, 1’257 spectateurs.

Arbitre : M. Wolfensberger.

Buts : 26′ Elvedi (1-0), 45+1′ Stevanovic (1-1), 66′ Chihadeh (2-1), 90+1′ Chagas (2-2), 90+4′ Chagas (2-3).

Kriens : Osigwe; Urtic, Elvedi, Hasanaj, Costa; Cirelli (84′ Schilling); Siegrist (88’Selmani), Wiget (C), Bürgisser (67′ Rüedi), Kleiner; Chihadeh (90+1′ Ulrich). Coach : Berner.

Servette : Frick; Sarr (82′ Duah), Routis (C), Rouiller, Séverin; Maccoppi; Imeri (62′ Chagas), Cognat (69′ Follonier); Wüthrich (76′ Antunes); Stevanovic, Schalk. Coach : Geiger.

Avertissements : 64′ Bürgisser, 74′ Rouiller, 90+6′ Wiget.

Notes : Kriens sans Mijatovic, Fanger, Fäh, Sulejmani et Seferagic (blessés). Servette sans Sauthier, Lang, Alphonse, Souaré, Busset (blessés) et Kone (permis de travail).