Le Servette FC s’est facilement imposé 4-1 dimanche contre un SC Kriens rapidement démobilisé avant de soulever le trophée de champion de Suisse de deuxième division.

 

Six minutes. Le peu d’incertitudes concernant les forces en présence a été balayé en six minutes. A peine le temps nécessaire aux joueurs servettiens pour se remettre de leur long déplacement au Liechtenstein quelques dizaines d’heures auparavant. Si Kone ne cadra pas après moins de 120 secondes, Stevanovic se chargea peu de temps après de faire comprendre aux Lucernois qu’ils allaient rapidement pouvoir remonter dans leur confortable autocar (Kriens voyageant avec le véhicule habituellement réservé à l’équipe de Suisse). Il faut dire qu’Alain Geiger avait sorti ses habits et ses joueurs de lumière en ce jour de fête. Au contraire des deux dernières rencontres où les remplaçants avaient obtenu du temps de jeu, les Grenat s’alignaient cette fois-ci avec leur équipe-type, ou du moins avec la meilleure équipe possible compte tenu des absences pour blessures.

 

Tuer rapidement le match

 

Malgré une kyrielle d’occasions, les Genevois ne trouvèrent pas tout de suite le moyen de doubler la marque. Pire, c’est même Kriens qui allait profiter d’une panne de concentration du flanc gauche servettien pour égaliser. Pas de quoi affoler le large public présent tant les locaux dominaient outrageusement leurs adversaires. On sentait à tous les niveaux la différence entre une équipe prête à titiller le niveau supérieur et une autre, néo-promue qui plus est, qui rendait petit-à-petit les armes après une lutte intense pour ne pas faire l’ascenseur.

 

Un trophée qui rappelle quelques souvenirs aux plus anciens (© Bastien Gallay)

 

Dès l’égalisation, “Geigerdiola” et sa force de frappe offensive tentèrent de faire sauter le verrou adverse en usant de patience et de différents stratagèmes, mais ce fut évidemment par le truchement de son duo de valeureux combattants Sauthier-Stevanovic que vint la solution. Les deux compères du flanc droit, excellents tout au long de la partie, combinèrent astucieusement pour offrir un bon ballon à Wüthrich. Le talent de ce dernier fit le reste pour battre un Osigwe qui n’y vit que du feu.

 

Tout le monde participe à la fête

 

Kone, Stevanovic et Wüthrich ayant déjà marqué leur point, Chagas n’étant pas encore sur le terrain, il ne restait qu’un seul des “suspects habituels” à ne pas encore avoir inscrit son nom au tableau d’affichage : Alexandre Alphonse. Le Guadeloupéen ne s’en priva pas en toute fin de première période pour réussir un nouveau but de la tête, un domaine dans lequel il aura excellé tout au long de la saison. A 3-1 à la mi-temps, la messe était dite, d’autant que Kriens apprenait entre temps que l’improbable scénario catastrophe qui aurait pu les emmener en Promotion League n’était pas en train de se réaliser du côté de Wil et du Brügglifeld.

 

On vit dès lors une deuxième période de remplissage entre deux équipes qui n’attendaient plus que le coup de sifflet final pour passer à des activités autrement plus réjouissantes. La Praille en profita pour admirer encore une fois toute la classe de Chagas, auteur d’un nouveau but de la tête dans le ChagiTime. Le Brésilien avait auparavant relayé un Alexandre Alphonse extrêmement applaudi par le public Grenat. En fin de contrat, le Guadeloupéen disputait-il son dernier match avec le club ? L’avenir nous le dira mais au vu de ses performances et de son importance dans le vestiaire, il est à notre sens bien probable qu’il rempile pour une année. Son expérience au plus haut niveau pourrait s’avérer précieuse selon la tournure que prendra la saison prochaine.

 

Servette est champion de Challenge League (© Bastien Gallay)

 

L’arbitre ne prolongea pas la partie plus que de raison et c’est sur ce score de 4-1 que les Servettiens pouvaient débuter la fête de la promotion. Un trophée argenté ressemblant étrangement à ses dix-sept cousins dorés se voyait ainsi confié au capitaine Anthony Sauthier. Le bonheur qui se dessina sur son visage et sur celui de ses compères ajouta encore à la magie de l’instant : ce n’est peut-être “que” la deuxième division, mais après tant d’années de galères dans cette ligue aussi attirante qu’un lundi matin brumeux de novembre, cette coupe garnie de Grenat, vingt ans après le dernier sacre en LNA, aura fait couler des larmes de joie à beaucoup de supporters de longue date. Votre serviteur y compris.

 


 

S’il ne fallait retenir qu’une seule chose…

 

Positive

 

La fête de la promotion. Le club et la Fondation du Stade avaient cette fois-ci pris leurs dispositions pour éviter un nouvel envahissement de terrain. Résultat : une magnifique communion entre le kop servettien, si prompt à suivre son équipe aux quatre coins de l’Helvétie tout au long de ces dernières saisons, et des joueurs arborant fièrement le chandail Grenat. L’aménagement d’une zone pour prolonger la fête devant le stade, de la même manière que cela avait été fait après le titre en Promotion League, a aussi permis de souder encore plus ce lien indéfectible qui existe entre environ 2’000 genevois et le club de leur ville. Oui, Servette vit, peut-être même plus que jamais au 21e siècle !

 

A améliorer

 

Le record de buts en ChL. Les Genevois n’ont pas osé appuyer sur l’accélérateur en deuxième période pour aller chercher le record du FC Zürich. Avec 90 réussites, ils terminent ainsi à un but de l’égaliser alors qu’ils auraient largement eu la possibilité de l’atteindre. Dommage, mais il est clair que l’important était ailleurs.

 


 

Réactions d’après-match

 

Steven Lang

 

 


 

Servette FC – SC Kriens 4-1 (3-1)

Stade de Genève, 6’955 spectateurs.

Arbitre : M. Jancevski.

Buts : 6’ Stevanovic (1-0), 18’ Seferagic (1-1), 33’ Wüthrich (2-1), 45’ Alphonse (3-1), 75’ Chagas (4-1).

Servette : Frick ; Sauthier (C), Mfuyi, Rouiller, Sarr (60’ Follonier); Cespedes (60’ Imeri); Stevanovic, Wüthrich (75’ Antunes), Cognat ; Kone, Alphonse (65’ Chagas). Coach : Geiger.

Kriens : Osigwe ; Fäh, Elvedi, Berisha, Mijatovic ; Ulrich (60’ Sukacev), Wiget (C), Sadrijaj, Dzonlagic (46’ Costa), Rüedi (71’ Chihadeh) ; Seferagic (79’ Bürgisser). Coach : Berner.

Avertissements : 45+1’ Alphonse, 51’ Sadrijaj, 53’ Mijatovic, 58’ Cognat, 84′ Mfuyi.

Notes : Servette sans Routis, Lang, Schalk, Maccoppi, Severin, Iapichino, Busset (blessés). Kriens sans Sulejmani, Selmani, Siegrist (blessés), Kleiner, Cirelli et Hasanaj (non-convoqués).