Les Grenat s’inclinent 1-2 contre Vaduz dans un match qu’ils ont oublié de jouer.

 

Les hommes d’Alain Geiger ont rendez-vous avec l’histoire ce dimanche 22 mars. Un victoire permettrait aux joueurs du Servette FC d’égaler un record vieux de 36 ans, un enchaînement de cinq victoires d’affilées en Super League. Face à un adversaire largement à sa portée, la soirée s’annonce belle. Pour cette rencontre, Servette se présente avec son schéma tactique habituel. Touché face à Sion, Kyei débute sur le banc et par conséquent Koro Kone est titulaire. L’entraîneur servettien décide également de donner du temps de jeu à son gardien Joël Kiassumbua avant qu’il ne retrouve sa sélection nationale.

 

La rencontre commence sur un faux rythme, les Liechtensteinois défendant très bas, seuls Djokic et Di Giusto ne défendent pas. Servette fait tourner le ballon mais sans se trouver réellement et à la 7e minute de jeu, Sauthier tente une passe approximative en retrait, Djokic la récupère, se retrouve face à Kiassumbua et joue intelligemment en retrait pour Gajic qui touche le poteau alors que le cage était vide. Premier avertissement pour les Grenat.

 

A la 21e minute, aucun pressing n’est réalisé sur Cognat par les hommes de Mario Frick, il prend son temps pour ajuster son tir mais le cadre se dérobe. Belle opportunité pour les Genevois. Sept minutes plus tard, Nico Hug déborde et centre au premier poteau en direction de Dejan Djokic. Kiassumbua sort complètement en retard et manque son intervention ce qui permet à Pius Dorn de conclure simplement dans le but vide. Vaduz mène 1 but à 0 au Stade de Genève quand Stefan Horisberger siffle la mi-temps et renvoie les 22 acteurs au vestiaire. Piètre prestation des Grenat durant cette première mi-temps, ils leur restent donc encore 45 minutes pour réagir et renverser la vapeur.

 

Servette s’est oublié contre Vaduz (© Antoine Vallélian)

 

La deuxième mi-temps commence bien pour le Servette FC, Kone se procure deux situations dangereuses mais écrase ses frappes. On pense à ce moment la que la causerie d’Alain Geiger a remotivé les joueurs mais en poussant pour aller marquer. Servette laisse des espaces et les Liechtensteinois partent en contre, Djokic sert Di Giusto qui se joue de Sasso avec ses magnifiques passements de jambes et conclut d’une frappe croisée. Stupeur au Stade de Genève, le FC Vaduz mène 2-0.

 

Servette continue d’être apathique sur le terrain et ne propose pas grand chose à voir, le jeu est continuellement ralenti, pas d’appel de balle et approximations techniques de joueurs importants comme Theo Valls. On ne sent pas de révolte mais à la 59e minute, Clichy délivre une passe en profondeur somptueuse pour Miroslav Stevanovic qui croise sa frappe mais Büchel, vigilant, arrive à la sortir en corner.

 

Alain Geiger réagit donc à la 67e minute de jeu avec une triple changement, Imeri, Kyei et Antunes rentrent au détriment de Kone, Schalk et Valls. La réduction de score arrive à la 75e minute, les changements portent leurs fruits et voient Imeri adresser une passe décisive pour Kyei qui attend que Büchel se couche pour faire un piqué du pied droit. Joli but des Grenat. Il reste encore quinze minutes dans ce match pour revenir au score. Mais de la 75e à la 90e, Servette a la possession du cuir sans parvenir à en faire quelque chose d’intéressant.

 

Fin du match, Servette n’égalera pas le record de la saison 1986/1987 et perd contre toute attente face au dernier de Super League. A domicile face à Vaduz, Servette n’aura donc pris qu’un maigre point sur les six possibles. Décevant.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Servette garde sa deuxième place. Malgré la défaite de dimanche après-midi, Servette reste deuxième au classement avec un point d’avance sur ses deux concurrents : le FC Lugano et le FC Bâle, grâce à la victoire 2-1 de Lugano face à Bâle.

 

L’entrée décisive de Grejohn Kyei : Annoncé incertain, il est rentré à la 67e minute et a été décisif puisqu’il réduit le score à la 75e minute. Il a tenté mais n’a pas reçu suffisamment de bon ballons dans de bonnes conditions pour marquer un second but. Il a été élu homme du match par les supporters genevois.

 

À améliorer

 

La rapidité du jeu collectif : Face au bloc bas du FC Vaduz, le Servette FC n’a pas su accélérer le jeu pour les déstabiliser. Les Liechtensteinois se sont régalés de ce jeu lent pour partir en contre attaque et marquer leurs buts (notamment celui de Di Giusto à la 50e minute).

 

La prestation globale : Cette prestation a été très décevante de A à Z. Face au dernier du championnat, Servette n’a jamais trouvé de solutions et des joueurs importants comme Théo Valls ont été invisibles sur le terrain.

 


 

Conférence de presse d’après-match

 

Servette FC

 

 

(propos recueillis par Thomas Zinguinian)


 

Servette FC – FC Vaduz 1-2 (0-1)

Stade de Genève, à huis-clos.

Arbitre : M. Horisberger.

Buts : 28’ Dorn (0-1), 50’ Di Giusto (0-2), 76’ Kyei (1-2).

Servette : Kiassumbua; Sauthier (C) (82’ Rouiller), Séverin, Sasso, Clichy; Ondoua; Valls (67’ Imeri), Cognat; Stevanovic, Kone (67’ Kyei), Schalk (67’ Antunes). Coach: Geiger.

Vaduz : Büchel (C); Dorn, Schmied, Schmid, Simani, Hug; Gasser (80’ Gomes); Gajic, Lüchinger; Di Giusto (90’ Rahimi); Djokic (69’ Sutter). Coach: M. Frick.

Avertissements : 25’ Gasser, 63’ Simani, 63’ Ondoua, 64’ Lüchinger, 75’ Sauthier, 89’ Sutter, 90’ Sasso.

Notes : Servette sans Diallo, Alves, Henchoz, Fofana (blessés), Martial, Holcbecher, Guerin, Vouilloz et Monteiro (non-convoqués). Rouiller récupère le brassard de capitaine à la sortie de Sauthier. Vaduz sans Wieser, Prokopic (blessés), Iodice, Saglam, Santin et Ibrisimovic (non-convoqués). (BT)