Dans un match qui aurait pu se terminer sur un score de 12-8 si l’on en croit les propos de Ludovic Magnin, les Grenat s’imposent facilement et Kone inscrit un triplé !

 

Alain Geiger a décidé d’innover quelque peu en plaçant ses joueurs dans un 4-4-2 où Tasar joue en soutien de Kyei et Cognat glisse sur la gauche comme il l’a parfois fait l’an passé, tandis que Cespedes prend l’axe en compagnie d’Ondoua. La raison derrière ce choix surprenant ? Se garder une cartouche offensive pour relayer Kyei, pas encore prêt physiquement à tenir nonante minutes. En l’absence de Park et de Schalk blessés, il ne restait que Kone comme autre attaquant de métier à disposition et il aurait ainsi été risqué de l’aligner d’entrée. Autant dire que le résultat final a donné à l’entraîneur servettien une pleine et entière satisfaction !

 

La première mi-temps peut se résumer en une statistique : 9-1. Ce n’est pas le corner-score, mais le nombre de tirs des deux équipes, Servette en cadrant les deux tiers. Le score à la pause n’est que de 1-0 en faveur des locaux grâce à un but plein de sang-froid de Kyei, excellent dimanche, mais il aurait tout aussi pu être de 3-1, tant les Genevois ont dominé cette partie sans parvenir à concrétiser leurs nombreuses occasions. Zurich ne s’est montré dangereux qu’à une seule reprise sur un ballon venu de la droite qui a miraculeusement filé le long des cinq mètres de Jérémy Frick sans qu’aucun des quatre joueurs présents (deux attaquants zurichois et deux défenseurs Grenat) ne parvienne à le toucher.

 

Koro Kone (ici face à Lucerne) a été l’homme du match côté servettien (© Bastien Gallay)

 

A l’entame de la seconde reprise, on craint alors que le SFC ne se retrouve dans la même panade que lors de certaines rencontres passées où les Genevois ont été mis en danger alors qu’ils avaient la mainmise sur la partie et des opportunités de classer l’affaire. D’autant que Zurich parvient à égaliser par Tosin à la 64e sur l’un des rares temps faibles des locaux. L’occasion pour Alain Geiger de lancer comme prévu Koro Kone dans la bataille. A peine trois minutes plus tard, l’Ivoirien, magnifiquement servi par Tasar sur une belle action du flanc gauche servettien, place sa tête pour redonner immédiatement l’avantage à ses couleurs. Il parvient même à donner deux longueurs d’avance à son équipe une dizaine de minutes plus tard. Une marge clairement décisive tant les Grenat sont supérieurs aux Zurichois dans tous les compartiments du jeu. Les visiteurs ne s’y trompent d’ailleurs pas puisqu’ils baissent en intensité dans les dix dernières minutes, conscients qu’il leur sera compliqué de renverser ce Servette-là.

 

Dans les arrêts de jeu, Kone parvient même à conclure une nouvelle tête pour s’offrir son premier hat-trick en Super League et doubler ainsi son total de buts de la saison. Servette s’impose 4-1 en ayant tremblé à peine trois minutes et conforte ainsi sa quatrième place face à un adversaire direct. Mieux, ses deux buteurs valides (Kyei et Kone) se sont chacun illustrés. Une bien belle après-midi de football au Stade de Genève.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Koro Kone. L’Ivoirien, en panne de confiance et passablement décrié ces dernière semaines, se refait une santé en inscrivant trois buts en l’espace d’une demi-heure de jeu. De bonne augure pour la suite de sa saison, qu’il a enfin lancé en ce 16 février !

 

Miroslav Stevanovic. Soyons honnêtes : en deux ans et demi que nous commentons et écrivons sur le Servette FC, nous sommes bientôt à court de superlatifs pour décrire les performances de “Micha”. Encore auteur de trois assists dimanche, il prend désormais seul les commandes du classement des passeurs décisifs de Super League. Tout simplement époustouflant.

 

Kyei, Tasar et Cognat. Nous aurions pu citer toute l’équipe, mais ces trois joueurs ont réalisé un match plein dans l’ombre de Kone et de Stevanovic. Kyei a effectué une première mi-temps de haut-vol dans un rôle de pivot grâce auquel Tasar et Stevanovic ont bénéficié de superbes ouvertures. Tasar n’a pas marqué, mais il aurait largement mérité de le faire, tant il est parvenu à se créer d’occasions. Cognat, lui, s’est facilement accommodé à ce rôle de milieu gauche qu’il avait déjà apprivoisé la saison passée. Percutant et virevoltant, le Français a causé bien des tourments à la défense zurichoise qui, surprise de ce choix tactique, avait toujours un temps de retard pour deviner s’il allait plutôt utiliser le couloir ou repiquer dans l’axe. Un coup de maître de la part d’Alain Geiger.

 

A améliorer

 

L’affluence. 7’052 spectateurs annoncés, auxquels il faut retrancher les 750 Zurichois. Cela fait donc seulement 6’300 Genevois qui s’étaient déplacés pour cette belle affiche entre deux concurrents directs jouant le haut du tableau. C’est très peu, trop peu, surtout au vu de la météo des plus favorables.

 

La pelouse. On ne va pas tirer sur l’ambulance, d’autant qu’on peut imaginer qu’aucun investissement ne sera effectué dans le terrain actuel comme il sera remplacé en juin, mais il est toujours extrêmement dommageable de pouvoir retracer l’intégralité du dernier match de rugby en se fiant aux parcelles où l’herbe a disparu pendant la semaine.

 

Le réalisme. Aussi paradoxal que cela puisse paraître après une victoire 4-1, Servette a galvaudé un nombre incalculable d’occasions franches. Cela pourrait ne pas être trop grave au vu du résultat, mais le fait est que cela se répète régulièrement cette saison. Si les Grenat veulent s’imposer comme l’une des meilleures équipes du pays et faire trembler toutes les défenses, cela passera aussi par ce genre d’ajustements. Mais l’on peut imaginer qu’avec leurs buts respectifs, les attaquants servettiens vont maintenant retrouver cette confiance qui les fuyait et inscrire plus régulièrement leurs noms au tableau d’affichage.

 


 

Réactions d’après-match

 

Varol Tasar (en allemand)

 

 

Alain Geiger

 

 

Ludovic Magnin (en conférence de presse)

 

 


 

Servette FC – FC Zurich 4-1 (1-0)

Stade de Genève, 7’052 spectateurs.

Arbitre : M. Dudic.

Buts : 23′ Kyei (1-0), 64′ Tosin (1-1), 67′ Kone (2-1), 79′ Kone (3-1), 90+4′ Kone (4-1).

Servette : Frick; Sauthier (C), Rouiller, Sasso, Iapichino; Stevanovic, Cespedes, Ondoua, Cognat (81′ Imeri); Tasar (90′ Alves), Kyei (65′ Kone). Coach : Geiger.

Zurich : Brecher (C); Rüegg, Omeragic, M. Kryeziu, Pa Modou; Domgjoni, Sohm (55′ H. Kryeziu); Tosin, Marchesano, Kololli (81′ Winter); Mahi (68′ Kràmer). Coach : L. Magnin.

Avertissements : 31′ Pa Modou, 41′ Domgjoni, 55′ M. Kryeziu, 90+3′ Imeri.

Notes : Servette sans Schalk, Park (blessés), Lang, Wüthrich, Severin et Souici (non-convoqués). Zurich sans Nathan, Schönbächler (suspendus), Kharabadze, Pedersen, Zumberi (blessés), Janjicic (malade), Kempter et Sauter (non-convoqués).