Les Grenat dominent leur demi-finale de Coupe mais manquent de réalisme. Opportuniste, Saint-Gall en profite pour se qualifier pour la finale (0-1).

 

Les Brodeurs débutent fort la rencontre et se créent même une immense occasion après une trentaine de secondes, mais le ballon file de peu à-côté des buts de Frick. Au niveau tactique, durant tout le premier quart d’heure, Servette tente de relancer court, un pari risqué face aux hommes de Peter Zeidler, réputés justement pour leur vitesse et leur verticalité. Heureusement pour les Genevois, ils s’en sortent sans encombre.

 

La suite de la mi-temps tourne complètement à l’avantage des locaux avec plusieurs immenses opportunités par Schalk, Stevanovic, Cognat et Kyei, mais à chaque fois un défenseur saint-gallois se trouve sur la trajectoire, quand ce n’est pas un envoi non-cadré ou le portier Zigi lui-même qui réalise des prouesses. Malgré cela, les visiteurs se créent aussi l’une ou l’autre chance mais sans réel danger.

 

M. Jaccottet siffle la mi-temps sur un score nul et vierge qui peut à la fois frustrer les Servettiens au regard des occasions manquées, mais aussi les encourager si l’on s’en tient à leurs débuts de matchs souvent compliqués. Malheureusement, la seconde période ne constitue qu’un bis repetita de la première, Servette manquant plusieurs occasions (notamment une belle frappe de Sauthier) pendant les 30 premières minutes.

 

Le Servette FC évoluait dans son 3e maillot noir pour cette demi-finale de Coupe de Suisse (© Bastien Trottet)

 

A force de tenter et d’échouer, les Grenat se fatiguent à l’entame du dernier quart d’heure, qui plus est avec 10 des 11 joueurs titulaires dimanche contre YB encore sur le terrain à cet instant. Les Brodeurs en profitent donc pour mettre le nez à la fenêtre. Cabral et Duah alertent dangereusement Frick, mais le portier genevois répond présent.

 

Il l’est par contre beaucoup moins à la 84e lorsqu’une vieille connaissance se rappelle aux souvenirs des Servettiens. Basil Stillhart, déjà auteur de plusieurs buts contre Servette ces dernières saisons (dont un fort joli à la Praille avec Wil en 2018), profite de l’apathie de la défense Grenat pour prendre un peu d’espace. Seul sur le flanc droit, il a tout le temps de lever la tête et de remarquer que Frick anticipe un centre de sa part. Toujours aussi malin, le polyvalent saint-gallois ne se fait pas prier pour adresser un ballon au premier poteau qui prend le portier servettien à revers.

 

0-1 à une dizaine de minutes du terme, les locaux ne s’en remettront pas. A force de manquer des montagnes pendant 80 minutes, leur heure est désormais passée. Saint-Gall se qualifie donc pour la finale de la Coupe de Suisse sans avoir montré grand-chose, mais cette qualification n’est même pas imméritée pour autant, tant les Brodeurs ont tenu à la lettre leur plan de match.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Ne pas jouer une finale en noir. Aussi efficace soit-il d’un point de vue marketing, ce maillot noir n’a rien à voir avec les couleurs du club et il aurait été blasphématoire que le Servette FC, qui avait obtenu la priorité lors du tirage au sort et qui aurait ainsi évolué « à domicile » en finale, dispute un match aussi historique dans une tenue autre que son grenat traditionnel.

 

A améliorer

 

Les changements. Alain Geiger a attendu la 72e minute pour faire son premier changement, puis la 87e (soit bien après le but de Stillhart) pour en effectuer deux autres, alors qu’il alignait pratiquement la même équipe qui avait débauché beaucoup d’énergie trois jours auparavant contre YB. Dans le même temps, les Grenat ont semblé fatigués tout le dernier quart d’heure. Une des clés de la défaite réside probablement dans cette absence de réaction du staff servettien.

 

Les entrants. Fofana n’a rien apporté lors de son entrée. Les autres n’ont pas eu beaucoup d’occasions de se mettre en évidence, mais ils n’ont pas non plus crevé l’écran en termes d’envie. L’inconstance règne sur le banc servettien puisque les remplaçants ont été tour à tour décisifs contre YB et transparents contre Lugano et Saint-Gall. Relèveront-ils la tête dimanche à Lucerne ?

 

Les erreurs individuelles. Encore et toujours l’élément qui plombe Servette cette saison. Cette fois-ci, toute la défense est coupable sur le but, de Clichy, trop passif mais pas aidé par Fofana en la circonstance, à Frick, hors de position, en passant par Rouiller et Sasso, dont l’alignement et le positionnement laissent également à désirer. Dommage, mais comme le problème est récurrent à chaque semaine anglaise, la solution n’est pas à chercher trop loin…

 


 

Réactions d’après-match

 

Anthony Sauthier

 

 

Alain Geiger

 

 


 

Servette FC – FC Saint-Gall 0-1 (0-0)

Stade de Genève, 100 spectateurs (huis-clos partiel).

Arbitre : M. Jaccottet.

But : 84’ Stillhart (0-1).

Servette : Frick ; Sauthier (C) (90+2’ Diallo), Rouiller, Sasso, Clichy ; Ondoua (87’ Kone) ; Cognat, Valls (87’ Imeri); Stevanovic, Kyei, Schalk (72’ Fofana). Coach: Geiger.

Saint-Gall : Zigi; Cabral, Stergiou, Fazliji, Muheim; Görtler, Quintillà (C), Stillhart, Ruiz; Guillemenot (60’ Adamu), Babic (60’ Duah). Coach: Zeidler.

Avertissements : 12’ Stillhart, 18’ Guillemenot, 24’ Kyei, 75’ Ondoua, 88’ Sauthier, 90+5’ Sasso.

Notes : Servette sans Guerin, Henchoz (blessés), Cespedes, Antunes (convalescents), Martial, Alves, Holcbecher et Vouilloz (non-convoqués). Rouiller reprend le brassard de capitaine à la sortie de Sauthier. Saint-Gall sans Abaz, Ajeti, Kräuchi (blessés), Youan (malade), Nuhu, Gonzalez, Traoré, Campos, Diarrassouba et Simon (non-convoqués).