Les hommes de Geiger ont fait le job dimanche au stade de Genève, en obtenant une victoire convaincante sur le score peu représentatif de 2 à 1.

Le match


Ce derby du Rhône n’avait rien d’ordinaire. Le Servette FC fêtait son 132ème anniversaire d’existence et le 200ème match de Jérémy Frick, portier et capitaine, sous le maillot grenat. Ce même maillot était floqué grenat et or pour marquer l’anniversaire du club, un beau choix artistique qui a néanmoins compliqué l’identification des joueurs sur le terrain par les yeux défaillants de l’équipe de GE-Sports présente sur place. Plusieurs scènes uniques se sont déroulées sous les yeux du public genevois : un cortège d’anciens joueurs du club sur le terrain avant l’arrivée des équipes, un nouvel hommage aux victimes de la guerre en Ukraine avant le coup d’envoi, des chants saluant Alex Schalk, dont le départ vers les Urawa Red Diamonds, vainqueurs de la coupe du Japon, venait d’être annoncé. L’entraîneur sédunois Paolo Tramezzani ainsi que quatres titulaires grenat à Bâle (Clichy, Sasso, Diallo, Douline), suspendus, étaient absents. Le latéral gauche genevois était un certain Behrami – Valton Behrami – 18 ans et première rencontre avec les pros.

Crédit photo : Servette FC

Il restait toutefois encore un peu d’ordinaire : un public qui a répondu présent en nombre et en voix, des banderoles provocantes échangées entre les ultras des deux camps, du beau football mais aussi quelques disputes sur le terrain, entraînant pas moins de quatre cartons jaunes simultanés en toute fin de rencontre (Sio, Cavaré, Vouilloz et Imeri, pourtant sur le banc à ce moment du match). Un peu d’ordinaire, mais aussi de l’extraordinaire : un Stevanovic très dangereux, et qui par deux fois manque d’ouvrir la marque dans le premier quart d’heure déjà, alors que Saintini menace d’en faire de même à l’autre bout du terrain, suite à un tir de Bua dévié par Bauer. Une action intelligemment menée par un Cognat en feu, et qui marque le premier but du match à la 25ème minute, d’une frappe magnifique à l’orée des 16 mètres. Tout aussi extraordinaire est l’égalisation sédunoise, 8 minutes plus tard, contre le cours du jeu, laissant le public comme la défense genevoise médusées. Cognat, toujours lui, sert Imeri juste avant la pause pour un 2-1 mérité.

Crédit photo : Servette FC

En seconde mi-temps, la rencontre perd en intensité comme en précision. Les ballons se perdent régulièrement après 2 passes, dans une partie de flipper qui va durer près d’un quart d’heure. Servette domine de façon quasiment stérile, à l’exception de cette tête de Rouiller sur la transversale en toute fin de rencontre. Des joueurs plus occasionnels feront leur apparition sur le terrain : Séverin, Camara et surtout Alves, qui disputera son seul quart d’heure de la saison en Super League. Au moment du coup de sifflet final, la victoire servettienne aura semblé logique, avec un score 2-1 qui en sera une illustration bien infidèle, le but sédunois représentant la seule frappe cadrée des Valaisans…

Crédit photo : Servette FC

Avec cette victoire, Servette se maintient à la 5ème place du classement, devant St-Gall qui vit une année 2022 phénoménale, et encore à portée du FC Lugano, laissant ouverte la possibilité d’une nouvelle participation des hommes de Geiger aux éliminatoires d’une compétition européenne. Pour Sion, il n’y a quasiment plus aucun enjeu à gagner ou perdre durant cette saison. Là où cette 27ème journée de Super League aura conforté certaines assurances, c’est dans celle de voir le FC Zurich sacré champion pour la première fois depuis 2009, devenant le premier club depuis YB et Bâle à obtenir ce titre, mais aussi celle de voir Lausanne retourner en Challenge League. Une assurance qui pourrait devenir certitude après la prochaine rencontre et la visite du club genevois à la Tuilière le 3 avril prochain.

Les chiffres


1 comme le nombre de tirs cadrés par le FC Sion, à savoir leur unique but de la rencontre. À l’inverse, les grenat ont décoché un total de 6 frappes cadrées, pour un taux de conversion certes plus faible que les Valaisans, mais qui suffit pour empocher les 3 points au final.

4 comme le nombre de cartons jaunes distribués à la seule 96ème minute par l’arbitre Stefan Horisberger, suite à une altercation impliquant à peu près tout l’effectif des deux équipes. Dommage, la rencontre étant très fair-play jusqu’à ce stade.

10 comme le nombre de corners obtenus par les hommes d’Alain Geiger durant cette rencontre, contre un seul pour les Sédunois. Une statistique qui – contrairement au score final – illustre assez bien la maîtrise du match par les Genevois.

10 comme le nombre de buts marqués par Kastriot Imeri cette saison. Une statistique atteinte par seulement 5 autres joueurs du championnat cette saison, et qui a semblé étonner le principal intéressé lui-même, interrogé à ce sujet lors des interviews d’après-match.

9’851 comme le nombre de spectatrices et de spectateurs qui ont assisté à ce beau derby. Un chiffre qui semble en légère augmentation depuis la levée des mesures sanitaires, mais que l’on espère encore voir augmenter à l’avenir !

Le joueur du match – Timothé Cognat


Timothé Cognat a été dans tous les bons coups pour ce derby du Rhône. Il a été passeur, buteur, excellent en défense, excellent en attaque. Preuve qu’un petit gabarit ne limite pas le talent ! Le Français prouve une fois de plus son rôle de titulaire indiscutable de l’effectif grenat avec sa performance exceptionnelle.

Crédit photo : Servette FC

Le moment insolite


Les fumigènes ont été de la partie ce dimanche à la Praille. Lorsque le vent a fait son apparition en fin de match, la fumée produite en tribune nord a tourbillonné devant les yeux de l’équipe de GE-Sports, qui a tenté quelques élans poétiques. Plus tôt, la forêt de fumigènes sédunois a créé une nuée si épaisse que le terrain était en partie invisible depuis la tribune presse !

Les citations du jour


« Dans ce championnat tout est possible, et on va essayer de jouer jusqu’à la dernière minute. » Kastriot Imeri

L’interview – Kastiot Imeri