A la Tullière, les Grenat s’inclinent 3-1 sans jamais avoir donné l’impression de pouvoir s’imposer.

 

Dans le magnifique écrin que représente le stade de la Tullière, les Genevois ont été pris à froid (glacial) par des Vaudois qui avaient parfaitement étudié leur jeu. Très présents dans le début de rencontre et très agressifs dans leur pressing haut, les locaux ont parfaitement gêné leurs adversaires pour inscrire deux jolis buts en moins d’un quart d’heure de jeu et quasiment s’assurer ainsi la victoire .

 

Après ce début de rencontre catastrophique, les Grenat ne sont pas parvenus à réagir de toute la mi-temps, s’entêtant plutôt dans des schémas trop prévisibles que les Lausannois n’ont eu aucun problème à décrypter. Hormis Kyei, bien seul sur le front de l’attaque mais dont la débauche d’énergie a tout de même permis à Servette d’exister un tant soit peu, toute l’équipe est passé au travers de sa première période et c’est presque contente qu’elle est rentrée au vestiaire menée de deux longueurs et pas plus, tant la domination du LS s’est avérée indiscutable.

 

Le stade de la Tullière aurait mérité un large public pour ce premier derby (© Bastien Trottet)

 

Une réaction est tout de même venue en deuxième mi-temps. Alain Geiger a décidé de sortir Valls à la pause pour revenir à un système de jeu plus connu : un 4-2-3-1 où Cognat reculait d’un cran et Imeri s’intercalait devant lui. Bien lui en a pris puisque ses hommes se sont tout de suite sentis plus à l’aise face à des Vaudois également un brin plus attentistes. C’est d’ailleurs de Cognat qu’est venue l’espoir. L’ancien Lyonnais a profité de la plus grande liberté dont il disposait en l’absence de Valls pour se créer plusieurs occasions. Sur l’une d’elle, son magnifique travail lui a permis d’offrir le 2-1 à Kyei seul devant le but vide. Une récompense tant pour le passeur que pour le buteur.

 

Oui mais voilà, à trop vouloir tenter, à se projeter en nombre à l’attaque, Servette s’est dégarni et sur un ballon mal négocié à vingt mètres du but de Diaw par Imeri, il ne restait guère que Rouiller et Severin pour défendre face à Guessand (encore une fois excellent), Mahou et Puertas (tout aussi excellent). A l’usure, c’est le défenseur français qui a été le premier à commettre une erreur en quittant sa position pour porter main forte à son partenaire face à Mahou, libérant ainsi Puertas qui n’a eu qu’à fusiller Frick.

 

Servette n’est pas passé loin, avec notamment un arrêt phénoménal de Diaw sur une frappe de Kyei en première mi-temps, mais Servette a commis trop d’erreurs pour espérer mieux qu’une défaite. Dommage, surtout au vu de la semaine compliquée qui s’annonce pour eux avec des déplacements à Lugano mercredi (18h15) et dimanche à YB (16h). Mais Lausanne n’a rien volé, bien au contraire. La répétition des matchs et des blessures, empêchant l’entraineur servettien de pouvoir faire tourner son onze, fait mal aux Grenat. Ils vont devoir rapidement se reconcentrer car le classement s’est fortement resseré autour d’eux.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Grejohn Kyei. Dans le brouillard entourant le jeu servettien samedi, il a bien souvent été la seule lumière. Toujours aussi impressionnant dans sa protection de balle, il s’est créé plusieurs grosses occasions et n’a pas manqué l’offrande de Cognat. Encore un match plein de sa part.

 

La deuxième mi-temps de Cognat. A la peine depuis le début de l’année, « Timo » s’est retrouvé dès le changement de système de jeu. Libéré d’un Valls trop proche de son propre style, il a souvent été dangereux dans les trente derniers mètres de Diaw. Il offre le but à Kyei, mais il aurait pu conclure lui-même deux minutes auparavant. Un signe encourageant pour la suite.

 

A améliorer

 

Les relances courtes. Pourquoi s’entêter à vouloir absolument relancer court quand cette tactique a clairement été déjouée par l’entraîneur et les attaquants adverses ? Servette a fini par reconnaître sa défaite dans ce domaine à la pause, mais cela aurait déjà dû être le cas bien avant, surtout qu’il s’agit d’un problème récurrent depuis la reprise.

 

Miroslav Stevanovic. C’est plutôt inhabituel de le citer dans cette rubrique, mais « Micha » est passé totalement à-côté de son match. Toujours dans le mauvais timing et en manque clair de confiance, il n’a pour ainsi dire jamais fait le bon choix. Pire, il s’est souvent oublié au moment du repli défensif, laissant le pauvre Sauthier bien seul face au surnombre adverse.

 

La solidité défensive. Rouiller a semblé bien en deçà de son niveau habituel et Severin a montré ses premiers signes de faiblesse depuis qu’il est devenu titulaire. Les latéraux et les milieux n’ont pas su compenser non plus ces baisses de rendement. Est-ce la répétition des matchs, la préparation hivernale tronquée ou l’absence prolongée de Sasso ? Toujours est-il que la défense servettienne semble autant tirer la langue en ce début d’année qu’en fin de saison dernière. Vivement que les Grenat puissent retrouver un rythme de calendrier un peu plus classique dès la fin du mois histoire de pouvoir souffler un peu.

 


 

Conférence de presse d’après-match

 

Alain Geiger et Giorgio Contini

 

 


 

FC Lausanne-Sport – Servette FC 3-1 (2-0)

La Tullière, à huis-clos.

Arbitre : M. Tschudi.

Buts : 7’ Guessand, 10’ Puertas, 53’ Kyei, 69’ Puertas.

Lausanne : Diaw; Loosli, Jenz, Nanizayamo; Boranjasevic, Barès (75’ Da Cunha), Kukuruzovic (C), Flo; Puertas; Guessand (85’ Lukembila), Mahou (89’ Trazié). Coach : Contini.

Servette : Frick; Sauthier (C), Rouiller, Severin (75’ Mendy), Clichy; Cespedes (85’Holcbecher); Cognat, Valls (46’ Imeri); Stevanovic, Kyei (75’ Kone), Schalk (67’ Alves). Coach : Geiger.

Avertissements : 41’ Loosli, 56’ Kukuruzovic, 72’ Cespedes (suspendu au prochain match).

Notes : Lausanne sans Monteiro, Geissmann, Bolingi, Zekhnini, Falk, Zohouri, Brazao, Turkes (blessés), Schmidt, Cueni et Rochat (non-convoqués). Servette sans Diallo, Antunes, Henchoz, Fofana (blessés), Sasso, Ondoua (convalescents), Martial et Guerin (non-convoqués).