Les Grenat enchaînent une nouvelle contre-performance et semblent être en pleine période de doute.

 

Servette recevait le FC Zürich en cette magnifique après-midi ensoleillée, et ce que l’on peut dire, c’est que le jeu proposé par ce Servette n’était de loin pas du niveau de cette météo presque estivale. Un jeu trop stéréotypé, un manque d’idée flagrant et de la malchance qui s’en mêle, trop d’éléments compromettants pour la troupe d’Alain Geiger qui commence à reculer dangereusement au classement de Super League. Évidemment, tout aurait pu se dérouler différemment si Kone avait été en position régulière lors de son ouverture du score après 43 secondes de jeu. Tout aurait pu se dérouler différemment si Stevanovic n’avait pas écopé de deux cartons jaunes évitables, synonymes d’expulsion. Mais la VAR et la malchance poursuivent les servettiens ces derniers temps et leur manque d’ambition dans le jeu ne les aide guère. Servette sort de ce match frustré, avec une défaite 1-0 dans l’escarcelle à la clé et des certitudes envolées.

 

Alessandro Dudic sanctionne Miroslav Stevanovic d’un coup assené à Ceesay. Un carton rouge controversé. ©Bastien Gallay

 

Servette n’était déjà pas gâté par le sort avant cette rencontre avec une infirmerie déjà bien garnie, il l’est encore moins au sortir de ce premier tour avec les absences futures de Cespedes et de Stevanovic, tous deux suspendus pour le prochain match, déjà crucial, du côté de Neuchâtel. Espérons pour Alain Geiger que certains joueurs comme Cognat ou Iapichino pourront faire leur retour dès la semaine prochain. Si ce n’est pas le cas, la tâche de ses hommes risquent d’être bien compliquée, eux qui avaient été tenus en échec par Xamax il y a de cela trois semaines alors qu’ils sortaient d’une période bien plus fructueuse que celle qu’ils sont entrain de traverser.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Jérémy Frick. Une nouvelle fois, le portier genevois est quasiment infranchissable et permet à son Servette de surnager quelque peu et de ne pas complètement couler. Cela fait maintenant quelques rencontres d’affilée qu’il est élu homme du match. Une belle récompense individuelle pour lui mais qui donne des inquiétudes quant au reste de l’équipe.

 

Alex Schalk. On reprend les mêmes et on recommence. Le Néerlandais semble être le meilleur attaquant du Servette FC à l’heure actuelle. Le petit attaquant se démène comme un beau diable sur le front de l’attaque et est le seul à se montrer réellement dangereux, sans toutefois parvenir à faire trembler les filets. En espérant qu’il puisse continuer sur cette lancée et que les autres joueurs de l’effectif pourront vite se mettre à son niveau pour pouvoir créer du danger sur le but adverse.

 

A améliorer

 

Les idées. Dans notre précédent article, nous nous voulions provocateurs en disant que tout était à améliorer. Afin de ne pas être répétitifs, nous n’allons pas le remettre même si l’envie y est. Une envie que les joueurs du Servette n’ont pas l’air de montrer, tout comme les idées qui sont aux abonnés absents. Les hommes d’Alain Geiger vont devoir vite se reprendre et recommencer à proposer le jeu qu’ils nous avaient habitués à voir, sinon les Grenat risquent de perdre beaucoup de points, tout autant que de spectateurs.

 

Monsieur Dudic. Un arbitrage catastrophique en ce dimanche, tout comme il l’avait déjà fait du côté de Bâle lors de la première défaite du Servette FC de la saison. S’il prend la bonne décision quant à l’annulation du but de Koro Kone, tout le reste fut très mauvais. À commencer par l’expulsion de Stevanovic, certes coupable sur la première faute, mais ridiculement sanctionné pour avoir donné une claque à Ceesay, magnifique acteur sur cette action. De plus, si l’on souhaite voir du beau spectacle dans les stades suisses, ce ne sera pas par l’intermédiaire d’arbitres qui laissent une équipe mener au score se permettre de simuler à tout bout de champ et de perdre du temps dès la 50ème minute de jeu. On rappelera qu’il aura adressé un carton jaune à Vincent Sasso qui demandait à Yannick Brecher de se dépêcher pour effectuer un dégagement au cinq mètres dans le temps additionnel.

 


 

Réaction d’après-match

Jérémy Frick

 


 

Servette FC – FC Zurich 0-1 (0-1)

Stade de Genève, 7’036 spectateurs.

Arbitre : M. Dudic.

But : 33′ Marchesano (0-1).

Servette : Frick; Rouiller (C), Routis, Sasso, Severin (68′ Tasar); Cespedes; Stevanovic, Wüthrich (46′ Imeri), Ondoua; Kone (75′ Kyei), Schalk. Coach : Geiger.

Zurich : Brecher (C); Rüegg, Nathan, M. Kryeziu (46′ Bangura), Pa Modou; Domgjoni, Sohm; Schönbächler, Marchesano (89′ Janjicic), Mahi; Ceesay (79′ Kramer). Coach : L. Magnin.

Avertissements : 11′ Stevanovic, 25′ Domgjoni, 81′ Cespedes, 90′ Nathan, 90+1′ Brecher.

Expulsions : 37′ Stevanovic (2e avertissement), 37′ Blanco (entr. gardiens SFC, réclamations).

Notes : Servette sans Sauthier, Cognat, Iapichino (blessés), Busset, Lang (convalescents, avec les M21) et Chagas (non-convoqué). Zurich sans Kololli, H. Kryeziu (blessés), B. Omeragic, Kharabadze, Popovic, Aliu, Di Giusto, Sauter, Zumberi et Kasaï (non-convoqués).