YB n’avait plus perdu dans son stade depuis le 6 octobre 2018. En cette fraîche après-midi de décembre, Servette est venu à bout de l’ogre bernois. Récit d’un match spectaculaire.

 

Pour ce match, Servette se déplace à Berne sans Miroslav Stevanovic ni Gaël Ondoua, tous deux laissés au repos. Alain Geiger décide de remanier un peu son équipe par rapport au match victorieux au Rheinpark et fait le choix de laisser Jeremy Frick et Anthony Sauthier sur le banc, remplacés respectivement par Joël Kiassumbua et Moussa Diallo. Du côté bernois, après une victoire obtenue à l’arrachée contre Cluj en Europa League, Gerardo Seoane fait également un peu tourner son effectif en mettant Hefti, Ngamaleu, Mambimbi et l’ancien Genevois Nsamé sur le banc.

 

Dès le coup d’envoi, les Bernois mettent le pied sur le ballon et se procurent trois grosses occasions dans le premier quart d’heure de jeu. Fassnacht, d’abord, place une tête parfaite qui oblige Kiassumbua à un arrêt réflexe incroyable sur sa ligne. Puis, Siebatcheu trouve le poteau du gardien Grenat avant que ce dernier ne réussisse un arrêt magnifique face à ce même Siebatcheu. Ce début difficile sans conséquences permet aux Grenat d’entrer enfin dans leur match et tiennent alors la comparaison face au triple champion suisse. À la 22ème minute, Clichy déborde sur son côté gauche, sert Valls à l’entrée de la surface de réparation. Ce dernier met en retrait sur Schalk qui trompe Von Ballmoos d’une frappe croisée puissante qui transperce les filets. Un tir, un but, l’efficacité souvent remise en question est pour le coup bien au rendez-vous. Ce but permet à Servette de se libérer et aurait même pu doubler la mise avant la mi-temps. Tout d’abord, Schalk se retrouve seul face à Von Ballmoos et tombe mais l’arbitre n’indique pas le point de penalty alors que la faute semblait évidente. Ensuite, Kyei est imprécis par deux fois en ratant deux bonnes occasions tandis que la frappe enroulée de Valls est détournée de justesse par Von Ballmoos. L’arbitre siffle la mi-temps sur le corner qui suit et les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score en faveur des Grenat.

 

Young-Boys – Servette, un affrontement toujours passionnant qui convient bien aux Grenat (© Thomas Zinguinian)

 

Le début de la seconde mi-temps est une copie conforme de la première période. L’entrée d’Hefti amène plus de percussions et les Bernois se font de plus en pressants sur les cages de Kiassumbua. Pour le malheur des triples champions en titre, Servette trouve, comme en première mi-temps, l’ouverture après vingt minutes de jeu sur son premier tir de la seconde mi-temps grâce encore une fois à la bombe de Breda, qui fait encore des malheurs au filet adverse avec une frappe surpuissante qui tape le poteau avant de finir dans la lucarne opposée. Gerardo Seoane décide alors de réagir en lançant ses stars Nsamé et Ngamaleu. Dès lors, les bernois se ruent à l’attaque et offrent des possibilités de contre aux Grenat. Kyei et Cognat ont alors la possibilité du tuer le match mais se heurtent chacun sur un excellent Von Ballmoos. Malheureusement, plutôt que de voir le 3-0 libérateur, le 2-1 tombe des pieds de Felix Mambimbi qui offre alors dix dernières minutes de folie. Mais c’était sans compter sur le courage des Servettiens qui tiennent leur os et gardent leur score victorieux de 2-1 grâce notamment à un sauvetage miraculeux de Vouilloz dans le temps additionnel.

 

Les Servettiens repartent du Wankdorf avec trois points inespérés au vu du contexte et peuvent entrevoir la suite de la saison avec optimisme, eux qui restent sur trois victoires sur les quatre derniers matchs.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

La combativité. Mettez onze guerriers sur un terrain. Ajoutez-y sept remplaçants survoltés sur le banc (Frick n’a peut-être pas joué, mais son apport vocal a été constant et fondamental) : vous avez ainsi un cocktail gagnant pour battre l’invincible YB.

 

Alex Schalk. Rayonnante, la bombe de Breda aura démontré tout son talent lors de cette rencontre en transformant de manière impressionnante ses deux seuls tirs, du pied gauche s’il vous plaît.

 

Gael Clichy. En plus d’un joueur faisant preuve de qualités footballistiques indéniables, Servette s’est trouvé un leader sur le terrain qui peut faire le lien entre Alain Geiger et ses joueurs.

 

A améliorer

 

Ne pas avoir tué le match. Servette aurait pu, Servette aurait dû marquer le 3-0. Ne pas le faire leur a procuré de belles sueurs froides en fin de match.

 


 

Conférence de presse d’après-match

 

(Source : chaîne Youtube BSC Young Boys)

 


 

BSC Young Boys – Servette FC 1-2 (0-1)

Wankdorf, à huis-clos.

Arbitre : M. Horisberger.

Buts : 22′ Schalk (0-1), 65′ Schalk (0-2), 84′ Mambimbi (1-2).

YB : Von Ballmoos (C); Maceiras, Camara, Zesiger, Garcia (46′ Hefti); Fassnacht (67′ Nsamé), Gaudino, Martins (67′ Rieder), Sulejmani (61′ Ngamaleu); Elia (75′ Mambimbi), Siebatcheu. Coach : Seoane.

Servette : Kiassumbua; Diallo (61′ Sauthier), Rouiller (C), Severin, Clichy; Cespedes; Cognat, Valls (88′ Mendy); Imeri (61′ Antunes), Kyei (88′ Vouilloz), Schalk (69′ Fofana). Coach : Geiger.

Avertissement : 54′ Maceiras.

Notes : YB sans Petignat, Spielmann, Sierro, Lustenberger, Lauper (blessés), Aebischer (malade), Seydoux et Seferi (non-convoqués). Servette sans Kone, Sasso, Henchoz (blessés), Stevanovic, Ondoua (ménagés), Martial, Ajdini, Holcbecher et Guerin (non-convoqués). Sauthier récupère le brassard de capitaine à son entrée en jeu. (BT)