Auteurs d’une prestation convaincante et aboutie, les hommes d’Alain Geiger prennent provisoirement la deuxième place du classement et enchaînent une troisième victoire d’affilée. Servette n’avait plus été aussi bien placé depuis la saison 2003-2004.

 

La tornade servettienne a déferlé d’entrée de jeu ce soir au Stade de Genève. Pris d’assauts par des Grenat déchaînés, les Bâlois, décimés par de nombreuses absences, ont dû faire face à de nombreuses situations chaudes, notamment dans le premier quart d’heure. D’abord sur une tentative de l’excellent Sauthier, dont la frappe est passée de peu à côté (4e) avant que Kyei seul aux six mètres, servi sur un plateau par Cognat, ne perde son duel face à Lindner (10e).

 

Ajoutez à cela la volée manquée de Schalk en excellente position dans l’enchaînement (11e) et ce penalty annulé justement par Monsieur Dudic après consultation de la VAR, Valls étant tombé trop facilement au duel avec Kasami, les Grenat avaient de quoi être frustrés en regagnant les vestiaires. Ce d’autant que Bâle n’a pratiquement pas existé, s’il on excepte les tentatives infructueuses de Kalulu et Kasami, dont la frappe à fui la lucarne droite des buts de Jeremy Frick (45e+1).

 

“Une équipe solidaire prête pour faire la guerre”: les supporters Grenat ont apprécié le renouveau de leur équipe (© Bastien Trottet)

 

Au retour des vestiaires on prend les mêmes et on recommence. Servette fait preuve d’audace et de justesse dans les transmissions, ne manque que la conclusion. Un domaine dans lequel les Rhénans auraient bien pu donner la leçon aux servettiens à la 54e minute, en réponse à une frappe trop enlevée de Stevanovic, bien servi par Kyei quelques secondes plus tôt (52e). En effet, Kasami, à la réception d’une tentative axiale de Frei repoussée péniblement par Frick, n’a heureusement pas trouvé le cadre. Dans la continuité de l’opportunité gaspillée par l’ex-joueur du FC Sion, Schalk, tente sa chance à l’entrée de la surface mais Lindner veille et se détend parfaitement sur sa droite (54e).

 

Arrive ensuite cette 62e minute qui aura conduit à de nombreuses discussions en conférences de presse (disponibles ci-dessous). Le centre millimétré de Clichy à destination de Kyei a-t-il été dévié de la tête par Cardoso, annulant donc le hors-jeu au départ du ballon ? Après de longues minutes d’analyse VAR, l’arbitre principal décide d’accorder au numéro 25 servettien, auteur d’une superbe volée au demeurant, sa dixième réussite de la saison. Boosté par cette ouverture du score méritée, Servette va brillamment doubler la mise à la 71e. Stevanovic s’arrache côté droit pour éviter la touche et son centre, mal renvoyé par Petretta, profite à Ondoua dont le véritable missile envoyé à mi-hauteur ne laisse aucune chance à Lindner.

 

Son équipe dès lors en gestion et peu inquiétée, Alain Geiger va offrir ses premières minutes en Grenat à Diogo Monteiro, 16 ans, central de formation et pur produit du club. Il devient du même coup le plus jeune joueur à être aligné en Super League cette saison. Suite à ce petit évènement, Cabral réduira le score sur penalty dans les arrêts de jeu. Sans conséquence aucune pour les Grenat, lesquels peuvent savourer et préparer dans les meilleures conditions le déplacement à Sion du week-end prochain.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Prendre la deuxième place du classement. Que cela fait du bien de revoir le SFC à sa place, sur le podium de Super League !

 

La performance collective. Toute l’équipe a répondu présent ce soir, que cela soit dans l’engagement, les duels, le pressing et le plan technique. Un match référence plein de promesses pour Servette, tant les Grenat, lorsqu’ils évoluent de la sorte, posent des problèmes à n’importe quel adversaire au sein de ce championnat.

 

Le dixième but de Kyei en championnat. Le Français engrange de la confiance au fil des matchs et cela s’est vu sur cette superbe volée de la 62e minute. Cette réussite le place en troisième position au classement des buteurs de Super League.

 

A améliorer

 

Être plus clinique devant le but. Les Grenat, malgré une première heure de jeu très aboutie symbolisée par bon nombre d’occasions, ont dû patienter pour trouver l’ouverture. Avec plus de précision dans le dernier geste les hommes d’Alain Geiger auraient sans doute passé un samedi soir encore plus maîtrisé.

 

La légère frayeur en fin de match. La réduction du score de Cabral sur penalty a sans doute provoqué une petite montée d’adrénaline chez les nombreux fans du SFC. Heureusement, le treizième but en championnat du Brésilien n’a pas gâché la fête.

 


 

Conférences de presse d’après-match

 

Servette FC (Alain Geiger et Yoan Severin)

 

 

FC Bâle (Ciriaco Sforza et Raoul Petretta)

 

 

(Propos recueillis par Bastien Trottet)


 

Servette FC – FC Bâle 2-1 (0-0)

Stade de Genève, à huis-clos.

Arbitre : M. Dudic.

Buts : 62′ Kyei (1-0), 71′ Ondoua (2-0), 90+3′ Cabral (penalty) (2-1).

Servette : Frick; Sauthier (C), Sasso, Severin, Clichy; Ondoua (87′ Mendy); Valls (89′ D. Monteiro), Cognat (87′ Cespedes); Stevanovic, Kyei (72′ Kone), Schalk (72′ Imeri). Coach : Geiger.

Bâle : Lindner; Van der Werff (82′ Hunziker), Klose, Cardoso, Petretta; Zuffi (72′ Bunjaku), Frei; Males (59′ Zhegrova), Kasami (C), Kalulu (72′ Chiappetta); Cabral. Coach : Sforza.

Avertissements : 39 Severin, 49′ Cardoso.

Notes : Servette sans Rouiller, Diallo, Alves, Antunes, Henchoz, Fofana (blessés), Martial, Holcbecher et Guerin (non-convoqués). 1ère apparition professionnelle pour Diogo Monteiro (16 ans). Bâle sans Cömert (suspendu), Widmer, Abrashi, Marchand, Van Wolfswinkel, Pululu, Von Moos, Xhaka, Isufi, Padula, Hajdari, Sène, Jorge (blessés), Stocker (suspension interne) et Vishi (non-convoqué). (BT)