Après s’être inclinés “sur un coup de dé” à Lugano, les Grenat enchaînent un deuxième déplacement consécutif, sur les bords de la Limmat cette fois-ci.


 

Alex Schalk est en forme et veut le prouver

 

Alex Schalk, quel était le discours de votre entraîneur avant ce déplacement à Zurich ?

 

Lugano n’était pas véritablement un bon match, nous avons moins bien joué que lors des rencontres précédentes. La qualité est là, nous avons beaucoup de potentiel et de bons joueurs. Le problème, c’est que nous devons être capables d’amener plus d’intensité et de gagner plus de duels. Non pas que nous ne le fassions pas actuellement, mais dans ce match cela nous a parfois manqué. Avec tout le respect que j’ai pour Lugano, Lucerne ou Zurich, je pense que nous avons plus de qualité qu’eux et nous devons être capables de les battre. Zurich est une équipe très jeune avec beaucoup d’éléments talentueux, mais ce qui peut nous aider, c’est que nous avons plus d’expérience. Nous avons analysé leur jeu, à chaque match ils courent les uns pour les autres et font énormément de kilomètres. Ils se battent et gagnent beaucoup de duels, ce qui est très important dans le football. Zurich s’en sort extrêmement bien actuellement avec ses cinq victoires consécutives et cela ne vient pas de nulle part car ils travaillent très fort. Si nous parvenons à amener le même niveau d’énergie, nous avons plus d’atouts pour remporter ce match. L’énergie sera la clé de cette partie.

 

Schalk veut retrouver une place de titulaire

 

Wüthrich sera suspendu, ce qui devrait vous donner une opportunité de jouer. C’est aussi votre avis ?

 

Effectivement. Vous savez, dans le foot, quand quelqu’un est absent, un autre joueur a sa chance et c’est à lui de la saisir. Je l’avais fait à Sion notamment, puis d’autres l’ont fait à leur tour. J’espère être titulaire dimanche, mais nous avons énormément de qualité offensive dans le groupe. Cela fait un moment que je n’ai plus débuté un match, en partie par ma faute, mais je pense avoir fait une bonne entrée à Lugano et j’ai l’espoir que cela ait plu à l’entraîneur.

 

Zurich jubile à la Praille : c’était le 29 septembre dernier et Servette veut prendre sa revanche dimanche (© Bastien Gallay)

 

Alain Geiger semble vouloir privilégier une solution à deux attaquants. Si vous deviez choisir vous-même votre partenaire, qui serait-ce ?

 

C’est une question difficile. Pour moi, le système à deux attaquants serait bon avec n’importe qui. Kyei est extrêmement fort physiquement, tout comme Kone. Je suis un joueur qui dépend de gars comme eux qui sont capables de gagner des ballons et de les conserver pour pouvoir transpercer la défense adverse. Honnêtement, je ne sais pas ce que l’entraîneur va choisir. Il peut aussi intégrer un véritable milieu de terrain, il y a des possibilités qui existent. Tout ce que je sais, c’est que je me suis très bien entraîné lors des dernières semaines et que je suis prêt si l’entraîneur fait appel à moi. Je suis impatient de pouvoir montrer à nouveau mes qualités et j’espère marquer pour pouvoir montrer autre chose comme célébration (rires).

 

Une excellente condition physique

 

Votre saison est plutôt bonne jusqu’ici, vous ne jouez pas énormément mais vous réussissez passablement de buts et de passes décisives. Quel est votre sentiment sur celle-ci ?

 

Vous avez raison. Je me sens vraiment très très bien. Pendant l’inter-saison, le club a accueilli Mathieu Degrange comme préparateur physique avec Anthony Garnier pour que nous soyons à la pointe physiquement. Depuis cet été, je me sens vraiment bien et plus fort. Quand je joue, je fais des bons matchs, même lorsque l’entraîneur décide de me faire jouer à gauche. Du coup, je suis plutôt content, mais c’est vrai que j’aimerais jouer plus. Je suis en forme et c’est normal que j’aie envie d’en profiter. Nous avons discuté de cela avec le coach. Au final, c’est sa décision et je dois l’accepter. Et surtout, je ne dois pas être négatif si je veux rester performant.

 


 

Geiger jouera avec deux attaquants

 

Alain Geiger, avec le recul, qu’avez-vous pensé de cette défaite à Lugano ?

 

Nous avons dû jouer sur un bassin d’eau, c’était donc plus compliqué que d’autres matchs. Nous aurions largement pu rentrer avec un match nul mais il nous a manqué de l’efficacité. Nous avons eu deux poteaux, nous n’avons pas réussi à convertir nos occasions, nous devons nous concentrer là-dessus. Dans le même temps, nous devons faire attention à ne pas prendre trop facilement des buts. La sortie de Gonçalves a redistribué les cartes sur le plan défensif et il s’en est suivi un moment de flottement qui nous en a coûté un. Par la suite nous avons bien travaillé pour tenter de ramener un résultat positif, mais cela n’a pas suffi. Aujourd’hui nous avons oublié ce match, nous nous concentrons sur le prochain en gardant en tête l’amélioration de l’efficacité.

 

Bien terminer l’année

 

Nous avions l’impression cette semaine que cette défaite à Lugano resterait anecdotique en cas de résultat positif à Zurich. C’est aussi votre sentiment ?

 

Oui. J’ai encouragé les garçons cette semaine pour qu’ils terminent bien l’année. Nous avons fait un excellent parcours depuis cette promotion, il suffit de regarder où en sont certains de nos adversaires pour nous en rendre compte. C’est positif et il faut que l’on continue à jouer crânement notre chance. Nous n’avons jamais été déclassés depuis le début de la saison, nous devons poursuivre ainsi. Zurich sera un gros contradicteur, ils sont en pleine confiance et viennent de gagner cinq matchs d’affilée. J’ai regardé ces rencontres et ils ont vraiment un bon élan. C’est une équipe très agressive qui va vers l’avant, mais qui a quelques lacunes défensives. Nous devrons nous appuyer sur notre force offensive et être capables de nous créer des occasions de but. Nous avons eu ces occasions à Lugano mais nous n’avons pas réussi à les convertir. A nous de parvenir à nous en créer à nouveau et à les mettre cette fois-ci au fond.

 

“Je vais compter sur un autre profil, sur quelqu’un qui sera plus présent dans la surface”

 

Wüthrich sera suspendu. Comment envisagez-vous de le remplacer ?

 

Je dois surtout faire attention au profil des joueurs. Wüthrich est un élément important pour nous car il a cette capacité de faire le lien entre le milieu de terrain et les attaquants. Sans lui, nous allons débuter le match avec un joueur plus offensif, un deuxième attaquant, d’autant plus que mon discours insiste sur le fait de marquer des buts. Je vais donc compter sur un autre profil, sur quelqu’un qui sera plus présent dans la surface.

 

Du bricolage à droite

 

L’autre interrogation de ce match concerne le poste de latéral droit. Quelles sont vos options à ce niveau-là ?

 

Gonçalves est blessé et absent jusqu’à la trêve hivernale. Nous espérons récupérer Sauthier pour le match contre Thoune, il est encore en difficulté avec son épaule et n’est pour le moment pas encore à 100%. Je devrais donc trouver une idée pour lancer quelqu’un d’inhabituel sur ce côté droit à Zurich. A l’heure où je vous parle (ndlr: interview réalisée vendredi avant le dernier entraînement), je n’ai encore rien décidé. Nous avons Souici et Imeri qui ont déjà joué à ce poste par le passé mais j’attends le dernier moment pour choisir.