Après sa solide victoire au Brügglifeld contre le FC Aarau, le Servette FC se déplace dans le canton du Tessin pour y affronter demain sa bête noire, le FC Chiasso. Anthony Sauthier et Timothé Cognat se sont confiés à nos rédacteurs avant de monter dans le car.

 

“Bête noire” en effet, car les Grenat restent sur dix derniers matchs très compliqués face au Tessinois, leur dernière victoire remontant au 2 octobre 2017 sur une tête de dernière minute du brésilien Nathan (récemment arrivés au Grasshopers de Zürich). Vous allez certainement nous demander ce qu’il en est des neuf matchs restants : une victoire, sept matchs nuls et une défaite. Autant dire que cette équipe ne réussit guère aux Genevois ces dernières années et qu’il faudra être encore plus solides que lors du match initial contre les Argoviens. 

 

Du côté du Tessin, la canicule annoncée depuis quelques jours devrait se confirmer. Des températures bien au delà des trente degrés sont attendues, on peut donc se douter que les organismes souffriront pendant cette partie et que le manque de compétition de plusieurs Grenat pourrait se ressentir au cours de cette rencontre.

 

Avant ce long déplacement, Thomas Zinguinian et Bastien Trottet ont pu recueillir les impressions du jeune Timothé Cognat ainsi que du capitaine des Grenat, Anthony Sauthier.

 


Sauthier: “J’espère que Stevanovic reviendra vite”

 

Anthony Sauthier, on vous retrouve après une blessure à l’épaule en fin de saison dernière, comment allez-vous ?

Franchement, mon épaule va beaucoup mieux, mais je dois encore la renforcer. Je ne savais pas qu’on perdait aussi vite dans cette partie du corps, c’était très douloureux. Heureusement, j’ai fait de bons exercices pour revenir a 100% et je ne sens plus rien pendant les matchs, même lorsque je tombe dessus. Je croise donc les doigts pour la suite !

 

On a vu la saison dernière que votre association avec Miroslav Stevanovic fonctionnait très bien. Malheureusement, il est blessé actuellement. Est-ce que vous vous réjouissez de le retrouver ? 

Oui c’est clair, je m’entends super bien avec lui que ce soit sur ou en dehors du terrain. On a vu qu’il y avait beaucoup d’actions qui venaient de la droite. C’est clair que c’est toujours délicat de perdre un copain sur le terrain, mais Timothé Cognat, qui joue maintenant à sa place, le remplace très bien donc je m’adapte. Après, ce n’est pas moi qui fais les choix pour savoir qui jouera, mais j’espère que Stevanovic reviendra vite pour que la concurrence soit encore plus forte. 

 

“Peut-être que l’année passée, on se serait pris un but et on se serait fait peur sur la fin”

 

Concernant le match à Aarau, on a vu une équipe de Servette qui était solide défensivement. S’il n’y pas eu de buts encaissés, il y a eu tout de même beaucoup de tirs reçus. Comment expliquez-vous cela? Dans le même temps, on a vu une solidarité qui n’était peut-être pas aussi évidente la saison dernière. Est-ce que vous le ressentez de cette manière là ?

Je suis totalement d’accord, c’est vrai qu’on a été très solide. Quand on y regarde de plus près, Aarau n’a eu que 5 tirs cadrés au final, donc c’était des tirs de loin, hasardeux. On a très bien joué défensivement, c’était vraiment un groupe solidaire, comme vous l’avez dit. Après, quand on gagne 2-0 à la mi-temps, ce n’est plus à nous de faire le jeu. Aarau a essayé de pousser sans être vraiment dangereux, donc c’est ce qu’on recherchait à ce moment-là. Le but de Wüthrich? Il a eu beaucoup de chance sur ce but… (rires) Non, je plaisante, c’était vraiment un très beau but ! Peut-être que l’année passée, on s’en serait pris un et on se serait fait peur sur la fin, mais là on a réussi à rester solidaires et garder cette avance.

 

Normalement, c’est vous qui inscrivez des buts hallucinants, pas Wüthrich. Vous y voyez là une nouvelle concurrence?

Non… (rires) Wüthrich, on connaît son pied gauche, il a une très bonne frappe ! Si ce n’est pas moi, c’est un autre et c’est tant mieux. Le plus important, c’est que ce genre de buts permettent à l’équipe de s’imposer !

 

(TZ)


 

Cognat: “En France, on connait énormément le Servette FC”

 

Timothé Cognat, premier match avec le Servette FC, première victoire et une intervention décisive qui amène le 1-0. Comment avez-vous vécu ce match ?

 

Je l’ai très bien vécu, on a réussi à gagner face à une très bonne équipe bien en place, c’est quelque chose de positif pour le groupe. Ça nous donne de la confiance, il va falloir continuer comme cela.

 

Vous venez de l’Olympique Lyonnais, qu’est-ce que vous connaissiez du Servette FC avant d’arriver ici ? Comment est perçu le club de l’extérieur ?

 

Je le connaissais bien puisqu’on l’a souvent affronté avec les équipes juniors. C’est aussi un des clubs suisses avec la plus grande renommée, ce qui fait qu’en France on connaît énormément ce club. Maintenant, avec tout ce qui s’est passé, cela a un peu fait baisser le club et c’est ce qui fait que Bâle et YB sont devant au niveau sportif, mais au niveau réputation, on connaît quand même plus le Servette FC que les autres clubs.

 

On a vu que William Le Pogam est passé comme vous par la réserve de l’OL avant de venir à Genève et de signer en Super League ensuite. Est-ce que c’est aussi votre objectif ?

 

Oui, c’est un objectif. Je suis prêté juste un an, c’est donc toujours un objectif de pouvoir atteindre le haut niveau. Je suis très content qu’un ancien jeune du centre de formation de l’OL puisse s’épanouir en Suisse, pourquoi pas suivre ses traces par la suite.

 

“Chiasso, ça va être un match difficile à gagner”

 

Demain, c’est Chiasso, un stade particulier où Servette a toujours de la peine à s’imposer. Est-ce que vos coéquipiers vous en ont déjà un peu parlé ?

 

Oui, on m’a parlé du stade et de son environnement. Est-ce que ça va être encore un match difficile à gagner, ça je ne le sais pas vu que cela sera la première fois que je vais jouer là-bas, mais vu ce qu’on m’en a dit, je pense que cela va être très difficile. On va devoir tous évoluer et travailler ensemble pour gagner ce match.

(BT)