Après sa victoire face au FCBâle, les Grenat se sont inclinés face aux Brodeurs au Kybunpark ce dimanche. Les Servettiens peuvent se mordre les doigts d’avoir galvaudé tant d’occasions.

On prend presque les mêmes et on recommence. Entreprenant, oppresseur mais malchanceux c’est le portrait d’un Servette FC en manque d’inspiration. Qui à première vue fait tout juste, joue bien et est plaisant mais qui ne conclue pas. Un problème qui connaît une récurrence maintenant au fil des semaines, Koro Koné touchait la barre en début de match face au FC Bâle. Stevanovic a connu le même sort, à deux reprises. Kyei rata un face à face à bout portant quasiment coup sur coup. 

Et puis quand ça ne rentre pas d’un côté, ça rentre de l’autre. Et si Guillemenot a connu le même sort que Stevanovic, en touchant le poteau et la barre, c’est un autre ancien Grenat qui s’est adjugé le seul et unique but de la partie : Duah. Un coup franc millimétré de Quintilla pour la tête de la nouvelle recrue des Brodeurs et Saint-Gall peut assommer les hommes d’Alain Geiger. Mais pour autant, le travail des Servettiens ne faiblit pas, la pression exercée par les visiteurs est forte, les occasions sont légions. Seul fait défaut les buts. 

Supporters et soleil étaient de retour au stade ce dimanche ! (© Marc Delacrétaz)

En deuxième période, c’est un Servette FC frustré, peut-être agacé aussi, qui ne parvient pas à tromper la vigilance de Zigi. Stevanovic avait l’occasion de remettre les compteurs à zéro mais Muheim parvint à lui ôter le cuir avant un face à face, aux allures létales, avec Zigi. Mais rien n’y fait, Servette joue, Servette, presse, Servette est solide mais Servette ne marque pas. L’ultime passe du jeune Ajdini pour Kyei n’y changera rien, l’attaquant français était légèrement en retard et n’a pu, au moins, offrir le point de l’égalisation. 

En sommes, le résultat est frustrant, peut-être injuste et immérité tant les Grenat se sont créés des occasions (une fois de plus), mais qui connaît bien ce sport historique qu’est le football, sait qu’il ne suffit pas de bien jouer pour gagner. Il faut savoir marquer. Alors oui, on pourra dire que Servette a été régulièrement plaisant dans le jeu, solide défensivement et a su se créer les occasions nécessaires pour revenir avec 3 points du Kybunpark. Malheureusement, cela n’est pas assez, mais Alain Geiger l’assure en conférence de presse « ces garçons finiront par marquer ». Une chose est sûre, il ne manque cela à Servette : marquer. 

 


 

Que retenir de ce match ? 

 

De positif
  1. Théo Valls. Pour une première apparition et titularisation sous le maillot grenat, l’ancien Nimois a su montrer toutes les qualités dont il fait preuve. Très important dans ce milieu avec Ondoua pour construire le jeu servettiens, il a su montrer ses qualités de passe, sa technique et a même eu une occasion en première mi-temps. Peut-être moins en rythme que ses partenaires vers la fin du match, cette prestation face à Saint-Gall lui promet un bel avenir du côté de Genève.
  2. La défense. Malgré la défaite, il s’agit là d’un point incontournable de la rencontre. Et même si sur les quatre défenseurs, 3 ont été avertis, la solidité et le sérieux de tout un chacun est à relever avec brio ! La paire centrale a constamment court-circuité les offensives des Brodeurs. Quant aux latéraux, ils ont été précieux sur leur couloir, à noter le nombre incalculable de tacles effectués, et gagnés, par Sauthier. Malgré un manque de lucidité sur le coup de pied arrêté qui a amené le seul but du match, la prestation générale de l’arrière-garde grenat est à saluer. 
  3. Retour du public. Comment ne pas le mentionner ? Et même si nous n’étions pas à La Praille mais à l’autre bout de la Suisse, la sensation de retrouver plusieurs milliers de spectateurs a fait un bien fou. Des chants, des applaudissements mais aussi des sifflets qui ont tant manqué depuis plusieurs mois. Plus de 9’200 personnes étaient présentes au Kybunpark pour le retour des supporters dans les stades. Un nombre qui fait rêver, que l’on espère, pourquoi pas, effleurer lors du retour des supporters grenat face à Young-Boys d’ici un peu moins de deux semaines après la trêve internationale. 
A améliorer  
  1. Manque de réalisme. C’est le point qui fait le plus défait aux Grenat depuis la reprise du championnat. Eux qui n’ont marqué que deux buts en trois matchs de championnat, et sur penalty qui plus est. Un manque réel de finalisation, de concrétisation qui frustre tout un peuple. Beaucoup d’occasions, peut-être trop d’occasions galvaudées tant face à Bâle que face à Saint-Gall. Mais si cette situation peut être fâcheuse, il convient aussi de souligner tout le travail effectué par l’équipe pour se créer ces occasions. Reste maintenant la finalisation afin que les Servettiens se donnent du baume au coeur.  
  2. 2ème défaite en 3 matchs. Le bilan servettien n’est pas au beau fixe et pourtant il aurait pu, ou aurait dû, c’est selon, être bien plus positif. Avec une seule victoire face au FC Bâle et deux défaites face à Lausanne et Saint-Gall, les Servettiens pointent désormais à une frustrante 6ème place alors qu’ils pourraient titiller le podium actuellement. Une situation loin d’être délicate, car on le sait, la saison est encore longue et les hommes d’Alain Geiger possèdent toutes les armes pour réitérer le même exploit que la saison dernière. 

 


 

Saint-Gall – Servette 1-0 (1-0)

Kybunpark, 9’244 spectateurs autorisés.

Arbitre: Urs Schnyder.

But: 24e Duah 1-0.

Saint-Gall: Zigi; Kräuchi (75e Rüfli), Stergiou, Fazliji, Muheim; Quintilla; Görtler, Stillhart, Ruiz (75e Staubli); Duah (63e Kamberi), Guillemenot (85e Ribeiro).

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso, Mendy; Ondoua, Valls; Stevanovic, Imeri (82e Ajdini), Antunes (72e Diallo); Kyei.

Avertissements: 4e Görtler (jeu dur), 25e Fazliji (jeu dur), 36e Sauthier (jeu dur), 42e Stillhart (jeu dur), 44e Sasso (jeu dangereux), 45e Mendy (antijeu), 59e Stevanovic (jeu dangereux), 61e Frick (réclamation).