Les Grenat retrouvent le chemin de la victoire dans le chef-lieu neuchâtelois pour la première fois en dix-sept ans. A cette époque, il était possible d’apercevoir le lac depuis l’intérieur du stade, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’agissait pas encore de l’enceinte actuelle, inaugurée en 2007. Une éternité !

 

Quatorze secondes : c’est le temps qu’il a fallu à Koro Kone pour ouvrir la marque dans ce match. Une action d’école des Servettiens qui surprit les locaux dès l’engagement. Un long ballon dans la profondeur de Rouiller pour Stevanovic qui crocheta Xhemajli puis centra avant que Kone ne se jette pour placer sa tête. Un début idéal pour les hommes d’Alain Geiger mais qui aura par conséquent un peu faussé le rythme de la première mi-temps. Neuchâtel se montra un peu plus tranchant ensuite, notamment par Ramizi et Nuzzolo. Durant cette période, les Genevois crurent peut être que le match allait être facile et furent un peu « light » défensivement. A plusieurs reprises, les joueurs neuchâtelois surent perforer la défense Grenat grâce à des actions simplistes. Alors que Xamax semblait proche de l’égalisation, Tasar vint conclure un contre de son pied droit (44ème). Deux buts servettiens qui survirent aux pires moments pour les Xamaxiens et un scénario à l’heure du thé qui rappela les deux premières confrontations cette saison entre les deux formations. Et quand Kamber marqua dès la reprise pour les locaux, l’impression de tous était que Servette et Xamax ne pourraient se quitter que sur un score de 2-2 pour la troisième fois consécutive.

 

Servette évoluait quasiment à domicile du côté de la Maladière (© Samuel Gremaud)

 

Pourtant, ce même Kamber décida d’anéantir les espoirs d’égalisation de son équipe en se faisant expulser à la 56ème (voir ci-dessous). Par la suite, Servette se contenta d’utiliser les espaces laissés par les locaux, notamment grâce à Stevanovic, auteur de nombreux allers-retours sur son côté droit, sans pour autant que les Grenat ne se créent d’énormes occasions pour faire le break (hormis une rupture où Koro Kone décida d’y aller seul plutôt que de servir Park, pourtant idéalement positionné). Neuchâtel Xamax peut s’en vouloir de cette défaite, d’autant que Nuzzolo a eu une balle d’égalisation au bout du pied dans les dernières minutes qu’il a galvaudée de manière incompréhensible.

 

2020 débute comme 2019 s’était terminé pour le SFC : par une victoire contre une équipe mal classée. Il s’agira maintenant de confirmer face à au FC Thoune, un adversaire du même calibre que Xamax, dimanche prochain à la Praille (16h).

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Gagner dans la nouvelle Maladière. Jamais Servette n’était reparti victorieux dans cette arène et les Grenat ne s’étaient plus imposés face aux Neuchâtelois depuis 2011. C’est peu dire que cette victoire fait du bien.

 

Jeremy Frick. Homme du match, il a sauvé les siens à de nombreuses reprises, notamment en deuxième mi-temps. Il poursuit sur la lancée de sa très bonne première partie de saison et c’est une excellente nouvelle pour l’ensemble de son équipe.

 

Le parcage visiteur. Comme lors du précédent derby à la Maladière, les Grenat se sont mobilisés en nombre pour transformer la Maladière en annexe du Stade de Genève. Quelle ambiance et quel spectacle proposé !

 

A améliorer

 

L’expulsion de Kamber et le raté de Nuzzolo. Sans ces deux faits de jeu, Servette ne serait probablement pas reparti avec les trois points samedi. Kamber, pourtant auteur d’un bon match, a coupé l’élan de son équipe avec d’un tacle bien mal maîtrisé sur Tasar. Quant à Nuzzolo, il a manqué une montagne alors qu’il avait l’égalisation au bout du pied. Un raté qui ne lui ressemble pas et qui pourrait coûter extrêmement cher en mai lorsque viendra le moment de faire les comptes. Tant mieux pour Servette, mais très inquiétant pour les Neuchâtelois.

 

Tasar dans l’axe. Désormais privé de Wüthrich, Alain Geiger a été contraint de placer un ailier dans l’axe comme chef d’orchestre de son onze. Mais Tasar n’est pas familier avec ce poste, lui qui est avant tout un joueur de couloir, et il n’a pas forcément répondu aux attentes placées en lui en perdant beaucoup de ballons tout en semblant quelque peu désorienté.

 


 

Réactions d’après-match

 

Koro Kone

 

 

Alain Geiger

 

 

Joël Magnin

 

 

(propos recueillis par Clément Vuagnat)


 

Neuchâtel Xamax FCS – Servette FC 1-2 (0-2)

La Maladière, 5’744 spectateurs (dont un bon millier de Genevois).

Arbitre : M. Jacottet.

Buts : 1′ Kone (0-1), 44′ Tasar (0-2), 47′ Kamber (1-2).

Xamax : Walthert (C); Neitzke, Djuric, Xhemaijli (46′ Tafer); Serey Dié; Gomes, Corbaz (71′ Seferi), Ramizi, Kamber; Ga. Karlen (59′ Seydoux), Nuzzolo. Coach : J. Magnin.

Servette : Frick; Sauthier (C), Rouiller, Sasso, Iapichino; Ondoua, Cognat (87′ Routis); Stevanovic, Tasar (90′ Alves), Park (76′ Cespedes); Kone. Coach : Geiger.

Avertissements : 5′ Park, 21′ Serey Dié, 66′ Rouiller, 83′ Nuzzolo, 86′ Ramizi.

Expulsion : 56′ Kamber (jeu dur).

Notes : Xamax sans Dugourd, Doudin, Alic, Oss, Sylvestre (blessés) et Qela (non-convoqué). Servette sans Schalk (blessé), Lang, Wüthrich, Maccoppi, Severin, Souici et Busset (non-convoqués).