Auteures d’un excellent début de saison en LNA, les joueuses d’Eric Séverac se frottaient hier à l’une des meilleures équipes du pays, Lugano Femminile, au Stade des Trois-Chênes. Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme espéré.

 

Il est toujours compliqué d’aborder un match où l’on est supposé être plus faible, qui plus est lorsque l’on parle d’une équipe non-professionnelle qui a plusieurs objectifs à garder à l’esprit. C’était tout le dilemme qui se posait au staff Grenat avant la rencontre : jouer cette partie à fond ou en garder sous la pédale en prévision du difficile huitième de finale de Coupe de Suisse contre une équipe saint-galloise face à laquelle le SFCCF jouait la promotion l’an passé ? Il semblerait que ce soit cette deuxième option qui ait prévalu au moment de choisir les onze titulaires puisque des joueuses telles que Nicole Regnier, Yasmina Laaroussi et Paula Serrano durent enfiler un survêtement et s’installer sur le banc au coup d’envoi.

 

Une entame de match compliquée

 

Etait-elle déstabilisée par le pressing agressif des Tessinoises ou encore en rodage suite à ces nombreux changements ? Toujours est-il que la défense servettienne (et l’équipe dans son ensemble) passa totalement à-côté de son début de match. Après à peine cinq minutes de jeu, le score était déjà passé à 0-1 par l’intermédiaire de Maksuti sur un but gag concocté par Silva Castro et ses milieux de terrain, mais qui faisait suite à une série d’interventions compliquées sur les premiers ballons de ce match.

 

Paradoxalement, ce but allait remettre les Grenat sur les bons rails. C’est ainsi que l’on vit les premières incursions des locales dans le territoire adverse et les premières tentatives en direction de la gardienne Horn. Rien de vraiment tranchant à ce moment-là, mais au moins de quoi retrouver un peu ses esprits et desserrer l’étreinte. Et alors qu’on pouvait espérer voir les Genevoises recoller rapidement au score, la malchance les frappa à nouveau à la 26eminute. A la lutte pour récupérer un ballon lancé en profondeur par les visiteuses, l’attaquante et la défenseure s’encoublèrent l’une sur l’autre dans la surface. L’arbitre, un trio UEFA, désigna sans hésiter le point de penalty pour sanctionner une faute sévère mais pas illogique. Eliza Doll ne trembla pas et réussit un contre-pied parfait en plaçant le ballon sur la droite de Silva Castro.

 

0-2 après moins d’une demi-heure de jeu, le coup était plutôt rude pour les Servettiennes, mais l’on sentait bien une certaine fatigue et une passivité inhabituelles pour elles, tandis que les Luganaises n’hésitaient pas à exercer un pressing à deux voire trois joueuses afin de diminuer encore leur lucidité et leur temps de réaction.

 

Un électrochoc salvateur

 

Ce fut néanmoins Servette qui pris le contrôle des opérations dès ce moment-là. Réussissant enfin à se lâcher, les joueuses Grenat obtinrent plusieurs bonnes occasions notamment par Di Pasquale, Duclos et Maendly, ce qui leur permit de réaliser que leur force de perforation dans l’axe pouvait mettre en grande difficulté la défense adverse. Si le score n’évolua pas jusqu’à la mi-temps, il semblait légitime de penser que les Servettiennes allaient réussir à trouver la faille en deuxième période.

 

Elles entrèrent d’ailleurs dans celle-ci de manière bien plus conquérante que lors de la précédente. Pendant le premier quart d’heure, elles se ménagèrent plusieurs occasions franches, notamment sous l’impulsion de leur capitaine Maeva Sarasin dont la vitesse et la puissance physique offrait des possibilités intéressantes sur le front de l’attaque. Malheureusement pour elles, il manquait à chaque fois ce petit quelque chose qui permet de la mettre au fond : un ballon dévié du bout du pied par une défenseure, un mauvais rebond, un renvoi qui arrive sur le mauvais pied de l’attaquante, tout semblait indiquer que les Servettiennes ne parviendraient pas à marquer.

 

Et on connaît la rengaine, lorsqu’une équipe n’arrive pas à concrétiser ses occasions, son adversaire réussira à le faire sur sa première incursion. Ce sera chose faite à la 71eminute lorsque la défense genevoise hésitera la seconde de trop sur un dégagement de Horn, ce qui permit à l’attaquante de devancer la sortie en catastrophe de Silva Castro et de dribbler cette dernière, Cara Curtin n’ayant plus qu’à pousser le cuir au fond des buts. Cruel pour les Grenat, mais logique au vu de la physionomie du match, les Luganaises ayant régulièrement démontré leur supériorité tout au long de cette partie.

 

Marquer des buts, à défaut de points

 

Dès lors, le dernier quart d’heure permit à Eric Séverac de tester des options avec son équipe. Le match étant plus ou moins perdu à cet instant, il tenta de pousser ses joueuses à aller marquer au moins un but, quitte à négliger la défense s’il le fallait. C’est du moins l’impression qui se dégagea depuis la tribune des Trois-Chênes avec des Servettiennes qui jouaient crânement leur chance, passant à plusieurs reprises tout proches de réduire la marque. On notera notamment les bonnes tentatives de Silvério et Sarasin, toutes deux bien arrêtées par Horn.

 

Le match se termina donc sur le score de 0-3, un score sévère lors d’une partie qui doit servir au SFCCF pour mesurer encore le chemin à parcourir avant de s’établir comme une équipe de référence en LNA. Mais c’est aussi dans ce genre de matchs que l’on apprend et nul doute qu’il y aura bon nombre d’enseignements à tirer de cette partie. Servette porte ainsi à trois matchs sa série sans victoire, mais reste installé sur le podium à la faveur de son match en plus avec sept points d’avance sur la dernière place. Malgré cette défaite, on peut donc affirmer sans crainte que le football féminin à Genève se porte bien !

 


 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose…

 

De positive

 

Les performances de Silva Castro et Sarasin. Malgré son erreur en début de match, la gardienne servettienne s’est régulièrement montrée décisive tout au long de la partie. Auteure de bonnes sorties au pied et de parades salvatrices, elle a empêché à son équipe un score bien plus lourd. De son côté, la capitaine Grenat a su, par son implication et sa volonté à toute épreuve, dynamiser le secteur offensif et offrir des excellentes opportunités à ses coéquipières. Bravo à elles.

 

A améliorer

 

La concentration en phase défensive. Combien de fois se sont-elles fait piéger en hésitant à intervenir? Face à des attaquantes vives et aux aguets, la moindre fraction de seconde de perdue ne pardonne pas et sans une Silva Castro très à son affaire, ces cafouillages auraient pu coûter bien plus cher. Mention honorable tout de même à Emma Faure qui a touché un nombre incalculable de ballons et qui n’hésitait pas à doubler ses efforts pour aller couvrir les errances de ses partenaires.

 


 

Servette FC Chênois Féminin – Lugano Feminile 0-3 (0-2)

Stade des Trois-Chênes, une centaine de spectateurs.

Buts : 6′ Maksuti, 26′ Doll, 71′ Curtin.

Servette : Silva Castro; Arias Vidal, Faure, Carmeni (46′ Laaroussi), Paita; Di Pasquale (76′ Della Tommasa), Maendly Duclos; Pezzotta (54′ Silvério), Sarasin (C), Colville.

Lugano : Horn; L. Curtin, Wenger, Nieto, Cannone (C); O’Neil, Von Ballmoos, Doll (84′ Granados), C. Curtin; Waldmann, Maksuti (78′ Bytyqi).

Avertissements : 69′ Cannone, 86′ Sarasin, 86′ L. Curtin.