Le dernier rempart grenat s’est confié vendredi dernier à nos rédacteurs Thomas Zinguinian et Bastien Trottet. Il se livre sur le Servette FC bien évidemment, mais également sur les performances des gardiens lors de la Coupe du monde et sur son poste si particulier.

 

La nouvelle saison

 

Jérémy Frick, une nouvelle saison se présente pour le Servette FC, la troisième et demi pour vous ici. On peut dire que vous commencez gentiment à faire partie des meubles. Comment la voyez-vous ?

 

Je ne la vois pas bien différente des deux précédentes, on sait qu’on est une équipe qui va jouer les hauts de tableau et voilà. Maintenant, il y a les barrages qui sont introduits, donc on sait que cette fois-ci il y aura du combat jusqu’au bout. C’est quelque chose qui va passablement changer le championnat, tout ne sera pas tué d’avance. Qu’on soit premiers ou troisièmes, quelque chose sera à jouer jusqu’à la fin et c’est ce qui fait que le championnat sera plus attrayant cette année.

 

“Il y aura peut-être encore une arrivée de gardien”

 

Il y a eu beaucoup de changements dans l’équipe, notamment au poste de gardien avec le départ de David Gonzalez, le gardien historique (même s’il a peu joué ces derniers temps), remplacé par Joao Castanheira. Comment vivez-vous cela ?

 

Joao était déjà présent l’année passée en tant que troisième gardien, il est très bien intégré dans l’équipe et très professionnel, c’est quelqu’un avec qui on s’entend très bien. David, on le voit encore tous les jours parce qu’il est toujours entraîneur. Il est venu au début de la préparation nous donner un coup de main pour les entraînements. Il y aura peut-être encore une arrivée de gardien, à voir. Pour l’instant c’est Joao et moi qui sommes les gardiens de la première équipe et on se réjouit de commencer le championnat. Je pense que lui-aussi est très impatient.

 

Peut-on imaginer que c’est Joao Castanheira qui jouera en Coupe à Meilen ?

 

Oui, c’est souvent ce qui se passe donc j’espère pour lui qu’il aura un peu de temps de jeu. C’est un jeune gardien qui a beaucoup de qualités et un avenir prometteur, j’en suis persuadé. C’est clair que s’il peut avoir du temps de jeu, ce sera tout bénéfique pour lui et pour l’équipe aussi. Concerner tout le monde cette année, c’est le plus important.

 

Justement, il y a beaucoup de monde dans l’effectif actuellement, au niveau des licences ça pose même quelques problèmes. Comment est-ce que le groupe vit cela, même si vous, en tant que gardien, vous êtes par définition un peu à l’écart ?

 

C’est vrai qu’au début de la préparation on était beaucoup, maintenant cela a un peu diminué, les plus jeunes sont repartis avec l’académie. C’est normal d’avoir du monde; dans tous les clubs où je suis passé, il y a beaucoup de jeunes qui intègrent la première équipe dans les premières semaines de préparation. Maintenant on est un peu moins à l’entraînement, mais peut-être avec un peu plus de qualité. Et puis comme vous l’avez dit, je suis gardien, du coup je suis un peu à part donc j’ai peut-être moins ressenti ce phénomène de masse. On n’était toujours que deux ou trois à l’entraînement et cela s’est plutôt bien passé pour moi.

 

“On a moins de différence de langage cette année”

 

En terme d’ambiance d’équipe cette année, comment la ressentez-vous ?

 

Il y a une très bonne ambiance. On a fait encore une sortie d’équipe au paint-ball avant-hier (mercredi, ndlr). Tout le monde a participé et bien rigolé. On a aussi aussi moins de différence de langage cette année, il y a beaucoup plus de gens qui parlent français, ceux qui ne le parlaient pas l’ont maintenant appris. On verra après ces premiers matchs, si on gagne, je pense qu’on peut avoir une équipe avec une ambiance du tonnerre. Si ça se passe mal, ce sera là qu’on verra si on a une force de caractère ou pas.

 

La Coupe du monde

 

On l’a dit, le poste de gardien est un peu particulier, on en a d’ailleurs pas mal parlé pendant la Coupe du monde. Vous avez notamment été partiellement formé à l’Olympique Lyonnais, l’ancien club d’Hugo Lloris. Cette boulette en finale, comment vous l’avez vécue ?

 

C’est un peu anecdotique quand on voit le Championnat du monde qu’il a fait. Hugo était pour moi le meilleur gardien du tournoi, bien meilleur que Thibaut Courtois. Il a été décisif à chaque rencontre, il n’y a pas un match où il n’a pas fait un arrêt décisif à un moment crucial. Après voilà, c’est clair que sur cette boulette, je n’ai pas trop compris comment elle s’est passée parce qu’il avait pourtant pris sa décision. Peut-être un excès de confiance, je ne sais pas.

 

“Le poste de gardien est devenu l’un des postes-clé dans le football”

 

Les gardiens dans le monde

 

On a vu aussi tout récemment que le gardien Alisson a signé à Liverpool pour une somme record (environ 84 millions de francs suisses, ndlr) Comment est-ce que vous vivez le fait que le poste de gardien soit enfin reconnu à sa juste valeur ?

 

Je trouve cela très bien parce que, depuis les commencements du foot, le portier a toujours été le joueur le moins bien payé, le moins cher. On voit qu’Alisson a été transféré pour septante-cinq millions, une somme record. C’est bien, le poste est devenu l’un des plus importants, l’un des postes-clé dans le football. On voit que toutes les grosses équipes ont un grand gardien. Maintenant le dernier rempart n’est plus une personne de l’ombre, mais c’est quelqu’un qui est apprécié du public et qui est devant dans la hiérarchie.

 

On a vu ces dernières semaines des gardiens capables de gagner des matchs à eux tout seuls. De votre côté, quel arrêt vous a le plus marqué dans votre carrière ? Et pendant la Coupe du monde ?

 

Pour la Coupe du monde, je pense que c’est l’arrêt de Lloris contre la Belgique, celui sur une frappe où il va très vite à droite sans pouvoir faire un pas d’élan. Il y a aussi Pickford qui fait un arrêt exceptionnel en quart de finale. Un arrêt à moi que je dois retenir ? Peut-être celui que j’avais fait contre Vaduz la saison passée au premier tour où, à bout portant, j’arrive à faire un arrêt réflexe avec la main ferme.

 

“Thomas Castella a fait un excellent championnat”

 

Le rôle de dernier rempart en Suisse

 

Cela fait quelques années que vous jouez en Suisse. Qui est pour vous le meilleur gardien y évoluant actuellement ? Et qui est pour vous le meilleur gardien au monde ?

 

Pour moi, le meilleur gardien au monde, c’est Hugo Lloris, parce que je suis fan et que c’est un ami. Maintenant, en Suisse, c’est plus compliqué à dire, il y a beaucoup de bons gardiens. En Super League la saison dernière, j’ai trouvé que Castella avait fait un excellent championnat. Il y a aussi Omlin (FC Bâle, ex-FC Lucerne) qui a un avenir prometteur. Après, Vaclik (ex-FC Bâle) est toujours une valeur sûre. Si je dois en retenir un qui a beaucoup fait la différence, pour moi, c’est quand-même Castella, qui est un ami.