Pour son deuxième match à domicile de la saison, Servette a conquis sa première victoire de l’exercice 2019-2020 après avoir largement dominé les débats.

 

A quelques heures du coup d’envoi, l’objectif était clair côté Grenat : engranger les trois points face à un adversaire qui semblait à la portée des hommes d’Alain Geiger. Le FC Lucerne enchainait cet après-midi son 5ematch en 16 jours, les joueurs de Suisse centrale avaient dû batailler face à l’ogre féringien Klaksvik au 2etour préliminaire d’Europa League. Servette, de son côté, restait sur deux prestations inaugurales encourageantes face à YB et Sion mais qui avaient accouché de deux matchs nuls.

 

Côté terrain, Servette devait faire sans Gael Ondoua, le camerounais étant indisponible pendant une durée d’au minimum 3 semaines. Boris Cespedes était donc titularisé à mi-terrain au côté de Cognat et réussit grâce à une performance XXL à faire oublier l’absent du jour. En défense, Geiger pris le pari Severin pour occuper le flanc gauche alors que Gonçalves avait débuté lors des deux premiers matchs. A Lucerne, on notera la rupture de contrat quelques jours avant la partie du bien connu Christian Schneuwly, s’estimant trop peu utilisé dans la rotation de Thomas Häberli.

 

Miroslav Stevanovic, seul buteur du jour, au duel avec un adversaire lucernois (©️ Bastien Gallay)

 

Les Grenat attaquent feu au plancher cette rencontre, les premières minutes étant très intenses alors que les lucernois répondent au pressing et à l’intensité des locaux. Servette possède le ballon dans cette première mi-temps mais il manque un petit quelque chose pour ouvrir la marque. Kone ou Tasar s’essayent mais soit ils manquent de réalisme, soit le portier Müller veille au grain. Alors les Grenat tentent aussi de loin : Sauthier, Cespedes ou même Rouiller arment mais leurs tirs sont trop enlevés. Lucerne, avec un bloc bas très solide, procède par contre grâce notamment à l’impact d’Eleke ou à la vivacité du remuant Kakabadze.

 

Le plan de match reste le même après le thé à un détail près ; Servette hausse son niveau de jeu alors que Lucerne a le malheur de devenir insignifiant. Les joueurs de Suisse centrale semblent perdre leur assise défensive et en même temps ne sont absolument plus dangereux en phase d’attaque (la fatigue de la Coupe d’Europe ?). Servette en profite d’entrée. Tour à tour, Tasar, Kone et l’entrant Chagas (très intéressant pour ses premières minutes cette saison) sont tout près d’ouvrir la marque. A la 52e, Stevanovic nous gratifie d’une merveille de coup-franc qui malheureusement finit sur la latte. Il se ratrappera 10 minutes plus tard en reprenant un corner de Wüthrich. Servette mène 1-0 et ne lâchera plus son os.

 

Le FC Lucerne essaya logiquement de revenir dans la rencontre mais le manque criant d’inspiration offensive des visiteurs rassura un temps soit peu les quelques 6’059 spectateurs du jour. Oui, Servette aurait pû se faciliter sa fin de match. Oui, Kone manqua l’immanquable à la 72e. Oui, les boulevards étaient légions dans la défense lucernoise. Mais comment en vouloir aux servettiens de ménager un peu le suspense ? La partie de « Shérif, fais-moi peur » aurait pû s’arrêter net quand Margiotta ou Tia dégainaient, quand Chagas se voyait refuser un but pour hors-jeu dans le temps additionnel mais M. Schärer mis fin au jeu. Vous pouvez reprendre une activité normale comme disait l’autre, Servette est ce soir sur le podium de Super League.

 


 

Que retenir de ce match ?

 

De positif

 

Boris Cespedes. Pas simple pour lui de remplacer à mi-terrain Ondoua mais il a parfaitement remplis le rôle cet après-midi. Solide et efficace dans ses interventions défensives, faisant preuve de beaucoup d’aisance technique pour lancer les actions servetiennes, Cespedes a sans nul doute marquer des points lors de cette rencontre. Il devrait posséder encore beaucoup de temps de jeu durant le mois d’août, à lui de confirmer cette prestation et de pourquoi pas postuler à une place dans le XI prochainement.

 

La solidité défensive. Un but pris sur les trois premiers matchs, depuis l’ouverture du score concédée rapidement face à Young Boys, Servette n’a plus été chercher le ballon au fond de ses filets. Une statistique à souligner compte tenu des équipes affrontées qui possèdent des armadas offensives plus qu’intéressantes. On connaissait la qualité de Steve Rouiller qui a su encore augmenter son niveau de jeu cette saison, on retrouve un Anthony Sauthier très en verve et on constate surtout l’apport indéniable de Vincent Sasso, le vrai patron de cette défense. Des certitudes donc, qui permettent de se projeter.

 

Mychell Chagas. On l’annonçait sur le départ, il n’avait pas encore joué cette saison et beaucoup s’interrogeaient sur le fait qu’il possède le « niveau Super League ». En 30 minutes, le brésilien a apporté un premier élément de réponse. Très énérgique, appliqué et motivé, Chagas réussit une entrée remarquée qui aurait pu aboutir à un but dans le temps additionnel (refusé pour un hors-jeu justifié). Lui aussi, à l’instar de Cespedes, a peut-être marqué des points dans ce rôle de super-sub qui lui va à ravir. L’avenir nous dira rapidement quelle place il occupera cette saison dans l’effectif d’Alain Geiger.

 

A améliorer

 

Les frayeurs en fin de match. Servette maitrisait son sujet cet après-midi, surtout en seconde mi-temps où Lucerne était inoffensif mais malheureusement les Grenat se sont rendus la fin de match difficile. Occasions manquées (on en reparle lors du point suivant), espaces laissées aux lucernois, les servettiens étaient tout proche par moment de laisser filer ces trois points alors qu’ils leurs tendaient les bras. Comme face à Sion, un peu de fébrilité s’est fait ressentir mais encore une fois, sans conséquence. Il faudra travailler ce point là pour ne pas inutilement se mettre en danger et permettre aux coeurs grenat de se reposer, la saison est encore longue !

 

Le rendement offensif. Contrairement au secteur défensif qui fonctionne très bien, l’attaque servetienne reste néanmoins en difficulté sur ce début du championnat. Deux buts inscrits en trois matchs mais surtout un grand nombre d’occasions qui ne sont pas converties par les attaquants Grenat. On peut y voir ici le changement de niveau entre une Challenge League beaucoup plus ouverte et une Super League qui laisse moins d’espaces aux attaques mais on peut aussi constater un manque de réalisme devant. Servette a tiré 21 fois aux buts face à Lucerne pour ne marquer qu’une fois. Sans conséquence cette fois-ci mais ce genre de prestation peut se payer très cher face à un adversaire plus tueur par exemple.

 


 

Réactions d’après-match

 

Boris Cespedes

 

Steve Rouiller

 

Thomas Häberli (en allemand)

 

Alain Geiger

 

Propos recueillis par Samuel Gremaud et Bastien Trottet

 


 

Servette – Lucerne 1-0 (0-0)

Stade de Genève, 6059 spectateurs.

Arbitre : M. Schärer.

But : 62e Stevanovic 1-0.

Servette : Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso, Severin; Cognat (84e Routis), Cespedes; Stevanovic, Wüthrich, Tasar (57e Chagas); Kone (74e Imeri).

Lucerne : Müller; Kakabadze, Lucas (78e Demhasaj), Circkovic, Sidler; Arnold, Ndenge; Schürpf (69e Schwegler), Schulz (53e Tia Chef), Eleke; Margiotta. Notes: Servette sans Busset, Iapichino, Maccoppi, Ondoua, Lang. Lucerne sans Burch.

Avertissements : 45e Kakabadze, 50e Arnold, 61e Tia Chef, 82e Cespedes, 92e Chagas, 95e Routis.

Notes : Servette sans Kiassumbua, Mfuyi, Lang, Iapichino, Ondoua, Busset (blessés) et Maccoppi (convalescent). Lucerne sans Burch (blessé), Ndiaye (non-qualifié), Zibung, Jacot, Binous (non-convoqués).