Après avoir stoppé l’hémorragie en battant GC à la Praille non sans mal (3-2), Servette se déplaçait dans le nouveau stade de la Tuilière pour y affronter le Lausanne-Sport dans un derby qui s’annonçait chaud bouillant (ou frigorifique, c’est selon) et avec la ferme intention de s’imposer pour la 1re fois dans un derby du Lac depuis son retour en Super League.

Le match


Avant même le coup d’envoi du match, l’on se rappelle aux bons souvenirs d’un certain 4 avril 2019 et le fameux “Derby sous la neige” de la Challenge League. Contrairement à deux ans auparavant, c’est dorénavant sur la Tuilière et plus sur la Pontaise que s’abattent les flocons de neige, présageant un dénouement heureux pour les Grenat, tant le LS semble avoir été traumatisé par les différents épisodes neigeux de ces dernières saisons.

Les Servettiens entrent tambours battants dans cette rencontre et, dès la 6e minute de jeu, Valls a déjà une grosse opportunité d’ouvrir le score sur un caviar de Stevanovic (on en reparlera), mais bute sur Diaw. Deux minutes plus tard, Chafik se joue de Clichy sur le côté droit avant d’adresser un centre-tir qui s’écrase sur le 1er poteau de Frick. Le derby est lancé. Croyait-on du moins car, mises à part ces deux actions, il ne se passera quasiment plus rien jusqu’au thé (au vin chaud en l’occurrence). Plus rien si ce n’est l’évènement qui changera complètement la physionomie du match et qui aura lieu précisément à la 45e minute de jeu. En effet, Puertas, déjà averti auparavant, contrôle mal son agressivité et met une grosse semelle sur Douline après avoir perdu le ballon. 2e carton jaune indiscutable, c’est rouge pour le maître à jouer lausannois. Servette a maintenant 45 minutes pour profiter de cet avantage numérique et pour prendre les 3 points de son déplacement dans le canton de Vaud.

Et les Grenat s’épargnent vite quelques grosses difficultés dès le retour des vestiaires. À la 49e minute, Valls sert Stevanovic dans la surface qui parvient à transmettre à Kyei en s’y prenant à deux fois. Seul devant le but, l’attaquant servettien ne se fait pas prier pour le 1-0, et en profite pour narguer un peu le kop lausannois en simulant une canne à pêche. De bonne guerre dira-t-on. Vingt minutes plus tard, Stevanovic se retrouve à nouveau en position idéale, tente de servir Kyei mais Diaw repousse le ballon directement dans les pieds d’Imeri qui fusille le portier lausannois pour le break dans ce match.

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

Malgré quelques frayeurs que les Grenat auraient pu s’éviter, ils tiennent ce score de 2-0 et parviennent même à clore les débats à la 88e minute quand Antunes gagne son face à face avec Diaw pour le 3-0 après une nouvelle passe du joyau Stevanovic.

 

Les chiffres


4 Comme le nombre de matchs consécutifs dans lesquels Kastriot Imeri aura inscrit un but. C’est la 1ère fois depuis 2001 et… Alex Frei qu’un servettien réalise cette prouesse. Rappelons que le prodige grenat est un milieu de terrain…

8 Comme le nombre d’années que les supporters genevois auront dû attendre avant de voir une victoire de leur équipe en terres vaudoises en Super League.

13 Comme le nombre de passes décisives de Miroslav Stevanovic sur la saison, ce qui fait simplement de lui le meilleur passeur… du monde actuellement. Fou!

2’300 Comme le nombre de Genevois qui auront fait le déplacement à la Tuilière, rendant l’ambiance absolument magnifique, et portant les hommes d’Alain Geiger vers le succès.

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

 

L’homme du match – Miroslav Stevanovic


Si l’on doit remercier Meho Kodro pour quelque chose lors de son passage à la Praille, ce sera sans le moindre doute d’avoir amené son compatriote dans la maison grenat. Dans tous les bons coups une nouvelle fois dimanche, le Bosnien en est à 13 passes décisives cette saison, dont 6 sur les deux derniers matchs! C’est un bonheur quotidien de voir évoluer ce joyau sous nos couleurs et l’on espère que l’on pourra en profiter encore quelques années. Merci Micá!

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

 

L’image du jour


Qui dit grosse ambiance, dit forcément craquage de fumigènes en tribunes. La Section Grenat aura littéralement mis le feu au stade, provoquant à deux reprises l’interruption momentanée du match. Mais que dire du fou rire en tribune de presse à la vue du kop lausannois qui fit craquer tous les fumigènes qui leur restait alors que le score était de 1-0 pour Servette et que le speaker annonçait que le match serait définitivement arrêté si cela continuait!

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

 

Les interviews


Jérémy Frick

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

 

Alain Geiger

Crédit photo : Marc Delacrétaz – GE-Sports

 

Ilija Borenovic