Les Grenat se rendent à Saint-Gall demain pour y affronter des Brodeurs qui les talonnent au classement. Un déplacement compliqué auquel vient s’ajouter une avalanche de petits bobos qui les empêchent de performer au mieux de leurs capacités.

 

Le Servette FC n’a jamais remporté la victoire dans la nouvelle arène saint-galloise, peu importe le nom qu’elle a pu porter. Pour tenter d’enrayer cette mauvaise série (ce qui avait brillamment été réussi à Thoune), les Genevois vont devoir compter sur leur solidarité et leur esprit de corps devant l’adversité. En effet, quatre joueurs sont incertains et d’autres ne sont pas forcément à 100% de leurs possibilités. Malgré cela, ils savent qu’ils doivent tenter de ramener quelque chose de ce long déplacement, sous peine d’être grandement sous pression lors des deux matchs à domicile prévus la semaine prochaine. C’est dans ce contexte compliqué que nous avons pu échanger avec Grejohn Kyei et Alain Geiger, ce dernier étant par ailleurs pleinement conscient de l’importance de ces trois prochaines rencontres.

 


 

Kyei a besoin d’un peu de temps

 

Grejohn Kyei, vous avez disputé vos premières minutes la semaine dernière. Comment est-ce que cela s’est passé ?

 

J’ai appris la veille du match que l’entraîneur souhaitait me faire débuter malgré le fait que je n’étais pas prêt. Je me suis donc tenu prêt pour disputer le peu de temps que j’allais jouer à fond. Je pense que j’ai tenu peut-être une demi-heure, voire une mi-temps, à un bon niveau. J’ai pêché dans le travail physique, mais je pense que cela va revenir au fil des matchs. J’espère que je pourrais être à 100% très rapidement pour être plus efficace.

 

Bonus : voici comment prononcer le nom de famille de l’attaquant servettien

 

Vous avez eu deux grosses occasions lors des quinze premières minutes. Est-ce un aperçu du “vrai” Grejohn Kyei ?

 

Le vrai, je ne pense pas parce qu’il me manque encore passablement de choses, mais il y avait bien du Grejohn Kyei là-dedans. Je pense que vous aurez un meilleur aperçu de mes performances et de mon niveau dans les matchs à venir.

 

Un attaquant polyvalent

 

Comment définiriez-vous votre jeu ?

 

C’est difficile à dire, il faudrait plutôt demander à l’entraîneur. Je dirais que je suis un joueur qui aime bien la profondeur, jouer dos au but, les un-contre-un et surtout marquer, en tant qu’attaquant c’est évidemment ma priorité. Après, si je peux faire d’autres choses pour l’équipe, je ne refuserais pas.

 

Préférez-vous jouer seul en pointe ou à deux attaquants ?

 

Peu importe, je m’adapte au style de jeu de l’équipe et à la volonté de l’entraîneur, que ce soit seul devant, à deux ou même à trois.

 

“D’ici deux-trois matchs, je pense que j’aurai retrouvé mon niveau”

 

Vous avez mentionné que vous n’étiez pas encore à 100%. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

 

J’ai commencé la préparation estivale avec Reims et j’ai eu un petit pépin physique à la cheville lors d’une rencontre de préparation, un gardien qui m’a taclé. Cela m’a pris du temps, mais d’ici deux ou trois matchs, je pense que j’aurai retrouvé mon niveau. Du moins, je l’espère.

 

Il a déjà affronté YB

 

Vous êtes arrivé il y a un mois. Quelles sont vos premières impressions du football suisse ?

 

Je le connaissais un petit peu, notamment parce que mon premier match amical en pro était contre Young Boys. J’ai aussi déjà vu un peu évoluer Bâle et Zurich. C’est un peu comme je le pensais, ça joue au ballon, il y a un peu moins d’intensité physique qu’en France mais cela joue beaucoup au ballon et c’est ce qui me plait dans ce championnat.

 


 

Entre les blessés et l’accumulation des matchs, Geiger va devoir jongler

 

Alain Geiger, comment avez-vous utilisé cette élimination en Coupe durant la semaine ?

 

Après chaque défaite, nous essayons de nous remobiliser et de corriger ce qui n’a pas été. L’idée a aussi été aussi de se dire que la Coupe, ce n’est que sur un match. Nous n’étions pas dedans, nous n’avons pas été assez bons pour passer ce tour, à nous de nous fixer d’autres objectifs, à commencer par la rencontre qui arrive à Saint-Gall. Nous devrons être prêts mentalement et physiquement pour aller chercher un bon résultat là-bas.

 

Le problème, c’est les absents

 

Certains problèmes étaient similaires contre Xamax et à GC. Avez-vous tenté d’y remédier spécifiquement ?

 

Actuellement, le problème principal que nous avons, c’est les blessés. Nous avons une perte de régime liée au fait que certains joueurs n’ont pas pu jouer pendant un mois. A Zurich, il nous manquait quatre titulaires, ce qui est beaucoup. Naturellement, les autres font aussi du bon travail pour les remplacer, mais je me retrouve dans une situation contrariante à vingt-quatre heures de ce match à Saint-Gall où j’ai encore quatre garçons qui sont incertains. Je trancherai après l’entraînement de cet après-midi (ndlr: interview réalisée vendredi midi) pour savoir qui pourra jouer ou non.

 

“Il est possible que l’on voie quelqu’un de nouveau qui n’a pas encore joué cette saison”

 

D’autant que vous allez au-devant d’une semaine anglaise qui risque de vous obliger à faire tourner un peu votre effectif. Comment allez-vous vous organiser ?

 

Sur l’ensemble des trois matchs, voire même dès demain déjà, il est possible que l’on voie quelqu’un de nouveau qui n’a pas encore joué cette saison. Tout le monde est de bonne valeur et doit être pris en considération. Ce n’est pas parce que l’on change un ou deux joueurs sur le terrain que l’on va retrouver une autre équipe. Nous devons aussi donner des temps de repos pour certains et utiliser ceux qui sont frais pour amener plus de forces dans des matchs qui se jouent souvent sur des petits détails.

 

Le staff servettien a du travail plein les bras actuellement (© Bastien Gallay)

 

Kastriot Imeri a fait de bonnes entrées ces derniers temps. Peut-on imaginer qu’il aura sa chance comme titulaire cette semaine ?

 

Il s’est malheureusement blessé à l’entraînement avant-hier, il a pris un coup et n’a pas pu s’entraîner hier. Je saurai cet après-midi s’il est apte ou pas. C’est tout mon problème actuellement : lorsque je pense à lancer un joueur ou à modifier quelque chose, les pépins physiques nous rattrapent.

 

Donc si l’on résume, qui sont les joueurs incertains ou blessés ?

 

Sauthier, Sasso, Kone et Imeri sont incertains. Cognat est lui toujours blessé, nous espérons le retrouver pour le troisième match de la semaine ou avant la trêve internationale, mais c’est aussi compliqué au niveau du rythme de le réintégrer immédiatement s’il n’a pas joué pendant quatre à six semaines.

 

S’adapter à la tactique singulière de Saint-Gall

 

Saint-Gall est une équipe qui encaisse passablement de buts. Or, vous avez plusieurs attaquants à disposition. Est-ce que cela vous donne des idées ?

 

Nous attendons toujours la montée en puissance de nos attaquants. Kyei a fait de gros progrès physiquement et une bonne apparition à GC malgré sa fatigue. Il s’approche de son meilleur niveau, mais il lui faut encore de la compétition. Kone a encore une petite gêne, nous ne savons pas encore s’il pourra faire partie du groupe. Chagas et Schalk sont là, à eux d’être prêts. Je vais leur dire que c’est un match particulier parce que Saint-Gall joue l’attaque à outrance. Il leur faudra aussi ressortir du camp adverse pour faire du travail défensif. Ils devront être très vigilants et agressifs pour profiter des opportunités que nous aurons avec leur défense qui s’ouvre beaucoup vers l’attaque.

“Il y aura du travail pour tout le monde”

 

Cespedes est maintenant menacé de suspension. Est-ce que vous allez chercher à le ménager ou est-ce que les circonstances ne vous le permettent pas vraiment ?

 

Non, nous n’avons pas énormément de joueurs, il y aura donc du travail pour tout le monde. Le milieu axial et l’attaque sont les postes où nous sommes le mieux fourni. Nous sommes vite fragiles s’il nous manque quelqu’un à gauche ou à droite. Dans l’axe, il faudra naturellement tourner.