Quelle réaction des Grenat ! Devant leur public, ils relèvent brillamment la tête après la déconvenue subie le week-end dernier et battent Zurich, probable futur champion suisse.

Le match


Pour autant, tout n’a pas été si simple pour les hommes d’Alain Geiger et pour cause le FCZ n’est pas leader incontestable de CSSL par hasard ! En effet, la formation d’André Breitenreiter, bien que méticuleusement rodée dans son 3-5-2 habituel, s’est le plus souvent heurtée à la muraille servettienne, laquelle ne s’est jamais brisée. Vouilloz a d’abord empêché le 1-0 d’un sauvetage du genou devant Marchesano et Frick s’est lui, aisément interposé à deux reprises devant le numéro 10 zurichois, meilleur joueur du FCZ hier. Côté Grenat, l’homme le plus en vue de cette première mi-temps très tactique entre deux systèmes bien différents, fut Kastriot Imeri. Le prodige servettien a d’abord délivré un superbe service en profondeur à Bédia dès la deuxième minute, las pour Servette, après avoir joliment éliminé Brecher, le numéro 29 n’a pu ajuster le cadre. C’est ensuite sur coup-franc qu’il a fait passer un frisson dans le secteur visiteur garni par quelques 2’000 fans zurichois, lesquels sont particulièrement au parfum concernant la qualité de frappe du genevois (28e). Sept minutes plus tard, c’est au terme d’une action résumant à la fois l’abnégation et la jouerie du collectif servettien, qu’Imeri sera décisif. Récupération haute de Cognat, service pour Stevanovic et les yeux dans le dos du bosnien font le reste… avant la conclusion assurée de « Kastri » (35e). Au terme d’un premier acte abouti, le SFC, avec quatre joueurs formés au club titulaires (7 (!) sur le banc), dont le jeune Valton Behrami, 18 ans, aura su se montrer solide et efficace pour regagner les vestiaires en menant à la pause.

Crédit photo : Servette FC

Sans surprise, Zurich est revenu sur la pelouse avec d’autres intentions pour tenter de déstabiliser l’organisation servettienne sans failles : davantage de rythme dans les transmissions, un bloc équipe plus haut amenant une densité plus importante dans la surface adverse… En conséquence, les Grenat ont subi, la muraille servettienne s’est quelque peu fissurée, mais est restée intacte. A la 49ème, Rouiller a in extremis sauvé sur sa ligne, une frappe de l’inévitable Marchesano avant que les visiteurs ne s’essayent de loin mais sans réussite comme sur ce coup-franc de Kryeziu, trop axial (60e) . Insuffisant pour faire plier Servette, dont le meilleur buteur (11 buts) a même frôlé le doublé trois minutes auparavant, forçant Brecher a une belle claquette sur un tir fouetté enroulé dont il a le secret (57e). A l’approche des vingt dernières minutes, Douline, auteur d’un gros abattage à mi-terrain tout au long du match, doit laisser ses partenaires à 10 après un second jaune résultant d’un tacle imprécis sur Gnonto (68e). Servette se retrouve dès lors en infériorité numérique… et dire que le tacle dangereux et mal maîtrisé de Kamberi sur la cheville de Bédia en première mi-temps n’a valu qu’un jaune au défenseur formé au FCZ… Qu’à cela ne tienne, les Grenat, bien aidés par Frick décisif devant Ceesay à la 73ème et beaucoup moins par Oberlin qui avait la balle du KO en fin de rencontre, réussiront à préserver leur avantage et à faire tomber le leader.

Crédit photo : Servette FC

Les chiffres


7’877 : Comme le nombre de spectateurs présents au Stade de Genève pour ce choc face au leader zurichois. 19 : comme le nombre de passes décisives distillées par le magicien servettien Micha Stevanovic lors de cette saison 2021-22, ce qui constitue tout simplement le nouveau record de l’histoire de la Super League ! Le bosnien, passeur d’exception doté d’un sens du collectif hors du commun, aura encore l’occasion d’améliorer ce chiffre lors des sept matchs qu’il reste encore à disputer avant la fin du championnat.

Crédit photo : Servette FC

11/04/21 : Date de la dernière victoire servettienne face au FCZ. Il n’aura donc tout juste pas fallu attendre un an pour que les Grenat retrouvent le goût de la victoire face à Zurich. Un adversaire qu’ils avaient à chaque fois battu lors des quatre affrontements de la précédente saison. 18 tirs à 10 et 8 cadrés à 2 : Des statistiques qui témoignent tout de même de l’emprise globale exercée par le FCZ sur l’ensemble du match. Toutefois, les Grenat auront su trouver la faille les premiers avant de livrer une

Le joueur du match


Le choix n’est pas évident à l’issue de cette partie ou la partition collective est davantage à mettre en avant que les individualités. Imeri et Stevanovic ont encore une fois été décisifs sur le plan statistique, mais c’est avant tout l’abnégation et l’état d’esprit conquérant retrouvé du SFC qui a permis aux Grenat de s’imposer.

La citation du jour


« C’est la victoire du caractère, de la solidarité. L’équipe avait vraiment envie de se lancer ce défi de battre Zurich. On était très compact et c’était difficile de passer entre nos lignes. J’ai beaucoup aimé ce qu’on a fait, battre le premier…avec des victoires on peut encore espérer quelque chose. » Alain Geiger

Crédit photo : Servette FC