Les Genevois s’imposent 0-2 en Argovie grâce à des buts de Routis et Wüthrich. Mais le score est flatteur.

(Christopher Routis répond aux questions de Bastien Trottet à la fin du match)

 

Une semaine que la France a soulevé le dernier trophée de la saison 2017-2018 et déjà la rentrée des classes se profile en terres helvétiques. C’est dans le vétuste mais néanmoins magnifique stade du Brügglifeld que le Servette FC retrouvait les pelouses de Challenge League pour ce qui sera la dixième expérience de son histoire en deuxième division. La dernière ? Réponse dans un peu moins de quarante matchs.

 

Suite à sa deuxième moitié de saison plutôt compliquée, le club du bout du lac a décidé d’effectuer un grand ménage dans son effectif, enregistrant ainsi neuf départs pour huit arrivées sans compter le recrutement d’Alain Geiger comme entraîneur. Et sur ces neuf nouveaux joueurs, six d’entre eux étaient titulaires hier soir, un septième (Follonier) ayant également eu sa chance en cours de match. Si l’on y ajoute les nombreux changements de numéro des « anciens », il ne reste donc plus grand-chose de l’équipe qui a tant déçu ses supporters lors du dernier championnat.

 

Une première demi-heure encourageante

 

Un nouveau départ pour les Grenat qui ne fut pas loin d’en être un faux, le FC Aarau réussissant à inquiéter Jérémy Frick (qui nous a accordé une longue interview à découvrir sur notre site ces prochains jours) dans la première minute de jeu. Steven Lang réagit rapidement en adressant un bon centre dangereux dans la surface à peine une trentaine de secondes plus tard. Le décor de cette partie était ainsi posé : nous allions assister à un beau match de football en cette agréable soirée de juillet très propice à la pratique de celui-ci.

 

Une rencontre qui s’avéra rapidement ouverte et engagée, très engagée même, sans pour autant que M. Tschudi ne décide de sortir ses cartons dans un premier temps. Il décida finalement de le faire contre Frontino, auteur d’un vilain tacle à retardement sur Rouiller à la seizième minute de jeu. Est-ce que cela a déconcentré la défense argovienne ? Toujours est-il que dans l’action qui suivit, elle perdit trop facilement le ballon et après un bon travail de Schalk, Routis put le loger magnifiquement au ras du poteau droit sur ce qui était la première véritable occasion des Servettiens. Le buteur nous indiquera par la suite qu’il avait visé le centre de la cage mais qu’il avait senti dès le début que sa frappe partait au fond des filets.

 

Malgré cette ouverture du score servettienne, le match continua sur les mêmes bases avec un FC Aarau qui se créait plus d’occasions que son adversaire sans toutefois réussir à en faire bon usage, tandis que ce dernier se contentait de subir le jeu et de placer quelques piques dangereuses. C’est d’ailleurs sur l’une d’elles, consécutive à une bonne récupération de Lang à mi-terrain, que Wüthrich eut un éclair de génie. Seul à vingt mètres, il décocha une frappe somptueuse qui termina sa course dans la lucarne droite d’un Deana totalement impuissant en la circonstance.

 

Moins d’une demi-heure de jeu et Servette tenait déjà deux de ses plus beaux buts de la saison. Les Genevois avaient surtout fait le plus dur dans cette partie en menant de deux longueurs sans avoir véritablement cherché à attaquer à outrance.

 

La solidarité comme mot d’ordre

 

La deuxième mi-temps débuta sur un rythme similaire à celui sur lequel la première s’était achevée : les Argoviens tentèrent leur chance tour-à-tour sans pour autant parvenir à leurs fins. Avant même la cinquantième minute de jeu, Alain Geiger réagit en sortant Alex Schalk, très prometteur mais encore trop court physiquement, pour Chagas. Quelques minutes plus tard, ce fut au tour de Rouiller de démontrer toute l’étendue de son talent sur une volée défensive parfaitement exécutée. Autour de lui, l’ensemble de l’arrière-garde servettienne souffrait sous les nombreuses attaques des locaux, mais restait à la fois solide et solidaire, parfois avec un peu de chance tout de même, comme sur ces deux sorties totalement manquées de Jérémy Frick sur des corners dont ils ne surent profiter.

 

Petit à petit et au gré des nombreux changements (quatre pour chaque équipe, c’est la nouveauté majeure de la saison), le match perdit en intensité. Le dernier quart d’heure se déroula sur un rythme plus calme qui faillit pousser Deana à commettre une faute de dernier recours. Manquant d’abord une intervention a priori facile à l’extérieur de la surface, le portier argovien fut contraint de tacler un Servettien qui partait seul au but. Tous au sein des 3’481 spectateurs présents anticipaient déjà le coup de sifflet de l’arbitre et le carton rouge qui allait s’en suivre, couronnant ainsi un match des plus frustrants pour eux. Quelle ne fut donc pas leur surprise lorsque l’ancien portier sédunois se releva ballon aux pieds et sans que M. Tschudi n’ait eu à intervenir. Ce fut la meilleure occasion à signaler en cette fin de match relativement tranquille pour les Grenat dont le « mode gestion » semble en tout cas très affuté.

 

Un bon départ, mais…

 

Victoire 0-2 du Servette FC donc et de belles promesses pour ces prochaines semaines. Si le recrutement semblait alléchant sur le papier, il restait à voir de quelle manière la mayonnaise allait prendre. Le coach Geiger nous l’avait d’ailleurs annoncé, l’équipe était encore loin d’être à 100%, il ne savait pas forcément à quoi s’attendre de cette rencontre. Il peut donc souffler un peu avec ces trois points même si, pour reprendre les mots de Christopher Routis, « c’est trois points, sur une saison, c’est rien », une manière de dire que la saison est encore longue et qu’il faut bien se garder de tirer des conclusions hâtives après une seule rencontre.

 


 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose :

Positive : l’état d’esprit des Grenat, beaucoup plus appliqués et concernés sur ce match que sur l’ensemble de ceux disputés ce printemps.

A améliorer : le nombre d’occasions concédées par les Genevois. Sans un immense manque de réalisme des locaux, cela aurait pu coûter très cher.

Les reflets filmés

Revivez le match en direct