Joueurs et supporters du Servette FC ont connu une après-midi facile contre le FC Schaffhouse. Sans jamais être inquiétés, les hommes d’Alain Geiger ont fait le plein de confiance grâce à une victoire nette : 6-1.

 

Le ton était plutôt à l’optimiste en amont de ce 24e match de la saison. Pas vraiment grâce aux derniers résultats Servettiens – 5 points pris sur les 4 derniers matchs – mais plutôt grâce aux retour de plusieurs blessés. Schalk est de retour dans le 11, Koné sur le banc, seul Severin manque à l’appel. Malgré le temps pluvieux – et un vent qui permet aux gouttes de contourner le toit aussi efficacement qu’un crochet de Timothé Cognat – l’ambiance est au rendez-vous.

 

Plus de suspense dans le ciel que sur le terrain

 

Aussitôt le coup d’envoi donné, le vent chasse l’orage et, sur le premier corner de la partie, Alexandre Alphonse foudroie le gardien Zbinden de la tête. L’entame de match idéale est bien aidée par une défense schaffhousoise qui peine à s’aligner. Les espaces laissés sur le côté droit, après avoir donné lieu au corner qui amena l’ouverture du score, permet six minutes plus tard à Alex Schalk de s’engouffrer dans la surface et de déborder Jackson Mendy, qui le tacle alors que le ballon file vers la ligne de sortie de but. L’arbitre n’hésite pas et désigne le point de penalty. Pas d’hésitation non plus pour Sébastien Wüthrich : le numéro 10 de charge du onze mètres, tiré à mi-hauteur sur sa droite : but. 2-0, après à peine plus de dix minutes, l’après-midi s’annonce tranquille.

 

Mais attention à ne pas baisser sa garde. Face à un adversaire particulièrement faible, qui n’a pas remporté le moindre match depuis début décembre, la défense manque de concentration et se montre charitable en renvoyant dangereusement ses ballons dans les pieds adverses. Heureusement, ces bévues restent sans conséquences, d’autant plus que le SFC repart de l’avant pour enfoncer le clou. Avec les combinaisons dont ils ont le secret, Schalk (16e), Alphonse (17e), Stevanovic (26e) et Sauthier (29e, 32e) se mettent en bonne position mais butent sur Zbinden ou ajustent mal leur frappe. On sent l’étau se resserrer sur la défense suisse-alémanique et effectivement, à la 34e minute, Wüthrich décale Iapichino sur le côté gauche, qui centre pour Stevanovic : le meilleur joueur du championnat est seul au deuxième poteau et n’a qu’à la pousser au fond. La mi-temps est sifflée sur ce score de 3-0 et sous les applaudissements des 3712 spectateurs annoncés.

 

Tête, penalty, frappe : bis repetita

 

La deuxième mi-temps débute comme la première. Alphonse fait lever la Praille sur une astucieuse remise du talon pour Alex Schalk qui ne trompe juste pas Zbinden (49e). Sur le premier corner au retour des vestiaires, rebelote : Alphonse s’élève plus haut que tout le monde et catapulte le ballon au fond des filets (58’). 4-0, la messe est plus que dite. Geiger en profite pour faire un triple changement, avec les sorties d’Alphonse (applaudi), Schalk et Iapichino pour les entrées de Chagas, Koné et Follonier. Le premier cité ne met pas longtemps à se faire remarquer. À la 64e, il est accroché par Paulinho qui l’entraîne dans sa chute, dans les 16 mètres. Penalty, dit M. Piccolo, qui permet au numéro 22 servettien de se faire justice d’un joli contrepied.

 

Le portier Zbinden n’a pas passé le meilleur des après-midis à la Praille (© Bastien Gallay)

 

La bévue deux minutes plus tard de Christopher Routis, qui dévie dans ses propres filets un centre de Cicek (66e), n’a pas d’importance dans une fin de match qui se fige en un interminable assaut du but de Zbinden par les Grenat. Les nouveaux entrants en particulier cherchent les petits espaces, mais c’est finalement sur un ballon qui ressort du bloc jaune que le SFC ajoute son dernier pion : d’un missile aussi puissant qu’heureux – il est dévié par une jambe adverse mais finit en pleine lucarne – Andrea Maccoppi inscrit son premier but en match officiel avec Servette (84e).

 

Ce succès, scellé dès les premières minutes, propulse Servette 8 points devant le Lausanne-Sport, encore contraint au nul ce week-end. Sans compter que la marge engrangée, qui porte à +33 le goal-average genevois, fait dire à Andrea Maccoppi que le SFC « a plus 9 points que 8 points » d’avance sur son premier concurrent. Bref, face à un adversaire d’une indéniable faiblesse et au profit d’une éphémère éclaircie, joueurs  et supporters servettiens ont vécu une après-midi radieuse.

 


 

S’il ne fallait retenir qu’une seule chose…

 

De positif

 

Les buts. Evidemment. L’armada offensive dont dispose Alain Geiger s’est montrée sans pitié face à un adversaire plus que prenable. À deux reprises, servi par Stevanovic puis par Wüthrich, au deuxième puis au premier poteau, Alexandre Alphonse a confirmé que ses dreads rendaient ses coups de casque redoutables. Les innombrables centres ont encore payé en donnant lieu à un but et un penalty, et le Servette FC s’est découvert son 16e buteur de la saison en la personne d’Andrea Maccoppi. Ce bilan fait du bien aux 3000 spectateurs pas déçus de la Praille, mais aussi à la dynamique de groupe et sur le plan comptable.

 

À améliorer

 

Aussitôt l’avantage de deux buts pris, l’arrière-garde servettienne a fait preuve d’un certain laisser-aller, notamment à la construction. Par paresse – en abandonnant des coéquipiers sans solution face au pressing schaffousois – ou par manque de concentration – en rendant directement le ballon même en l’absence de vrai danger – les premiers relanceurs ont commis des fautes dont ils auraient pu payer le prix face à un adversaire mieux armé. Alors peut-être est-ce justement la faiblesse de l’opposition qui les a conduit à ce relâchement, mais ces lacunes devront être corrigées avant que le niveau ne soit rehaussé.

 


 

Réactions d’après-match

 

Andrea Maccoppi

 

Alain Geiger

 


 

Servette FC – FC Schaffhouse 6-1 (3-0)

Stade de Genève, 3’712 spectateurs.

Arbitre : M. Piccolo.

Buts : 4′ Alphonse (1-0), 11′ Wüthrich (penalty) (2-0), 34′ Stevanovic (3-0), 58′ Alphonse (4-0), 64′ Chagas (penalty) (5-0), 66′ Routis (csc) (5-1), 84′ Maccoppi (6-1).

Servette : Frick; Sauthier (C), Routis, Rouiller, Iapichino (61′ Follonier); Maccoppi; Stevanovic, Wüthrich, Cognat (78′ Imeri); Schalk (61′ Chagas), Alphonse (61′ Kone). Coach : Geiger.

Schaffhouse : Zbinden; Gonçalves, Mendy, Mevlja; Paulinho (C) (78′ Demashaj), Pugliese (65′ Helbling), Tranquilli, Qollaku; Del Toro (71′ Gül); Cicek, Sessolo (65′ Barry). Coach : Seeberger.

Avertissements : 36′ Iapichino, 64′ Paulinho, 86′ Demashaj.

Notes : Servette sans Lang, Séverin (blessés), Busset (convalescent), Sarr (étranger surnuméraire), Duah et Antunes (non-convoqués). Schaffhouse sans Grasseler, Bunjaku, Delli Carri, Nikci et Castroman (blessés).