Après deux semaines de pause dues aux matchs internationaux durant lesquelles les Servettiens ont profité de se redonner confiance contre Bernex (victoire 10-0 avec notamment un triplé de Koné et d’Alphonse), les Grenat retrouvent aujourd’hui la compétition et pas n’importe laquelle, la Coupe de Suisse. Les Genevois n’ont pas été vernis lors du tirage au sort de ces 1/16èmes de finale en héritant du 4ème de Super League, le FC Lucerne, bourreau du Servette FC deux fois lors de ces trois dernières années dans cette compétition. 

 

Nous avons pu nous entretenir avec Steve Rouiller ainsi qu’avec l’entraîneur Alain Geiger avant ce grand rendez-vous.

“On peut retirer du positif de la deuxième mi-temps contre Lausanne”

 

Steve Rouiller, comment se sont déroulées ces deux semaines de pause ?

 

Très bien ! Ça fait partie du footballeur d’essayer de se reposer un petit peu avec ces trêves et de recharger les batteries avec les proches. Après ce match amical qu’on a vraiment pris au sérieux contre Bernex, on sait que ce sera une autre paire de manches samedi mais je sens qu’on est prêts. Après, ce sera un match très différent de celui contre Lausanne, avec une équipe encore plus expérimentée et on sait qu’il faudra être attentifs sur chaque action de jeu.

 

Par rapport à ce match contre Lausanne que vous avez perdu avec les circonstances que l’on connaît, la défaite a-t-elle été difficile à encaisser ?

 

Oui c’est clair, chaque défaite est difficile à encaisser. Après, contre Lausanne, on savait que c’était un concurrent direct, donc on voulait faire quelque chose de bien, mais après c’est clair qu’à onze contre neuf, c’est toujours plus compliqué. Malgré cela, on a réussi à nous battre jusqu’au bout en se procurant des occasions, ce qui est quelque chose d’incroyable. Je pense qu’on peut retirer que du positif de cette deuxième mi-temps où on a montré du caractère et un esprit d’équipe irréprochable. 

 

“Je joue au foot aussi pour rendre fier ma famille”

 

Demain (aujourd’hui, ndlr), match de coupe donc, 1/16ème de finale contre le 4ème de Super League, le FC Lucerne. Match compliqué évidemment contre une bonne équipe de Super League, mais vous qui avez l’expérience de cette division, est-ce que vous pouvez apporter justement cette expérience à vous coéquipiers ?

 

Il y a déjà pas mal de joueurs qui ont également cette expérience. C’est clair que Lucerne n’est pas une équipe facile à manœuvrer, ils arrivent chaque saison à s’en sortir, à faire des points, et on sait que même si dans un match, tu te sens un petit peu au-dessus d’eux, ils arrivent toujours à créer des surprises et à passer l’épaule. Il faudra vraiment être très concentrés et attentifs, et quand on aura des occasions, il faudra les mettre au fond !

 

Dernière question un peu plus personnelle si j’ose. On vous voit souvent sur des vidéos Instagram en compagnie de votre fils et de votre femme. Est-ce que c’est difficile de concilier cette vie de footballeur d’un côté et cette vie familiale de l’autre, surtout avec un enfant en bas-âge ?

 

C’est clair qu’au début, quand il vient de naître, il y a pas mal de perturbations au niveau des nuits par exemple, mais c’est merveilleux de lui faire découvrir mon milieu. Je joue au foot aussi pour le rendre fier tout comme j’essaie de rendre fière toute ma famille. C’est un plus pour un joueur d’avoir une famille derrière soi et je sais que ça passera très vite, donc je prends le maximum que je peux et peut-être que je lui ferai découvrir ce sport-là plus tard !

 


 

Les blessures, un risque important lors des pauses internationales

 

Alain Geiger, est-ce que vous pouvez nous faire un point sur les blessures ?

 

Étant donné qu’on a beaucoup de jeunes dans le club qui sont appelés, que ce soit en M18 ou en M21 avec les équipes nationales, on prend le risque de les voir revenir avec des blessures. C’est malheureusement ce qu’il s’est passé avec Imeri et Baba Souaré qui se sont blessés respectivement à la cheville et au genou. Sinon, Schalk est de retour dans le groupe et ça fait plaisir de le voir. Malheureusement, ça fait 6 semaines qu’il n’a pas eu l’occasion de jouer et après un problème musculaire, c’est toujours un petit peu délicat de se remettre au jeu. On a encore un petit souci avec Sauthier qui ne s’est pas remis du match contre Lausanne où il jouait avec une petite gêne. 

 

Ce match de samedi contre Lucerne en coupe, vous le sentez comment ? Compliqué ?

 

Oui, mais ce sont des matchs intéressants. Pour progresser, il faut des adversaires, et là on a un adversaire de Super League, c’est fantastique ! Comme je l’ai dit, on est challenger dans ce match mais on veut montrer notre valeur. À nous de mettre ces lucernois en difficulté en permanence et de leur créer des problèmes. C’est la seule façon de pouvoir gagner, en les barrant et en leur  posant des problèmes tout au long du match. On aura des opportunités, c’est sûr, et il faudra les prendre absolument. Il faut que, tout au long du match, ils sentent qu’on leur pose des difficultés.